Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Blida: Course après les aliments et non-respect du confinement    Cours à distance en période de confinement: Un plus selon les syndicats mais...    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    RENAISSANCE HUMAINE    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre états    Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    L'infrangible lien…    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UE débat de ses priorités dans sa relation avec l'Amérique de Trump
LE PRESIDENT ELU FAIT PEUR À L'UNION EUROPEENNE
Publié dans L'Expression le 14 - 11 - 2016

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE débattaient hier soir à Bruxelles d'une approche commune à défendre face à la future administration Trump, sans le Britannique Boris Johnson ni le Français Jean-Marc Ayrault qui ont décliné l'invitation.
La réunion extraordinaire, sous la forme d' «un dîner informel» à la veille de l'habituel rendez-vous mensuel des 28, a été convoquée demain par la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, alors que la victoire surprise du candidat populiste à la Maison Blanche suscite de l'inquiétude de ce côté-ci de l'Atlantique. Mais toutes les capitales n'ont pas jugé le rendez-vous important. Boris Johnson «ne voit pas l'utilité d'une réunion supplémentaire», a expliqué le Foreign Office, soulignant que les ministres pourraient aborder aujourd'hui «dans un format normal toute une série de sujets», y compris la nouvelle donne américaine.
De son côté, le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault sera absent «pour des raisons d'agenda», a confié une source française. Ces deux ministres devraient toutefois être remplacés autour de la table par leur ambassadeur auprès de l'UE. Mercredi dernier, à l'annonce de la victoire de Donald Trump, le président français François Hollande a évoqué l'ouverture d'une «période d'incertitude», tandis que la chancelière allemande Angela Merkel a averti qu'«une coopération étroite» devrait se fonder sur des valeurs démocratiques communes. En plein flou sur les intentions réelles de président élu en politique étrangère, les Européens aimeraient notamment savoir quelle sera sa position à l'égard de la Russie de Vladimir Poutine, jugée menaçante sur le flanc Est de l'Union «Il y a eu beaucoup de déclarations avant les élections, est-ce que cela se traduira en actions? Vu ce qu'il a dit, il y a de la matière à discuter», résume un diplomate européen sous couvert de l'anonymat, évoquant notamment l'Otan ou le changement climatique. Le candidat républicain avait déclaré pendant sa campagne qu'il pourrait mettre des conditions à l'engagement américain dans l'Otan, alors que les Etats-Unis assurent les deux tiers des dépenses militaires de l'Alliance.
Le sujet du renforcement de la défense européenne sera au coeur des discussions d'aujourd'hui. M.Trump avait aussi averti que s'il était élu président, son pays se retirerait de l'accord de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique conclu en décembre 2015. De ce dont Federica Mogherini souhaite précisément débattre au dîner, rien n'a filtré de ses services, qui ont simplement évoqué la nécessité d'«un échange de vues sur la façon d'aller de l'avant dans les relations UE-USA». Mme Mogherini devrait s'exprimer à la sortie, en principe peu après 21h00 (20h00 GMT). «Chaque fois qu'une élection intervient chez un partenaire d'une telle importance stratégique comme le sont les Etats-Unis, de toute évidence nous avons une réflexion sur la coopération future», explique un haut responsable européen. Selon cette source, la chef de la diplomatie de l'UE veut donner l'opportunité aux pays membres de lui «faire remonter les sujets» prioritaires à leurs yeux, qu'ils soient «régionaux, thématiques ou liés à la défense et à la sécurité». Charge ensuite à Mme Mogherini d'aller faire part des préoccupations européennes à celui ou celle qui succédera à John Kerry au poste de secrétaire d'Etat et sera son interlocuteur à Washington. «Elle voudra probablement aller là-bas très vite», peut-être même avant le 20 janvier, date de la prise de fonction de la nouvelle administration, observe ce même responsable européen. Une telle rencontre«informelle» à la veille d'un conseil de ministres européens calé de longue date n'est pas une première. Mais l'initiative n'est pas toujours couronnée de succès.
A la mi-juillet Mme Mogherini avait voulu organiser un dîner similaire réunissant les ministres des Affaires étrangères autour de leur nouvel homologue britannique Boris Johnson, chantre du Brexit, tout juste nommé dans le gouvernement de Theresa May. Trois semaines après le référendum britannique, plusieurs pays membres avaient jugé prématuré d'aborder déjà l'impact de la future sortie du Royaume-Uni sur la politique extérieure de l'UE.
Le dîner avait été annulé et Mme Mogherini s'était retrouvée en tête à tête avec Boris Johnson.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.