"Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    Mise en service prochaine de 66 forages    Le barrage de Bouhamdane rempli à 40%    Neuf communes bientôt alimentées à partir du barrage de Koudiate Acerdoune    "La sécurité, c'est mieux !"    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    Kaboré en tête des résultats partiels    L'UNFA réitère son soutien à la femme sahraouie    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    L'héritage    Les non-dits    Le vaccin de Jean Todt contre le terrorisme routier    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Le décès de Maradona secoue le monde du football    De nombreux établissements scolaires paralysés    Hausse vertigineuse des cas de divorce    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Les angles de l'ingérence    Non-respect de l'échéancier de paiement: Sonelgaz met en garde les abonnés    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Sûreté de wilaya: 10.000 infractions aux mesures préventives en 15 jours    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Saïd Bouhadja n'est plus    Une médaille pour nos revers !    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    Le gouvernement entretient le suspense    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Quelle parade à la sécheresse ?    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    Vous parlez au nom de qui ?    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU se penche sur une impasse politique explosive
UNE CRISE POLITIQUE QUI PERDURE EN RD DU CONGO
Publié dans L'Expression le 20 - 09 - 2017

Alors que la RD du Congo est dans une impasse politique, le président Joseph Kabila, dont la mandat s'est achevé le 20 décembre 2016, n'a toujours pas fixé la date de la présidentielle prévue dans les accords avec l'opposition
Les Nations unies devraient se pencher hier sur l'impasse politique en République démocratique du Congo, où la tension monte à l'approche de la date-butoir chaque jour plus illusoire du 31 décembre 2017 pour organiser la succession du président Joseph Kabila.
Tenue en marge de l'Assemblée générale, la réunion au siège de l'ONU se tient sans le président congolais qui inaugure un «forum pour la paix» au Kasaï. Les deux leaders de l'opposition Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi se trouvent à New York «pour des rencontres informelles», a indiqué l'entourage du premier. La réunion onusienne devait se tenir à huis-clos sous la présidence du secrétaire général adjoint Jean-Pierre Lacroix, «afin d'ouvrir la voie à des élections crédibles», a indiqué un responsable de l'ONU sous couvert d'anonymat. L'initiative entend favoriser «une meilleure coordination des efforts internationaux, régionaux et sous-régionaux» pour «la mise en oeuvre de l'accord du 31 décembre 2016», ajoute la source onusienne. L'ONU et sa mission en RDC (la Monusco) misent sur une application «complète et de bonne foi» de cet accord, pour éviter de nouvelles violences liées au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, dont le second mandat de cinq ans a pris fin le 20 décembre 2016.
La Constitution lui interdit de se représenter. Conclu sous l'égide de l'Eglise catholique, après des dizaines de morts à Kinshasa les 19 septembre et 20 décembre 2016, cet accord de la St-Sylvestre prévoit des élections présidentielle, législatives et provinciales «au plus tard en décembre 2017». Alors que le Premier ministre Bruno Tshibala a promis lundi «un calendrier (électoral) réaliste dans quelques jours», cette échéance de décembre apparaît chaque jour plus irréaliste. Le recensement des derniers électeurs doit durer au moins jusqu'à mi-décembre dans la région du Kasaï théâtre de violences depuis un an.
Le Parlement doit encore voter des lois électorales. Le président de l'Assemblée, Aubin Minaku, un cadre de la majorité présidentielle (MP) pro-Kabila, parle d'élections «dans un délai accepté, sans précipitation inconsidérée, ni lenteur excessive». Comme en 2016 à l'approche de la fin du mandat de M. Kabila, la tension monte donc de nouveau à l'approche de l'échéance de décembre 2017. Un report des élections courant 2018 pourrait être accepté par les anti-Kabila, mais pas au-delà, envisage une source diplomatique à Kinshasa. Les deux leaders de l'opposition, Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi, ont exigé depuis New York «une transition sans Kabila», conduite par des «personnalités consensuelles», pour «préparer des élections démocratiques, libres, transparentes et paisibles». Des regards se tournent vers le gynécologue Denis Mukwege.
«L'homme qui répare les femmes» violées dans l'est de la RDC a été reçu début septembre par le président français Emmanuel Macron à l'Elysée, et se trouvait également à New York hier, selon ses proches.
La majorité pro-Kabila rejette cette idée d'une «transition sans Kabila», accusant ses partisans de vouloir «remettre en cause la Constitution et l'accord de la Saint-Sylvestre pour déstabiliser tout le processus électoral», selon son porte-parole André-Alain Atundu Liongo. Plusieurs éléments aggravent la crise politique en RDC, pivot instable de l'Afrique centrale aux neuf frontières, 2,3 millions de km2, quelque 70 millions d'habitants, avec 3,8 millions de déplacés internes et 500 000 réfugiés du Rwanda, du Burundi, du Soudan du Sud, et de Centrafrique.
Un mois après la signature de l'accord, la mort à Bruxelles le 1er février de l'opposant historique Etienne Tshisekedi a compliqué son application. Les tractations sur le rapatriement de sa dépouille, toujours conservée en Belgique, ont envenimer la crise entre le pouvoir et l'opposition, emmenée par le fils du défunt.
A la crise politique, s'ajoute une forte inflation causée par la dépréciation du franc congolais par rapport au dollar, dans ce pays parmi les plus pauvres du monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.