ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Macron salue la décision de Bouteflika
ALORS QUE LA PRESSE FRANÇAISE EST SUSPICIEUSE
Publié dans L'Expression le 13 - 03 - 2019


Le président français lors de sa visite en Algérie
Je pense que c'est un signe de maturité» et «nous ferons tout pour accompagner l'Algérie dans cette transition avec amitié et avec respect».
C'est dans le sillage de son périple est-africain, entamé lundi dernier, que le président français Emmanuel Macron s'est exprimé sur la décision du président algérien Abdelaziz Bouteflika de renoncer à un cinquième mandat. Il a ainsi salué, à Djibouti, la décision du président algérien Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat et a appelé à «une transition d'une durée raisonnable». «Je salue la décision du président Bouteflika, qui signe une nouvelle page» de l'histoire algérienne, a déclaré le chef de l'Etat français au cours d'une conférence de presse avec son homologue djiboutien Ismaïl Omar Guelleh «Je salue la dignité avec laquelle la population, en particulier la jeunesse algérienne, a su exprimer ses espoirs, sa volonté de changement, ainsi que le professionnalisme des forces de sécurité», a déclaré Emmanuel Macron. Rebondissant sur la conférence nationale inclusive annoncée et devant précéder l'élection, Emmanuel Macron a souhaité que cette conférence puisse s'organiser dans «les prochaines semaines et les prochains mois». afin qu'elle débouche sur une «transition d'une durée raisonnable». «Je pense que c'est un signe de maturité» et «nous ferons tout pour accompagner l'Algérie dans cette transition avec amitié et avec respect», a-t-il ajouté. «La France exprime l'espoir qu'une nouvelle dynamique à même de répondre aux aspirations profondes du peuple algérien puisse s'engager rapidement», avait déjà réagi lundi soir le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.
La presse française a également fait écho au report de l'élection présidentielle prévue pour le 18 avril prochain. Le Monde, de ce 12 mars, consacre son éditorial à la décision historique du Président Bouteflika: «Le régime algérien ne réalise pas qu'en formulant des concessions tardives et insuffisantes, il a déjà perdu la partie. Il paie aujourd'hui son refus de laisser émerger des figures susceptibles de rénover le système» estime, le journal «De retour chez lui, le président Bouteflika a sorti sa deuxième carte. Cette fois, il renonce à un cinquième mandat, annonce le report de l'élection présidentielle et entend procéder directement à l'étape proposée précédemment, celle d'une conférence nationale inclusive» rappelle le journal qui estime qu'il «est déjà trop tard.»
Les journaux français se sont réjouit des «annonces démocratiques» du président algérien Abdelaziz Bouteflika qui a renoncé à briguer un cinquième mandat, mais appelaient à la «vigilance» contre un éventuel «leurre» destiné à faire gagner du temps au chef de l'Etat cible d'une contestation sans précédent.
Les annonces de M. Bouteflika constituent une «première victoire» pour les manifestants, note Libération qui réserve sa pleine «une» à la lettre à son peuple du chef de l'Etat algérien. «S'il tient parole, si cette lettre s'applique complètement, Abdelaziz Bouteflika, quittant son costume d'Ubu immobile, se rapprochera des bâtisseurs de la liberté, tel un Gorbatchev ou un De Klerk arabe», écrit Laurent Joffrin. Mais, conseille l'éditorialiste: «Que cette mobilisation pacifique ne s'arrête pas, quitte à prendre des formes nouvelles, pour s'assurer, avec une sourcilleuse vigilance, que cette extraordinaire promesse ne reste pas lettre morte.» En «une», Le Figaro annonce que «l'Algérie tourne la page de Bouteflika». Son éditorialiste Arnaud de La Grange ne cache pourtant pas sa méfiance. «Ce feu d'artifice d'annonces démocratiques suffira-t-il à apaiser la crise? Ne sera-t-il qu'un leurre scintillant dans le ciel d'Alger, vite noyé dans le brouillard politicien?», se demande-t-il avant d'appeler aussi les manifestants à la «vigilance».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.