Présidentielle: toutes les dispositions prises pour la réussite du processus électoral    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Il y a tromperie sur la marchandise    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Les étudiants des hydrocarbures réclament des emplois    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Se disputer avec soi-même    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur les «traces» de la tragédie
8 MAI 1945 SETIF
Publié dans L'Expression le 09 - 05 - 2005

Empruntant le même parcours qu'avaient suivi leurs aînés, les marcheurs se sont recueillis à l´endroit où avait été tué Bouzid Saâl.
La célébration du soixantenaire du 8 Mai 45 revêt cette année un caractère particulier, tant il intervient dans une conjoncture marquée par la réconciliation entre Alger et Paris. Cependant, pour mieux sceller ces retrouvailles, l'Algérie attend de la France un geste « probant », un geste fort, dénotant de sa volonté à tourner la page du passé, sans pour autant oublier la tragédie subie par le peuple algérien. Hier, des milliers de personnes ont manifesté, dans la capitale des Hauts-Plateaux, pour, justement marquer à leur façon, la commémoration du soixantième anniversaire des boucheries du 8 Mai 45. Empruntant le même parcours qu'avaient suivi leurs aînés, les marcheurs, à leur tête les ministres de la Solidarité nationale, Djamel Ould Abbès et de la Jeunesse et des Sports, Yahia Guidoum, se sont recueillis à l´endroit où avait été tué Bouzid Saâl, la première victime des massacres. Parcourant la rue du 8-Mai 1945 (ex-rue Georges Clémenceau), brandissant des banderoles où était inscrit «8 mai 45: crime contre l´humanité, début de la fin pour les forces coloniales», ils se sont rassemblés près de Aïn El-Fouara. Cette marche a été organisée parallèlement à la tenue d'un colloque sur le 8 Mai 1945, auquel ont été conviés des historiens, sociologues ... et avocats, à l'image de Me Jacques Vergès. Rappelons que cette commémoration a été précédée par des déclarations inédites depuis l'indépendance, mettant Paris sur la voie de la repentance. C'est le cas, notamment de l´ambassadeur de France à Alger, Hubert Colin de Verdière, qui avait rendu hommage aux victimes des massacres en se recueillant à leur mémoire, le 27 février à Sétif. Parlant de "tragédie inexcusable" à propos de ces événements, M.Colin de Verdière avait, cependant fait un amalgame de taille. Celui d'avoir expliqué la tragédie du 8 Mai 1945 par «un abîme d´incompréhension entre les communautés» comme si ces événements étaient le fait d'un différend ayant opposé "cet enchaînement d´un climat de peur, de manifestations et de leur répression, d´assassinats et de massacres". S'exprimant, hier, devant le personnel de l'ambassade de France à Alger, Hubert Colin de Verdière a rendu hommage aux artisans de la victoire du 8 mai 1945, tout en saluant la mémoire des milliers d´Algériens tués. «Gardons la mémoire de toutes les victimes, dans une démarche exigeante, donc volontaire, celle de la vérité», a déclaré le diplomate. «Puisque nous servons en Algérie, nous ne pouvons, moins que quiconque, oublier la tragédie qui a marqué ici la légitime célébration de la victoire», ajoute de Verdière. Par ailleurs, dans un message adressé aux participants au colloque sur le 8 Mai 1945, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a pour sa part affirmé que «le peuple algérien en entier attend encore de la France (...) que les déclarations de l´ambassadeur de France soient suivies d´un geste plus probant». Dans une allusion à une éventuelle demande de pardon de la France, M.Bouteflika a souligné que «le peuple algérien a accueilli favorablement les propos de Son Excellence l´ambassadeur de France (...). Des propos qui laissaient croire à des tentatives de reconnaissance par les commanditaires et les auteurs des massacres du 8 mai 1945». Avant de poursuivre: «Nous pensons qu´il est de la responsabilité des historiens algériens en premier lieu et de la responsabilité des historiens de l´autre rive, de dévoiler en toute objectivité, honnêteté et esprit scientifique et en toute neutralité, les ambiguïtés qui entourent ces massacres et d´autres», a ajouté M.Bouteflika. La Fondation 8-Mai 45, créée en 1990 par l´ancien ministre algérien Bachir Boumaza, milite pour que ces événements soient qualifiés de "crimes de guerre" et de "crimes contre l´humanité". Son président, Mohamed El-Korso, a exprimé le souhait de voir la France faire "son mea culpa" pour sa responsabilité dans ces tueries. A la veille de la signature du traité d'amitié avec l'Algérie, n'est-il pas temps pour la France de se regarder en face et de reconnaître ses crimes. En tout cas continuer à tergiverser ne ferait que retarder le «partenariat d'exception» tant escompté.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.