L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



5 ans de prison pour le meurtrier
CONSTANTINE
Publié dans L'Expression le 12 - 04 - 2005

Cinq années de prison ferme. Tel est le verdict prononcé, hier, par le tribunal criminel de Constantine à l'encontre de A. B., accusé d'homicide volontaire.
Les faits remontent, selon l'acte d'accusation au 19 octobre 2004. En cette journée de Ramadan, la victime et l'accusé se sont rencontrés à la zone industrielle de Chelghoum Laïd (wilaya de Mila). Après une vive discussion, les choses devaient rentrer dans l'ordre. Cependant, l'accusé déclare à l'assistance judiciaire: «La victime, armée d'une hache et d'un couteau, est venue vers moi, alors que j'étais devant mon domicile et a tenté de m'agresser. Heureusement que j'avais réussi à m'emparer du couteau avec lequel je me suis défendu. Je n'avais aucune intention d'attenter à sa vie, j'ai agi dans le but de me défendre.»
«Mais ce ne sont pas les déclarations prononcées devant la police judiciaire», fera remarquer le président du tribunal criminel.
Ainsi s'ensuivront des questions, posées par aussi bien l'avocat de la partie civile que par ceux de la défense, et par le représentant du ministère public qui reprochera à l'accusé d'avoir usé de l'arme et non pas des mains. Le procureur de la République, convaincu de la culpabilité de l'accusé, déclare: «C'est un nouveau scénario que l'accusé vient nous présenter aujourd'hui, il aurait pu éviter de se servir du couteau, c'est aberrant...»
La défense, usant de tout son talent, avait mis en avant que son mandant a été victime de coups et blessures volontaires portés par la victime. Appelé à la barre, ce dernier raconte les faits à sa manière. Mais avant de lui céder la parole, le président lui demande de montrer ses blessures. Sept coups de couteau au dos et un huitième au flanc gauche. Des blessures qui lui ont valu une intervention chirurgicale et une hospitalisation de huit jours pour bénéficier ensuite de trente jours d'incapacité de travail, avait-il précisé devant la cour. La partie civile a, dans sa plaidoirie, souligné l'acte volontaire et intentionnel perpétré par l'accusé, réclamant la condamnation de ce dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.