Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Arsenal: l'immense déception d'Arteta    Décès d'Idriss El Djazairi : une carrière vouée aux bonnes causes    Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le ministre de la santé répond personnellement à des appels sur le numéro vert 3030    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    Coronavirus: Aucune personne ayant approché le ressortissant italien ne présenterait des signes inquiétants    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune se rend à la Mosquée du Prophète à Médine    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Rassemblement de protestation des Patriotes    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    10 ans de prison requis contre Kamel Chikhi    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Les explications du ministère de la Santé: Le coronavirus arrive en Algérie    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





John Desrocher fait l'éloge de l'Algérie
PRESENTANT LES TROIS AXES DE SON PROGRAMME DEVANT LE SENAT AMERICAIN
Publié dans L'Expression le 05 - 08 - 2017


le nouvel ambassadeur américain en Algérie
S'exprimant devant la commission des affaires étrangères de la chambre haute du Parlement américain, le nouvel ambassadeur a particulièrement insisté sur le dossier sécuritaire.
Elogieux. C'est le moins que l'on puisse dire sur les propos tenus par le nouvel ambassadeur américain en Algérie. Officiellement confirmé jeudi dernier, par le Sénat pour son poste en Algérie, John Desrocher a énuméré trois principaux axes de son programme, à savoir renforcer la coopération sécuritaire, développer le commerce et l'investissement, et travailler avec les homologues algériens pour «qu'ils poursuivent les réformes économiques et politiques». S'exprimant devant la commission des affaires étrangères de la chambre haute du Parlement américain le nouvel ambassadeur, a particulièrement insisté sur le dossier sécuritaire relevant que l'Algérie avait réussi à maintenir sa «stabilité durement acquise» durant les années 1990 «grâce aux efforts rigoureux de la lutte antiterroriste, à la Réconciliation nationale et aux initiatives de déradicalisation». Il reprend également à son compte l'expression selon laquelle l'Algérie est un exportateur de paix. «L'Algérie a également exporté ce dividende de paix à ses voisins», a-t-il affirmé avouant qu'il a été «constamment impressionné par les efforts déployés par l'Algérie pour encourager la réconciliation politique en Libye et engager les Etats voisins à appuyer un accord politique pour le règlement de la crise libyenne». Une politique, qui de l'avis du nouvel ambassadeur américain confère à l'Algérie un rôle de leader dans le maintien de la sécurité régionale. «Elle a aussi fourni une assistance sécuritaire aux pays voisins à l'instar de la Tunisie et du Niger», a-t-il précisé aux membres de cette commission sénatoriale. Desrocher a expliqué que l'Algérie «en tant que plus grand pays d'Afrique, situé dans une région instable, reconnaît la menace que posent les troubles régionaux à sa sécurité intérieure». Si cette déclaration est une évidence pour les acteurs des opérations sécuritaires, elle sonne, en revanche comme une reconnaissance, une solidarité pour cette guerre silencieuse que mène l'armée algérienne pour protéger ses frontières. Les propos du diplomate américain sont d'autant plus importants qu'ils ouvrent un nouveau front: le retour des combattants terroristes étrangers de régions en conflit comme l'Irak et la Syrie, la contrebande et les groupes du crime organisé représentent des «menaces importantes» que l'ambassadeur dit vouloir «contrer en renforçant la coopération sécuritaire avec l'Algérie dans la région». Abordant le volet économique, l'ambassadeur a constaté qu'elle avait continué de progresser ces dernières années, mais a reconnu que de nouveaux investissements américains en Algérie sont «indispensables». Faut-il donc s'attendre à une présence plus accrue des investisseurs américains en Algérie en dehors des hydrocarbures? Il a indiqué que la conjoncture pour l'expansion du partenariat entre les deux pays s'y prête avec le lancement du nouveau modèle de croissance économique pour développer et diversifier les industries locales. Le nouvel ambassadeur a souligné, lors de cette audition, que le défi de la baisse des cours du pétrole auquel fait face le gouvernement actuellement a donné au pays l'opportunité de «mener des changements économiques structurels et de promouvoir la croissance du secteur privé, ainsi que l'investissement étranger, tout en réévaluant son système de subventions et en examinant de nouvelles formes de financement de l'économie». Il a ajouté que les gouvernements des deux pays ont tenu, en avril dernier, une session de discussions sur l'accord sur le commerce et l'investissement (Tifa) afin d'identifier les moyens de renforcer les relations économiques bilatérales. John Desrocher a, par ailleurs, mis en exergue les réformes constitutionnelles mises en place l'année dernière pour renforcer l'Etat de droit et les libertés. «J'attends avec intérêt l'opportunité de mener une mission active à l'ambassade des Etats-Unis à Alger, tout en travaillant avec l'Algérie pour faire avancer nos intérêts communs», a-t-il conclu.
Qui est John P. Desrocher?
Diplomate depuis 1988, il a occupé des postes à l'ambassade américaine en Irak et en Egypte, puis sous-secrétaire d'Etat adjoint pour l'Egypte et le Maghreb depuis septembre 2014, Desrocher est un spécialiste des questions du Monde arabe et de l'Afrique du Nord et un fin connaisseur de l'Algérie. En 1990, il était fonctionnaire au consulat général des Etats-Unis à Jérusalem. De 2009 à 2010, il était ministre conseiller pour la Coordination économique et responsable des questions de politique économique américano-irakiennes à l'ambassade d'Irak. De 2006 à 2009, il a exercé les fonctions de consul général des Etats-Unis en Nouvelle-Zélande. John Desrocher a également été directeur du Bureau des affaires irakiennes au département d'Etat. En plus de l'anglais, il parle couramment le français, l'allemand et l'arabe classique. Les questions économiques et commerciales sont le domaine de prédilection de ce diplômé de l'université Georgetown à Washington.«M.Desrocher est un ancien sous-chef de mission et consul général à l'étranger à sept missions américaines et un haut fonctionnaire du département d'état à Washington. Il est connu pour son sens économique, son leadership, sa connaissance des régions du Nord de l'Afrique et du Moyen-Orient et sa capacité à gérer les personnes et les ressources dans des environnements à forte menace», est-il écrit sur sa fiche au département d'Etat américain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.