Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestations contre l'agression militaire de Haftar
À TRIPOLI ET DANS LES PRINCIPALES VILLES LIBYENNES
Publié dans L'Expression le 14 - 04 - 2019

Haftar reste sourd aux appels de la communauté internationale
«Il y a des divisions. Elles sont claires, que ce soit au Conseil de sécurité ou des organisations régionales, la Ligue arabe, l'Union africaine ou l'Union uropéenne», a déploré le MAE libyen, Mohamad Tahar Siala.
Des milliers de Libyens sont sortis vendredi dans les principales villes du pays pour manifester contre l'agression militaire lancée par les troupes de Khalifa Haftar pour contrôler la capitale Tripoli.
Les manifestations pacifiques organisées notamment à Tripoli et Misrata, retransmises en direct par des chaines de télévisions locales, ont drainé des foules imposantes en cette journée printanière. Plusieurs intervenants ont pris la parole rejetant à l'unanimité la «guerre contre la capitale» ainsi que «le coup d'Etat contre les autorités civiles du pays».
«Haftar est un criminel de guerre», «Non à la militarisation du pouvoir», «Non au remplacement d'un dictateur par un autre», «Tous ensemble derrière le gouvernement d'union nationale»,» Non au pouvoir des militaires», «Oui pour une Libye, Etat civil», pouvait-on notamment lire sur les banderoles brandies à l'occasion par les manifestants. Avec une Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée, le maréchal Khalifa Haftar a lancé le 4 avril des hostilités pour s'emparer de Tripoli, siège du gouvernement d'union nationale (GNA), dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par la communauté internationale. En face, les forces pro-GNA ont affiché leur détermination à faire cesser cette agression. L'armée loyale s'est aussi engagée à venir en aide aux citoyens pris au piège des combats qui ont fait des dizaines de morts et déplacé des milliers de personnes.
Par ailleurs, les appels de la communauté internationale à la désescalade se multiplient pour ouvrir la voie à la tenue de la Conférence nationale, prévue initialement à la mi-avril mais reportée sine die.
Cette conférence avait pour objectif de dresser une feuille de route en vue de mettre fin à la période de transition chaotique qui perdure depuis la chute du régime de Maâmar el-Gueddafi en 2011.
L'ONU réclame une «pause humanitaire» dans les combats aux abords de Tripoli, afin de faciliter le départ des civils et apporter une aide à ceux qui restent, a déclaré vendredi son porte-parole, Stéphane Dujarric.
«Les combats continuent» et «il y a en fait une augmentation du recours à de l'artillerie lourde qui peut avoir un impact dévastateur, spécialement dans des zones urbaines», a déclaré le porte-parole de l'organisation.»
Les combats empêchent les gens de fuir» et «nous avons vu des équipes médicales et des ambulances visées, ce qui est complètement inacceptable», a ajouté Stéphane Dujarric. Selon des diplomates, l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a récemment indiqué au Conseil de sécurité qu'il comptait rester en Libye jusqu'au dernier moment. Depuis une semaine, l'ONU a émis en vain plusieurs appels à un arrêt des combats et de l'agression des troupes du maréchal Haftar, qui se heurtent aux forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale. A l'initiative du Royaume-Uni, les membres du Conseil de sécurité travaillent depuis deux jours sur une nouvelle déclaration qui appellerait à un cessez-le-feu en Libye, selon des diplomates. Le GNA a exhorté ven-
dredi le Conseil de sécurité de l'ONU à agir pour arrêter l'offensive sur Tripoli, regrettant la division observée. «Nous voulons une intervention politique, pas militaire», a déclaré le ministre des Affaires étrangères du GNA, Mohamad Tahar Siala. «Nous espérons que le Conseil de sécurité de l'ONU parviendra à arrêter l'ANL et convaincre les pays qui la soutiennent de changer de position», a-t-il ajouté. «Il y a des divisions. Elles sont claires, que ce soit au Conseil de sécurité ou des organisations régionales, la Ligue arabe, l'Union africaine ou l'Union européenne «, a-t-il ajouté. Interrogé sur le soutien de certains pays au maréchal Haftar, Siala a indiqué que «le GNA était en contact régulier avec les pays qui soutiennent les deux camps», sans plus.
«Les Libyens doivent compter sur eux mêmes pour une solution politique au conflit, sinon ils paieront un lourd tribut sur plusieurs générations», a-t-il encore indiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.