LDC : L'Atalanta réalise un exploit historique    OL : Marcelo veut partir. Il ne supporte plus sa situation    Naples : Ancelotti fait ses adieux    Le chef de l'Etat signe la loi de Finances 2020    Présidentielle: toutes les conditions réunies pour le bon déroulement du scrutin    Une grande marche en cours à Alger    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: près de 3.000 affaires traitées en novembre    Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Le président annonce des mesures d'apaisement    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Imposante mobilisation des campus    Des personnalités appellent à éviter les dépassements    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Le capitaine Chammam finalement apte pour le rendez-vous de Doha    Subsistance de divergences    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    36 nouveaux bus affectés aux communes    Setif : le secteur de la formation accuse un déficit    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Benflis dénonce une «cabale»    LA COULEE DE LAVE    Les conditions d'inscription fixées    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Equipementier automobile : Valeo vise plus de 15% de marge avec l'électrification et les ADAS    Maroc : Visite du secrétaire d'état américain au Maroc    Ghardaïa: L'étude d'aménagement de la wilaya d'El-Menea présentée aux autorités locales    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    A quoi s'attendre pour l'économie nationale en 2020 ?    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les financiers des "harraga"
Publié dans L'Expression le 17 - 02 - 2018

Vendre son âme au diable. A une question, jeudi dernier, d'un sénateur sur la lutte que mène l'Algérie contre la migration clandestine, notre ministre de l'Intérieur, Nouredine Bedoui, a révélé «l'existence de réseaux criminels activant via les réseaux sociaux qui incitent les jeunes à quitter le pays en contrepartie de sommes importantes». Par son caractère officiel, l'information est de taille. Le gouvernement détient les preuves de ce qu'il avance. «Les services de sécurité ont réussi, dans le cadre des mesures prises pour faire face à ce phénomène, à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire, avant de les présenter à la justice» a ajouté le ministre de l'Intérieur. On connaissait le financement du terrorisme, mais pas le financement de l'immigration clandestine. Ainsi donc, nous sommes en présence de tout un système qui consiste à créer le chaos dans les pays de destinations qui, à leur tour, se retournent contre les pays de départs. Il y a là toute une stratégie à grande échelle qui dépasse le grand banditisme dont font partie les passeurs. Le financement des millions de migrants (l'Allemagne à elle seule a accueilli un million de migrants) ne représentent pas des clopinettes. Des sommes faramineuses sont nécessaires. Des sommes que seuls des Etats peuvent assurer. Même si Bedoui ne va pas jusque-là, l'ampleur du financement ne laisse aucun doute. Et puis aussi, cette nouvelle information, donne une réponse au questionnement qui s'est toujours posé aux Algériens. Ils savaient que leur pays qui était un pays de transit était devenu un pays de destination.
Ils savaient que des migrants venus de l'Afrique subsaharienne fuyaient la misère et les zones de conflits. Ils savaient que des migrants syriens, fuyant la guerre, ont trouvé refuge en Algérie. Tous ces migrants étaient heureux de trouver la paix dans notre pays. Ils étaient heureux de manger à leur faim. Mais quand ils apprenaient que des Algériens tentaient, eux aussi, de traverser la Méditerranée au péril de leur vie pour rejoindre l'Europe, ils ne comprenaient plus. C'est que ces Algériens appelés «harraga» n'ont pas le même profil que les migrants des autres pays qui se déversent sur les côtes du Vieux Continent. Nos «harraga» vivent dans leur pays en paix, mangent plus qu'à leur faim, gaspillent même. Nos «harraga» vivent dans leur pays qui ne trouve pas de main-d'oeuvre dans certains secteurs comme le bâtiment ou l'agriculture. Ils vivent dans leur pays qui distribue les logements par millions. Qui accordent des facilités déconcertantes à ceux qui veulent créer leur propre entreprise. Que les opportunités d'entreprendre sont à l'infini dans une Algérie en plein essor. En vérité c'est «la contrepartie de sommes importantes» qui les incite à partir. Voilà qui est clair. C'est tellement clair qu'il ne faut pas chercher loin pour trouver les financiers. Faut-il rappeler qu'un attentat dans les rues d'Alger durant la décennie noire était payé en devises fortes à son auteur? Bis repetita!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.