Saïd Bouteflika, Mohamed Mediène, Athmène Tartag et Louisa Hanoune, devant le tribunal    Mohamed Charfi rassure les Algériens    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Démission de Salima Ghezali de l'APN    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    L'Algérien Youcef Reguigui termine meilleur sprinter    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le spleen du professeur avant la retraite    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous ne voulons pas d'une religion qui détruit»
BOUABDELLAH GHLAMALLAH
Publié dans L'Expression le 09 - 05 - 2005

Selon Ghlamallah, la personnalité nationale prime sur tout «islam conjoncturel».
Dans un discours inaugural des travaux sur « le discours religieux dans les organes de presse », qui ont lieu à la Maison de l'imam, à Mohammadia (Alger), le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Bouabdellah Ghlamallah, a appelé à une unification du discours religieux à travers les mass-médias, non sans inviter au préalable à l'instauration d'une méthodologie apte à canaliser les interventions et autres écrits à travers la presse. Le but étant de discipliner les sources dans un magma d'informations religieuses de plus en plus éclaté, notamment du fait du boom technologique et de l'Internet, susceptible de flouer l'opinion nationale. Se voulant plus pédagogique que répressif, le ministre des Affaires religieuses a écarté l'idée de s'imposer comme rédacteur en chef de la rubrique religieuse dans les journaux. Cependant, il a clairement signifié que désormais, le discours islamiste, tel qu'il sera distillé par les organes de presse nationaux ne sera plus empreint de cet orientalisme excessif qui aura conduit le pays aux dérives que l'on connaît. Dans son discours, M. Ghlamallah n'a pas manqué de préciser, à ce propos, que la personnalité nationale devra primer sur le contenu de ce discours. Lequel devra obéir au référent malékite, tel que déjà annoncé par le président de la République. «Sauf cas de force majeure», le discours religieux sera adapté en fonction de certaines exigences particulières, mais s'inspirera, à chaque fois, du Coran, de la sunna et du hadith, qui demeurent ses seules sources crédibles. Des éclairages particuliers pouvant être apportés, au demeurant, par la foi et la morale. Le ministre des Affaires religieuses démontrera ensuite que le discours religieux n'est pas forcément rebelle au régime politique en place. Objectif, sa seule vocation reste celle du conseil inspiré du Livre et de la sunna, précisera-t-il. Mais le message sous-entendu par le premier responsable des Affaires religieuses est, sans conteste, celui de revenir à cet islam légué par nos ancêtres et non pollué par la violence politique. A travers ces mots, M.Ghlamallah a, en effet, semblé vouloir recoller les morceaux de cet islam algérien authentique, malmené par des courants «étrangers» qui ont failli mener toute une nation à la dérive. «L'Algérie a sa propre personnalité dans le discours religieux, ce à quoi il faut revenir», déclarera-t-il. Dans cette optique, il avertira que le souci, à l'avenir, sera de coordonner cette nouvelle orientation entre universitaires et hommes de religion, à l'effet justement de faire ressortir de la manière la plus parfaite un pur discours religieux, algérien, dans le respect le plus total des quatorze siècles de l'Etat algérien, au sens le plus large du terme. C'est-à-dire qu'il n'a jamais été confiné aux seules limites du pouvoir politique, souvent éphémère. Désirant plutôt exposer les termes d'un problème que porter un jugement, à l'occasion de cette première rencontre du genre, Ghlamallah, sans verser dans la laïcité la plus diluée ni dans l'orientalisme le plus tendancieux, s'est dit, et en termes clairs, «contre l'extrémisme». Au préalable, Ghlamallah, également témoin des tragiques événements du 8 Mai 45, revendique explicitement le pardon de la France coloniale de 1830. Un mea culpa nécessaire, selon lui, pour mieux appréhender l'avenir dans un pur esprit de réconciliation. L'initiative en revient à la France.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.