Qui a gagné au "grand oral" ?    Le vote commence chez la communauté algérienne à l'étranger    Programme du 21e jour de la campagne électorale    Marches de soutien au scrutin du 12 décembre    Saïd Bouteflika se mure dans le silence    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    Petrole : La Libye va maintenir sa production autour de 1,25 million de barils par jour    Projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays Un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Entre saut qualitatif et lacunes    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Les parlementaires rappellent Trump à l'ordre sur la solution à deux Etats    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    Ligue des champions (2e J) Défaite de la JS Kabylie face à l'ES Tunis    Incendie du centre d'entraînement Flamengo condamné à indemniser les familles des victimes    Les femmes plus touchées que les hommes    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités" : Un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    Vote des Algériens à l'étranger à la présidentielle : l'ANIE en appelle au respect de l'opinion de l'autre    Les candidats réitèrent leur appel à la consolidation du front interne pour préserver l'Algérie    Affaires montage automobile-financement de la campagne Bouteflika : Saïd Bouteflika renvoyé de l'audience    L'USM Alger tient en échec le Petro Atletico    Man United : Solskjaer fracasse Manchester City !    EL TARF : Saisie de 20 millions de cts en faux billets à Aïn Assel    ACCIDENTS DE LA ROUTE : 9 morts et 39 blessés en 48 heures    Energies renouvelables: bientôt une stratégie globale pour donner une vision claire aux investisseurs    La Cnac de Aïn Témouchent signe cinq conventions de partenariat    Les producteurs sous forte pression    Boulettes de crevettes au gingembre    Des fauteuils et des tricycles distribués à Médéa    13 ateliers d'accompagnement organisés    Appel à une nouvelle journée de grève et des manifestations mardi    Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées    ACTUCULT    Générale de la pièce "Ez'zaouèche" au TNA    Mohamed Attaf : "L'histoire des rois berbères doit être enseignée"    Chouiten, Laceb et Belkheir, lauréats de la 5e édition    Les balances et cette odeur insupportable …    CSC: Redjradj annonce sa démission et met les propriétaires dans l'embarras    Athènes expulse l'ambassadeur libyen    Skikda : Le cadavre d'un pêcheur repêché    Le MJS l'a déclaré jeudi à Oran : «Le processus de partenariat clubs-entreprises est enclenché»    EN (U21) féminine : Alger abritera le tournoi de l'UNAF    Galatasaray : Feghouli indisponible pour quelques jours    Une «petite victoire» au goût d'inachevé: «Concessions» du ministère, insatisfaction chez les instituteurs    Mostaganem: Près de 100 mandats de dépôt en un mois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU se penche sur une impasse politique explosive
UNE CRISE POLITIQUE QUI PERDURE EN RD DU CONGO
Publié dans L'Expression le 20 - 09 - 2017

Alors que la RD du Congo est dans une impasse politique, le président Joseph Kabila, dont la mandat s'est achevé le 20 décembre 2016, n'a toujours pas fixé la date de la présidentielle prévue dans les accords avec l'opposition
Les Nations unies devraient se pencher hier sur l'impasse politique en République démocratique du Congo, où la tension monte à l'approche de la date-butoir chaque jour plus illusoire du 31 décembre 2017 pour organiser la succession du président Joseph Kabila.
Tenue en marge de l'Assemblée générale, la réunion au siège de l'ONU se tient sans le président congolais qui inaugure un «forum pour la paix» au Kasaï. Les deux leaders de l'opposition Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi se trouvent à New York «pour des rencontres informelles», a indiqué l'entourage du premier. La réunion onusienne devait se tenir à huis-clos sous la présidence du secrétaire général adjoint Jean-Pierre Lacroix, «afin d'ouvrir la voie à des élections crédibles», a indiqué un responsable de l'ONU sous couvert d'anonymat. L'initiative entend favoriser «une meilleure coordination des efforts internationaux, régionaux et sous-régionaux» pour «la mise en oeuvre de l'accord du 31 décembre 2016», ajoute la source onusienne. L'ONU et sa mission en RDC (la Monusco) misent sur une application «complète et de bonne foi» de cet accord, pour éviter de nouvelles violences liées au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, dont le second mandat de cinq ans a pris fin le 20 décembre 2016.
La Constitution lui interdit de se représenter. Conclu sous l'égide de l'Eglise catholique, après des dizaines de morts à Kinshasa les 19 septembre et 20 décembre 2016, cet accord de la St-Sylvestre prévoit des élections présidentielle, législatives et provinciales «au plus tard en décembre 2017». Alors que le Premier ministre Bruno Tshibala a promis lundi «un calendrier (électoral) réaliste dans quelques jours», cette échéance de décembre apparaît chaque jour plus irréaliste. Le recensement des derniers électeurs doit durer au moins jusqu'à mi-décembre dans la région du Kasaï théâtre de violences depuis un an.
Le Parlement doit encore voter des lois électorales. Le président de l'Assemblée, Aubin Minaku, un cadre de la majorité présidentielle (MP) pro-Kabila, parle d'élections «dans un délai accepté, sans précipitation inconsidérée, ni lenteur excessive». Comme en 2016 à l'approche de la fin du mandat de M. Kabila, la tension monte donc de nouveau à l'approche de l'échéance de décembre 2017. Un report des élections courant 2018 pourrait être accepté par les anti-Kabila, mais pas au-delà, envisage une source diplomatique à Kinshasa. Les deux leaders de l'opposition, Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi, ont exigé depuis New York «une transition sans Kabila», conduite par des «personnalités consensuelles», pour «préparer des élections démocratiques, libres, transparentes et paisibles». Des regards se tournent vers le gynécologue Denis Mukwege.
«L'homme qui répare les femmes» violées dans l'est de la RDC a été reçu début septembre par le président français Emmanuel Macron à l'Elysée, et se trouvait également à New York hier, selon ses proches.
La majorité pro-Kabila rejette cette idée d'une «transition sans Kabila», accusant ses partisans de vouloir «remettre en cause la Constitution et l'accord de la Saint-Sylvestre pour déstabiliser tout le processus électoral», selon son porte-parole André-Alain Atundu Liongo. Plusieurs éléments aggravent la crise politique en RDC, pivot instable de l'Afrique centrale aux neuf frontières, 2,3 millions de km2, quelque 70 millions d'habitants, avec 3,8 millions de déplacés internes et 500 000 réfugiés du Rwanda, du Burundi, du Soudan du Sud, et de Centrafrique.
Un mois après la signature de l'accord, la mort à Bruxelles le 1er février de l'opposant historique Etienne Tshisekedi a compliqué son application. Les tractations sur le rapatriement de sa dépouille, toujours conservée en Belgique, ont envenimer la crise entre le pouvoir et l'opposition, emmenée par le fils du défunt.
A la crise politique, s'ajoute une forte inflation causée par la dépréciation du franc congolais par rapport au dollar, dans ce pays parmi les plus pauvres du monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.