Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Les bases de la transition énergétique    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Pourquoi les prix ont baissé    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Mbappé quasiment d'accord    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    «Le peuple a déjoué toutes les manoeuvres»    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    La Médiation internationale se mobilise    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    M. Lamamra s'entretient avec son homologue saoudien    ODAS : attribution de la superficie mobilisée aux investisseurs avant la fin de l'année    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Lamamra reçoit une délégation parlementaire russe    L'Algérie œuvre inlassablement pour la consécration de la paix et de la sécurité dans son environnement régional et international    Oran : des moudjahidate se remémorent leur adhésion à la glorieuse guerre de libération    Affaire du groupe Metidji: ouverture du procès en appel    Reprise à Alger des travaux du Séminaire international sur les amis de la Révolution algérienne    Algérie-Cuba: la profondeur de l'amitié et les liens historiques rappelés à Alger    Formation professionnelle: le secteur apporte son appui aux dix nouvelles wilayas    Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places    Le G5 n'est plus!    Recadrage en règle    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Nous ne voulons pas d'une religion qui détruit»
BOUABDELLAH GHLAMALLAH
Publié dans L'Expression le 09 - 05 - 2005

Selon Ghlamallah, la personnalité nationale prime sur tout «islam conjoncturel».
Dans un discours inaugural des travaux sur « le discours religieux dans les organes de presse », qui ont lieu à la Maison de l'imam, à Mohammadia (Alger), le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Bouabdellah Ghlamallah, a appelé à une unification du discours religieux à travers les mass-médias, non sans inviter au préalable à l'instauration d'une méthodologie apte à canaliser les interventions et autres écrits à travers la presse. Le but étant de discipliner les sources dans un magma d'informations religieuses de plus en plus éclaté, notamment du fait du boom technologique et de l'Internet, susceptible de flouer l'opinion nationale. Se voulant plus pédagogique que répressif, le ministre des Affaires religieuses a écarté l'idée de s'imposer comme rédacteur en chef de la rubrique religieuse dans les journaux. Cependant, il a clairement signifié que désormais, le discours islamiste, tel qu'il sera distillé par les organes de presse nationaux ne sera plus empreint de cet orientalisme excessif qui aura conduit le pays aux dérives que l'on connaît. Dans son discours, M. Ghlamallah n'a pas manqué de préciser, à ce propos, que la personnalité nationale devra primer sur le contenu de ce discours. Lequel devra obéir au référent malékite, tel que déjà annoncé par le président de la République. «Sauf cas de force majeure», le discours religieux sera adapté en fonction de certaines exigences particulières, mais s'inspirera, à chaque fois, du Coran, de la sunna et du hadith, qui demeurent ses seules sources crédibles. Des éclairages particuliers pouvant être apportés, au demeurant, par la foi et la morale. Le ministre des Affaires religieuses démontrera ensuite que le discours religieux n'est pas forcément rebelle au régime politique en place. Objectif, sa seule vocation reste celle du conseil inspiré du Livre et de la sunna, précisera-t-il. Mais le message sous-entendu par le premier responsable des Affaires religieuses est, sans conteste, celui de revenir à cet islam légué par nos ancêtres et non pollué par la violence politique. A travers ces mots, M.Ghlamallah a, en effet, semblé vouloir recoller les morceaux de cet islam algérien authentique, malmené par des courants «étrangers» qui ont failli mener toute une nation à la dérive. «L'Algérie a sa propre personnalité dans le discours religieux, ce à quoi il faut revenir», déclarera-t-il. Dans cette optique, il avertira que le souci, à l'avenir, sera de coordonner cette nouvelle orientation entre universitaires et hommes de religion, à l'effet justement de faire ressortir de la manière la plus parfaite un pur discours religieux, algérien, dans le respect le plus total des quatorze siècles de l'Etat algérien, au sens le plus large du terme. C'est-à-dire qu'il n'a jamais été confiné aux seules limites du pouvoir politique, souvent éphémère. Désirant plutôt exposer les termes d'un problème que porter un jugement, à l'occasion de cette première rencontre du genre, Ghlamallah, sans verser dans la laïcité la plus diluée ni dans l'orientalisme le plus tendancieux, s'est dit, et en termes clairs, «contre l'extrémisme». Au préalable, Ghlamallah, également témoin des tragiques événements du 8 Mai 45, revendique explicitement le pardon de la France coloniale de 1830. Un mea culpa nécessaire, selon lui, pour mieux appréhender l'avenir dans un pur esprit de réconciliation. L'initiative en revient à la France.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.