Sorties d'Ould-Abbès et situation inquiétante du pays    Une direction collégiale pour le FLN    La start-up chinoise qui devance Samsung dans la course aux smartphones pliables    Donald Trump remercie l'Arabie Saoudite pour la baisse du prix    VOTRE WEEK-END SPORTIF    «Abid-Charef est prêt à aller jusqu'au bout pour se défendre et être blanchi»    Les applications mobiles «boudées» par une majorité de médias algériens    Plus de 50 000 enfants victimes de maltraitance annuellement    Journée de contestation du personnel de l'éducation    Brioche salée    La prochaine édition sera maghrébine    Tiaret : L'université abrite un colloque sur le développement durable    Emigration clandestine : 413 harraga secourus et 1478 autres interceptés à l'Ouest depuis janvier    Boufatis : Affichage de la liste de 300 bénéficiaires de logements    20 blessés par les pétards    Le club El Assil gagne son pari    Violence coupable    FAF: Boualem Charef claque la porte    Ligue 1 : NAHD 1 MCO 0: Le Nasria en toute logique    Pourquoi l'Arabie Saoudite baisse sa production pétrolière    Recherché pour un accident mortel ayant coûté la vie à un policier: Un individu en fuite arrêté à Bethioua    Macron et les Gilets jaunes: La bataille de l'ancien monde    De la servitude à la soumission politique    Les Algériens sont-ils fatalistes ?    «La crise migratoire en Afrique, état des lieux, défis, enjeux et perspectives»    52 enfants palestiniens tués et plus de 900 arrêtés en 2018    Une tentative de transfert illégal de 25.700 euros déjouée à l'aéroport    Au moins 43 morts dans un attentat-suicide pendant un rassemblement religieux à Kaboul    La taxe d'habitation sur les factures d'électricité et gaz fait défault    Les élus du RND, Taj et PLJ rallient le FLN    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Une mosquée du début du XIe siècle    Parachèvement de l'étude de restauration    Algérie - Niger : Examen des opportunités de coopération dans le secteur des transports et des travaux publics    Migration clandestine : La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte "efficace"    La situation se complique pour les Algériens    Présidence d'Interpol : Face à la polémique, un général russe cède la place à un Sud-Coréen    Cacophonie au FLN    Guitouni annonce: "Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars en 2018-2022"    Renault : Le conseil va discuter du remplacement temporaire de Ghosn    CS Constantine : Vers le recrutement de deux joueurs congolais    Budget 2019 en France : Large vote à l'Assemblée mais la bataille du pouvoir d'achat se poursuit    En l'absence d'Ali Bongo : L'Union africaine préoccupée par la crise politique au Gabon    85.000 enfants morts de faim oude maladie    Constantine : Le savant et penseur Mohamed Salah Essedik distingué    La 9e édition du du 22 au 26 novembre    La déclaration de politique du gouvernement présentée à la mi-décembre: Ouyahia à nouveau devant les députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De Messaoud d'Aubervilliers à Michou d'Auber
Publié dans L'Expression le 29 - 07 - 2017

C'est un habitué de la communauté que le film qui revient avec ce sixième film. En effet, Thomas Gilou, cinéaste complet et sincère a su filmer les Algériens de France. Jamais un cinéaste français ne l'a fait. Il a détrôné Malek Chibane, Abdelkrim Bahloul et surtout Rachid Bouchareb qui s'est éloigné ces derniers temps de l'émigration. Réalisateur de comédies communautaires à succès La Vérité si je mens (sur les juifs de Paris), Black mic-mac, sur les Africains de la métropole et surtout Raï sur les Maghrébins de la banlieue), Thomas Gilou, qui a le mérite d'avoir lancé Samy Naceri, nous émeut avec son film Michou d'Auber (inconnu en Algérie) et qui raconte l'enfance hors norme de son ami Messaoud Hattou, scénariste du film (il était plus connu sous le nom Mess Hattou, acteur fétiche de Merzak Allouache). Dans Michou d'Auber il raconte l'histoire vraie et émouvante d'un jeune gamin d'Aubervilliers en 1960, où la guerre d'Algérie battait son plein. Le jeune Messaoud, 9 ans, orphelin de mère, est confié à une famille d'accueil établie dans le Berry, constituée de Gisèle et de Georges, bourru au grand coeur, tandis que son frère aîné poursuit un autre destin. Georges, facteur de son état, ancien combattant de la guerre d'Indochine, un brin raciste, ne sait rien de la confession musulmane ainsi que de l'origine algérienne du garçon que sa femme a rebaptisé Michel ou «Michou» d'Auber puisqu'il est né à Aubervilliers, et dont elle a décoloré les cheveux bruns.. Michou découvre alors la France profonde...Michou d'Auber nous raconte une histoire qu'ont vécue beaucoup d'enfants algériens dans les années 1960. C'est l'histoire universelle de parents et d'enfants qui s'ouvrent à la différence, explique le cinéaste. Il critique ainsi avec malice et intelligence le racisme en affichant ses conséquences sur un petit garçon dont la seule erreur est d'être né de parents algériens. Dans le rôle de «Michou», le tout jeune Samy Seghir (vu depuis dans Neuilly sa mère!, Les Petits Princes) fait des débuts prometteurs aux côtés de deux stars du cinéma français: Nathalie Baye qui interprète avec justesse une mère adoptive dépassée par les événements et Gérard Depardieu, lui, qui prête ses traits et son air bourru à un Berrichon ronchon. Le réalisateur lui donne les traits de raciste du cru, mais le comédien finit par se montrer attachant en devenant au fil du récit le chantre de la tolérance. Ce dernier film de Thomas Gilou est un hymne à la différence et à l'humanité. Le réalisateur, qui est très proche de l'immigration, a également réalisé un film sur les gitans.
[email protected]

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.