Tebboune opéré avec succès du pied droit    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    En attendant la bonne thérapie    Assainissement de l'affichage publicitaire à Aïn El Turck: Des panneaux illicites démantelés et des mises en demeure    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Après le sit-in à la Faculté de médecine: L'administration répond favorablement aux revendications des étudiants    Rapport Stora sur la colonisation: Pas de «repentance ni d'excuses»    Perte de 131.000 postes d'emploi    Des derbies et de belles affiches au menu    265 nouvelles contaminations et 6décès en 24 heures    Un nouveau projet de loi en cours    La présidence rassure sur l'état de santé du chef de l'Etat    "Ni repentance ni excuses"    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    Véritable moelleux au chocolat    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    La gamme Dacia étoffée    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Crise structurelle des caisses de sécurité sociale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Près de 140 morts en trois jours    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    La commune se tourne vers les marchés couverts    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Allons-nous vers l'irréparable?
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2017


La paix, c'est la guerre? Ce que semble croire le président états-unien, Donald Trump et son homologue nord-coréen, Kim Jong-Un, qui attisent les braises sur le feu, brandissant leurs bombes A et H. Les noms d'oiseaux pleuvent drus des deux côtés du Pacifique à qui humiliera le plus son antagoniste. Donald Trump rameutant son armada de bombardiers et de porte-avions nucléaires, Kim Jong-Un opérant à des essais inopinés de bombes atomiques et de missiles balistiques (Icbm) capables d'atteindre des cibles aux Etats-Unis. En fait, les deux hommes donnent d'eux un spectacle pénible, capables de l'irréparable, une guerre nucléaire destructrice. Pour amour-propre froissé, ils font passer leur ego avant la sécurité du monde. Cela pose la question de savoir si notre monde est bien protégé. Le premier constat que l'on peut faire au regard des paroles et gestes irresponsables de ces deux personnalités est que l'on est désormais sérieusement menacés par une déflagration nucléaire mortelle pour la Terre. Trump et Kim s'en rendent-ils seulement compte? En fait, le nucléaire est devenu un élément de dissuasion incontournable qui permet aux détenteurs de tels arsenaux de terroriser le monde. Depuis des années, en relation avec le dossier nucléaire iranien, les Etats-Unis n'ont cessé d'assurer que toutes les options, y compris atomiques, étaient sur la table. Aussi, ceux qui défendent le nucléaire et son utilisation militaire le font dans la perspective de dominer le monde. Le 20 septembre dernier, l'ONU avait adopté un traité interdisant les armes atomiques. Cela a fait réagir l'Otan qui, au nom de ses 29 Etats membres, regretta que les Nations unies s'acharnent à interdire le nucléaire à usage militaire. Ce sont en fait les membres de l'Otan détenant les armes atomiques (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, ou disposant des capacités de les fabriquer) qui, vent debout, sont contre ce traité onusien. Selon l'Otan, le texte adopté - par 122 pays contre un et une abstention - «ignore la complexité des menaces qui pèsent sur la sécurité mondiale (...) et les réalités de l'environnement de sécurité international, de plus en plus complexe». Tout à fait. Mais, il est indubitable, dans cet environnement de sécurité mondiale difficile, que la détention d'armes nucléaires sur lesquelles aucun contrôle indépendant ne peut s'opérer reste le véritable danger pour la sécurité de notre monde. C'est là le noeud gordien du problème: le texte onusien, comme ses prédécesseurs, sera sans doute sans effet sur ceux-là qui détiennent ces armes prohibées par les Nations unies. En effet, l'ONU ne dispose d'aucun moyen qui lui permette de contraindre les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Chine ou la Russie à ouvrir leurs arsenaux centraux aux inspecteurs de l'Aiea, alors même qu'il bute sur le refus d'Israël qui interdit à l'organisme onusien de sécurité atomique d'inspecter ses centrales atomiques. L'ONU avait été impuissante à prévenir la destruction par Israël de la centrale Osirak de Tamuz en Irak en 1981! Qu'a pu faire l'ONU pour empêcher les Etats-Unis d'envahir l'Irak en 2003 et de détruire ce pays sous prétexte qu'il détiendrait des armes de destruction massive? Rien! D'ailleurs cette fable s'est révélée un mensonge. Les mêmes Etats-Unis menacent l'Iran - malgré l'accord trouvé avec Téhéran sur son programme nucléaire - et la Corée du Nord de recourir à l'arme ultime. Que dit l'ONU? Comment un pays - fut-il la première puissance mondiale - peut-il prétendre se substituer au droit international et à l'organisation représentative de toutes les nations, prônant ce que le monde doit faire ou ne pas faire? De fait, l'Otan résumait parfaitement cette interprétation des choses qui, s'insurgeant contre le traité de l'ONU déclarait «chercher à interdire les armes nucléaires par un traité qui n'engagera aucun Etat possédant effectivement de telles armes ne sera pas efficace, ne réduira pas les arsenaux nucléaires, ne renforcera la sécurité d'aucun Etat, et ne contribuera pas à la paix et la stabilité internationales». Certes! Mais la «stabilité internationale» est remise en cause par ceux-là qui détiennent la puissance atomique, qui refusent d'être inspectés par l'Aiea et se sont établis en tant que juges et parties interdisant aux uns, permettant aux autres. Peut-on alors mettre au banc de l'humanité ces «autres» qui cherchent eux aussi à se protéger? Ce sont les détenteurs de la puissance nucléaire qui, outre de menacer la stabilité internationale, sont derrière la prolifération du nucléaire. Le danger pour le monde, ce n'est pas la Corée du Nord, ce sont bien les Etats-Unis. M. Trump doit bien le savoir!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.