Le Tribunal militaire de Blida rejette la demande de libération provisoire de Louisa Hanoune    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    CRISE POLITIQUE EN ALGERIE : Gaïd Salah insiste sur la tenue de la présidentielle    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Le procès d'Ali Haddad reporté    En bref…    Juventus : Allegri donne la raison de son départ    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    L'appui de Benflis    Quelques vérités bonnes à dire    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Appel à un dialogue "franc" avec l'institution militaire    ACTUCULT    Les antiquités en péril recherchent désespérément un nouveau musée    Tajine malsouka au poulet    Cheveux d'ange au miel    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Les joueurs en grève    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Gaïd Salah peaufine sa réponse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les financiers des "harraga"
Publié dans L'Expression le 17 - 02 - 2018

Vendre son âme au diable. A une question, jeudi dernier, d'un sénateur sur la lutte que mène l'Algérie contre la migration clandestine, notre ministre de l'Intérieur, Nouredine Bedoui, a révélé «l'existence de réseaux criminels activant via les réseaux sociaux qui incitent les jeunes à quitter le pays en contrepartie de sommes importantes». Par son caractère officiel, l'information est de taille. Le gouvernement détient les preuves de ce qu'il avance. «Les services de sécurité ont réussi, dans le cadre des mesures prises pour faire face à ce phénomène, à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire, avant de les présenter à la justice» a ajouté le ministre de l'Intérieur. On connaissait le financement du terrorisme, mais pas le financement de l'immigration clandestine. Ainsi donc, nous sommes en présence de tout un système qui consiste à créer le chaos dans les pays de destinations qui, à leur tour, se retournent contre les pays de départs. Il y a là toute une stratégie à grande échelle qui dépasse le grand banditisme dont font partie les passeurs. Le financement des millions de migrants (l'Allemagne à elle seule a accueilli un million de migrants) ne représentent pas des clopinettes. Des sommes faramineuses sont nécessaires. Des sommes que seuls des Etats peuvent assurer. Même si Bedoui ne va pas jusque-là, l'ampleur du financement ne laisse aucun doute. Et puis aussi, cette nouvelle information, donne une réponse au questionnement qui s'est toujours posé aux Algériens. Ils savaient que leur pays qui était un pays de transit était devenu un pays de destination.
Ils savaient que des migrants venus de l'Afrique subsaharienne fuyaient la misère et les zones de conflits. Ils savaient que des migrants syriens, fuyant la guerre, ont trouvé refuge en Algérie. Tous ces migrants étaient heureux de trouver la paix dans notre pays. Ils étaient heureux de manger à leur faim. Mais quand ils apprenaient que des Algériens tentaient, eux aussi, de traverser la Méditerranée au péril de leur vie pour rejoindre l'Europe, ils ne comprenaient plus. C'est que ces Algériens appelés «harraga» n'ont pas le même profil que les migrants des autres pays qui se déversent sur les côtes du Vieux Continent. Nos «harraga» vivent dans leur pays en paix, mangent plus qu'à leur faim, gaspillent même. Nos «harraga» vivent dans leur pays qui ne trouve pas de main-d'oeuvre dans certains secteurs comme le bâtiment ou l'agriculture. Ils vivent dans leur pays qui distribue les logements par millions. Qui accordent des facilités déconcertantes à ceux qui veulent créer leur propre entreprise. Que les opportunités d'entreprendre sont à l'infini dans une Algérie en plein essor. En vérité c'est «la contrepartie de sommes importantes» qui les incite à partir. Voilà qui est clair. C'est tellement clair qu'il ne faut pas chercher loin pour trouver les financiers. Faut-il rappeler qu'un attentat dans les rues d'Alger durant la décennie noire était payé en devises fortes à son auteur? Bis repetita!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.