Ouverture officielle de la saison estivale 2024    Saison estivale: campagne nationale de sensibilisation au profit des estivants et des usagers de la route    Le 14e Festival national du théâtre des marionnettes en juin à Ain Temouchent    Le documentaire algérien "T'bal" décroche le prix d'argent à Johannesburg    Cyclisme: Azzedine Laagab sacré champion d'Algérie sur route    Coupe Davis: l'Algérie accède au Groupe 3, en battant le Burundi (2-1)    Algérie Télécom: une opération nationale de nettoyage des plages    Présidentielles: le RND appelle le président de la République à briguer un 2ème mandat    Journée de formation sur les règles juridiques et professionnelles applicables à la couverture médiatique des élections    Tenue du 1er forum algéro-coréen sur l'efficacité énergétique lundi à Alger    Assurances: les risques liés au stockage dans les silos au centre d'une rencontre à Alger    Présidentielle du 7 septembre: le MSP déterminé à se lancer dans la course avec combativité    Mostaganem: Merad met en service une base centrale aérienne de lutte contre les incendies    Médecins sans frontières: "Sans ravitaillement, nous serons contraints de suspendre nos activités à Ghaza"    Ghaza: le bilan de l'agression sioniste s'alourdi à 37.551 martyrs    Athlétisme/Meeting international en Pologne: nouveau record personnel pour Gouaned    CIJ/Ghaza: Cuba va participer à la procédure de l'Afrique du Sud contre l'entité sioniste    19e "Andaloussiates El Djazaïr": les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    Société Générale Algérie et la Fédération algérienne Handisport renouvellent leur partenariat    Quel jeu propose la CAF au football africain ?    Nabil Bentaleb victime d'un malaise cardiaque, la FAF lui souhaite un prompt rétablissement    L'Arménie reconnaît l'Etat de Palestine    Les Marocains font très peu confiance aux médias de leur pays    Génocide à Ghaza : Des manifestants à New York exigent que Maersk rompe ses relations avec l'entité sioniste    Démantèlement d'un réseau national d'émigration clandestine    Sfisef : 1.025 comprimés hallucinogènes saisis et trois suspects arrêtés    Arrestation de deux voleurs et récupération d'un véhicule volé    L'Algérie et l'Europe, deux partenaires stratégiques    Approvisionnement normal en pain et lait en sachet    Une absence flagrante en matière d'infrastructures de transport    Sous le haut patronage du ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit Ooredoo accompagne l'événement rendant hommage aux moudjahidine algériens et étrangers    Un forum sur les expressions culturelles africaines    Organisation prochaine de la 7e édition à Mostaganem    Les jeunes nés avant le 1er janvier 1995 non encore incorporés dispensés des obligations du Service national    Le président de la République présente ses vœux aux éléments de l'ANP, aux corps constitués et aux personnels de la santé    Election présidentielle en Algérie. En avant toute vers la stagnation    Retrait des formulaires de souscription de signatures pour la présidentielle du 7 septembre    Algérie : Manœuvres insidieuses autour de l'exploitation du gaz de schiste dans le Sahara    Déshabillons-les !    Commission mémorielle ou marché aux puces    Le droit de massacrer, de Sétif à Gaza    Megaprojet de ferme d'Adrar : « elmal ou Etfer3ine »    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Nous ne voulons pas d'une religion qui détruit»
BOUABDELLAH GHLAMALLAH
Publié dans L'Expression le 09 - 05 - 2005

Selon Ghlamallah, la personnalité nationale prime sur tout «islam conjoncturel».
Dans un discours inaugural des travaux sur « le discours religieux dans les organes de presse », qui ont lieu à la Maison de l'imam, à Mohammadia (Alger), le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Bouabdellah Ghlamallah, a appelé à une unification du discours religieux à travers les mass-médias, non sans inviter au préalable à l'instauration d'une méthodologie apte à canaliser les interventions et autres écrits à travers la presse. Le but étant de discipliner les sources dans un magma d'informations religieuses de plus en plus éclaté, notamment du fait du boom technologique et de l'Internet, susceptible de flouer l'opinion nationale. Se voulant plus pédagogique que répressif, le ministre des Affaires religieuses a écarté l'idée de s'imposer comme rédacteur en chef de la rubrique religieuse dans les journaux. Cependant, il a clairement signifié que désormais, le discours islamiste, tel qu'il sera distillé par les organes de presse nationaux ne sera plus empreint de cet orientalisme excessif qui aura conduit le pays aux dérives que l'on connaît. Dans son discours, M. Ghlamallah n'a pas manqué de préciser, à ce propos, que la personnalité nationale devra primer sur le contenu de ce discours. Lequel devra obéir au référent malékite, tel que déjà annoncé par le président de la République. «Sauf cas de force majeure», le discours religieux sera adapté en fonction de certaines exigences particulières, mais s'inspirera, à chaque fois, du Coran, de la sunna et du hadith, qui demeurent ses seules sources crédibles. Des éclairages particuliers pouvant être apportés, au demeurant, par la foi et la morale. Le ministre des Affaires religieuses démontrera ensuite que le discours religieux n'est pas forcément rebelle au régime politique en place. Objectif, sa seule vocation reste celle du conseil inspiré du Livre et de la sunna, précisera-t-il. Mais le message sous-entendu par le premier responsable des Affaires religieuses est, sans conteste, celui de revenir à cet islam légué par nos ancêtres et non pollué par la violence politique. A travers ces mots, M.Ghlamallah a, en effet, semblé vouloir recoller les morceaux de cet islam algérien authentique, malmené par des courants «étrangers» qui ont failli mener toute une nation à la dérive. «L'Algérie a sa propre personnalité dans le discours religieux, ce à quoi il faut revenir», déclarera-t-il. Dans cette optique, il avertira que le souci, à l'avenir, sera de coordonner cette nouvelle orientation entre universitaires et hommes de religion, à l'effet justement de faire ressortir de la manière la plus parfaite un pur discours religieux, algérien, dans le respect le plus total des quatorze siècles de l'Etat algérien, au sens le plus large du terme. C'est-à-dire qu'il n'a jamais été confiné aux seules limites du pouvoir politique, souvent éphémère. Désirant plutôt exposer les termes d'un problème que porter un jugement, à l'occasion de cette première rencontre du genre, Ghlamallah, sans verser dans la laïcité la plus diluée ni dans l'orientalisme le plus tendancieux, s'est dit, et en termes clairs, «contre l'extrémisme». Au préalable, Ghlamallah, également témoin des tragiques événements du 8 Mai 45, revendique explicitement le pardon de la France coloniale de 1830. Un mea culpa nécessaire, selon lui, pour mieux appréhender l'avenir dans un pur esprit de réconciliation. L'initiative en revient à la France.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.