Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Une opportunité de relance économique du secteur    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Boukaroum exclu de l'AG    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Laskri démissionne du présidium
POUR IMPOSER UN CONGRÈS EXTRAORDINAIRE AU FFS
Publié dans L'Expression le 12 - 02 - 2018

Certains militants du FFS se disent pris de court devant ce fait accompli
Dans son dernier message, l'instance présidentielle a indiqué que «la date du prochain congrès ordinaire sera fixée quand les conditions de sa tenue seront réunies».
Invraisemblable est la décision prise par Ali Laskri. Il claque la porte de l'instance présidentielle, juste pour imposer la convocation d'un congrès extraordinaire, dont la date sera fixée lors de la session du conseil national du parti prévue pour le week-end prochain. Cette démission intervient aussi à la veille de la présidentielle. Dans son dernier message, l' instance présidentielle a indiqué que «la date du prochain congrès ordinaire sera fixée quand les conditions de sa tenue seront réunies».
La date du conseil national est fixée aux 16 et 17 février. Certains militants du FFS se disent pris de court devant ce fait accompli.
«Je vous informe de mon retrait, en démissionnant en ma qualité de membre de l'instance présidentielle et coordinateur, à compter de ce jour et de remettre mon mandat aux militants qui m'ont élu lors du 5e congrès», a écrit Ali Laskri dans sa lettre de démission adressée aux militants du vieux parti d'opposition. Suite à la démission de Ali Laskri, intervenant après l'exclusion de Rachid Halet et la démission de Saïda Ichalamen, le présidium du FFS n'est composé que de trois personnes, dont Aziz Baloul et Mohand Amokrane Cherifi. Or, «l'article 48 des statuts du parti, rend obligatoire la convocation d'un congrès extraordinaire pour élire une nouvelle direction nationale», a rappelé Ali Laskri. S'agit-il d'une tentative de mettre davantage la main sur le parti? Le FFS devrait se débarrasser de l'IP, inefficace et très lente et élire à la tête du parti un président en remplacement du défunt Hocine Aït Ahmed, fondateur et président éternel du parti. Ali Laskri abandonne son poste à l'instance présidentielle du FFS, dont il est devenu membre en 2013.
Il a également occupé le poste de premier secrétaire national du parti de 2011 à 2013, ainsi que de 2004 à 2007. «Mon retrait de cette instance implique automatiquement l'organisation d'un congrès extraordinaire sur le plan statutaire», explique Laskri dans son message. Un congrès extraordinaire sera, d'après Ali Laskri «dans l'intérêt salvateur du parti, à travers l'élection d'une nouvelle instance présidentielle, ce qui va amener une nouvelle dynamique d'espoir de tout un peuple». Le démissionnaire a promis de s'expliquer lors de la prochaine session du conseil national. Pour rappel, dans son dernier message, l'IP avait lancé un appel aux militants à tous les niveaux pour resserrer leurs rangs, faire passer l'intérêt supérieur du parti avant toute autre considération, de veiller au respect des statuts et du règlement intérieur du parti, et de dénoncer toute manoeuvre ou travail fractionnaire visant à diviser ou affaiblir le parti.
L'IP rejette les pratiques claniques et clientélistes qui sont indignes du FFS, de sa vocation démocratique et des ambitions qu'il nourrit pour le pays. La situation politique, l'évaluation du dernier scrutin et les aspects organiques, sont, entre autres points prévus à l'ordre du jour du conseil national. Il était également question d'ouvrir des débats de fond sur l'état du parti et de fixer sa feuille de route pour l'année 2018. Au terme de son constat, l'IP a souligné que l'immobilisme sur la scène politique est appelé à durer jusqu'à la prochaine élection présidentielle d'avril 2019.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.