Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Les jeunes chahutent une réunion présidée par Bouhadja    Le gouvernement Bedoui face à une rentrée sociale explosive    Demande de levée d'immunité pour Djemaï    Un processus laborieux et de longue haleine    La 3e édition du salon Pharmex en septembre    Les explications du directeur de Giplait    Agence ENTMV saccagée    Des mesures, mais pour quoi faire ?    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    Des militants rifains demandent à être déchus de leur nationalité    60 morts et 101 blessés dans des inondations    Le nouveau commandant régional de la gendarmerie installé    Tuchel « troublé » par le cas Neymar    Ardji en route vers la Bulgarie    Le saviez-vous… ?    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Une dizaine de jeunes formés aux techniques théâtrales    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    AC Milan : Bennacer retenu pour le match contre l'Udinese    Turquie : La défense annonce une nouvelle opération anti-PKK    Tébessa : Rush sur les espaces d'attractions et de détente    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Les accidents de la route en baisse    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Tenes: Le corps d'un baigneur repêché    Madame la Ministre, vous n'êtes pas coupable, mais responsable!    Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?    «Slimani peut apporter son agressivité offensive»    Les suites de la bousculade au concert de Soolking    Etude réalisée avec la collaboration d'experts juristes, économistes, politologues et sociologues    Saisie de cannabis traité    Complexe Tosyali d'Oran : Exportation de 22.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    JS Saoura : Lahmeri et Farhi sanctionnés par le club    Les contre-mesures répondent à l'escalade tarifaire des Etats-Unis    Alger : Un incendie à Dounia Parc sans faire de victimes ni de dégâts matériels    Syrie: Un sommet Turquie-Russie-Iran le 16 septembre à Ankara    Journal Officiel : Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler dans la zone terrestre du rayon des douanes    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    Vols suspendus à l'aéroport de Mitiga après le tir d'une roquette    Vers une jonction avec les partis politiques    L'inévitable saignée des parents    Ounissi Khelifa, nouveau DGSN    Meriem Merdaci démissionne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les révolutions que vous devez mener..."
LE PROFESSEUR CHITOUR AUX ETUDIANTS DE POLYTECH
Publié dans L'Expression le 17 - 12 - 2017


Le professeur émérite Chems Eddine Chitour
Le Professeur. Chitour a appelé les jeunes Algériens à garder foi en leur pays tout en menant de grands défis qui permettront de sauver l'Algérie. Appréciez-plutôt...
A l'américaine! Les étudiants de l'Ecole nationale polytechnique sont encouragés à l'entrepreneuriat et la prise d'initiatives dès le début de leur cursus. C'est dans ce cadre que des associations d'étudiants ont été créées à l'instar de «Chemical Engineering Club», qui a organisé jeudi dernier, une conférence qui a pour thème: «Le monde de l'énergie et les défis du futur: quelles opportunités pour l'Algérie?». C'est le parrain de cette association, le professeur émérite Chems Eddine Chitour qui a été tout naturellement choisi pour ouvrir ce cycle de conférences qui se poursuivra tout au long de l'année.
Le professeur Chitour qui est spécialiste des questions énergétiques est aussi connu pour être un agitateur d'idées. Il a profité de cette conférence qui a vu la présence d'étudiants de plusieurs autres écoles et universités du pays pour envoyer des messages très forts aux jeunes Algériens. Le professeur Chems Eddine Chitour commence tout d'abord par se rappeler aux bons vieux souvenirs des anciens élèves qui sont passés par cet amphithéâtre qui sont devenus des éminences dans leur domaine.
«Mais malheureusement, la majorité l'est à l'étranger», se désole-t-il pour ce qui sonne comme un message fort à une jeunesse algérienne perdue entre ses envies d'ailleurs et son désir de faire avancer le pays.
Dans ce sens, le professeur Chitour appelle ces jeunes à entreprendre. «N'attendez pas que l'Etat vous aide. Si vous avez des idées, faites tout pour les concrétiser. Entreprenez...», lance-t-il sous les applaudissements de la salle.
«La différence entre nous et l'Europe c'est qu'eux n'ont pas de pétrole, mais ont des idées ce qui leur permet d'être mieux que nous», ajoute-t-il. «J'en profite donc pour lancer un appel aux autorités pour qu'ils forment les jeunes au lieu de leur donner des bus. La formation des hommes est la colonne vertébrale du développement dans tous les pays du monde. Malheureusement, elle fait défaut en Algérie», s'insurge-t-il en donnant la piste du développement durable comme pari d'avenir. D'ailleurs, il appelle à une révolution du...tout-électrique.
«Actuellement, il y a une révolution qui se fait dans le monde «le tout-électrique», l'Algérie ne doit pas rater cette révolution», soutient-il en donnant comme exemple le «frère -ennemi» marocain qui vient de signer un contrat avec le géant chinois, BYD, des voitures électriques, pour l'implantation de plusieurs usines au Maroc. «Pourquoi ne pas faire de même? Je l'ai toujours dit. Nous ambitionnons de créer une industrie automobile, alors pourquoi ne pas aller vers le montage de véhicules électriques?», s'interroge-t-il. «Imaginez que 25% de notre parc en 2030 (nous aurons près de 11 millions de voitures) seront électriques, cela veut dire qu'on diminuera la consommation d'essence qui sera soit vendue ou laissée pour les générations futures. En tout état de cause, le carburant sera de plus en plus renouvelable, c'est-à-dire qu'il proviendra des panneaux photovoltaïques, du vent, de la biomasse ou de l'énergie hydraulique», souligne-t-il. «On doit aussi développer plus les transports électriques tels que le métro, le train et le tramway. L'argent tiré des taxes et les économies faites sur les carburants classiques, dont les importations se situent autour de 3 milliards de dollars, serviront à développer les transports publics», poursuit-il. «Avec cela, on fera des économies d'énergie et d'argent. A titre d'exemple, 100 km avec une voiture électrique ne nous coûtera que 7 dinars contre 250 dinars avec de l'essence», rétorque-t-il en insistant sur le fait que c'était la révolution qu'il ne fallait pas rater. «On a les moyens de le faire, les circonstances nous sont favorables, alors à nous de l'imposer...», renchérit-il non sans appeler à révolutionner également les mentalités. «On doit encourager les citoyens à rouler propre en surtaxant les véhicules roulant à l'essence et au diesel, tout en exonérant de taxes les véhicules électriques», estime-t-il. «On doit former des écocitoyens et non des égocitoyens comme ils le sont actuellement. Pour réussir ce défi on doit d'abord éradiquer le gaspillage de l'énergie sous toutes ses formes. Nous devons nous mettre à l'économie d'énergie (électricité, eau, gaz, carburant,...) pour diminuer nos besoins», suggère-t-il. «Comme je le dis souvent, consommez moins, pour consommer mieux», conseille-t-il. ««Il n'est pas encore trop tard. Vous êtes l'avenir. C'est vous et seulement vous qui pouvez changer les choses. Votre impact est très important. Les petits ruisseaux font les grandes rivières», insiste-t-il avec conviction auprès de ces jeunes étudiants éblouis par cette conférence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.