ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





121 morts et près de 600 blessés dans les combats près de Tripoli
LIBYE
Publié dans L'Expression le 15 - 04 - 2019


Les combats sont acharnés
Alors que ses forces n'arrivent toujours pas à entrer dans la capitale, le maréchal Haftar est parti au Caire pour y rencontrer le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, un de ses plus fervents soutiens. Ils ont discuté «des derniers développements en Libye».
Les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) ont annoncé hier avoir abattu un avion de chasse de l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar, au sud de la capitale Tripoli. «Les forces de l'armée libyenne (du GNA) ont abattu un avion ennemi qui se préparait à mener des raids aériens dans la région de Wadi al-Rabie», a déclaré leur porte-parole, le colonel Mohamad Gnounou.Plus de 9500 personnes ont été déplacées depuis le déclenchement le 5 avril dernier des hostilités dans les environs de Tripoli, dont la moitié au cours des deux derniers jours. Selon l'office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires en Libye, plus de 3500 personnes ont été déplacées au cours des 24 dernières heures. La même source dit «craindre» pour la sécurité des civils bloquées à l'intérieur des zones touchées par le conflit». Des milliers de personnes ont fui leur foyer, tandis que d'autres se retrouvent piégées dans des zones de conflit. Les hôpitaux à l'intérieur et à l'extérieur de Tripoli reçoivent chaque jour des victimes», a-t-elle l'arrêt des hostilités.
Alors que ses forces n'arrivent toujours pas à entrer dans la capitale, le maréchal Haftar est parti au Caire pour y rencontrer le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, un de ses plus fervents soutiens. Ils ont discuté «des derniers développements en Libye», selon des médias d'Etat égyptiens qui n'ont pas donné davantage de détails. Outre l'Egypte, l'ANL a bénéficié aussi d'un soutien direct ou indirect d'autres pays comme les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite, la France ou la Russie. Sur le terrain, les forces du GNA et de l'ANL continuent chacune de proclamer des «avancées», mais concrètement, aucune des deux ne semble avoir pris l'avantage. Les combats ont repris dimanche, sur les mêmes lignes de front, en particulier dans les localités de Ain Zara et al-Swani, au sud de Tripoli.
Le bureau de l'OMS en Libye, qui ne précise pas le nombre de civils parmi les victimes, a par ailleurs condamné sur son compte Twitter «les attaques répétées contre le personnel soignant» et les ambulances dans les environs de Tripoli. Dans un pays plongé dans le chaos depuis 2011, les organisations internationales craignent que les civils ne fassent une nouvelle fois les frais des violences. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU a fait état de 13 500 personnes déplacées par les combats, dont 900 ont été hébergées dans des centres d'accueil. Hier, la mission de l'ONU en Libye (Manul) a rappelé que «le droit humanitaire international interdit formellement de bombarder des écoles, des hôpitaux, des ambulances et des zones civiles». «La mission surveille et documente tous les actes de guerre en violation de cette loi afin d'informer le Conseil de sécurité et la Cour pénale internationale». Cette mise en garde, intervient au lendemain d'un raid aérien, attribué par le GNA aux forces de l'ANL, qui a touché une école à Ain Zara, au sud de Tripoli. L'ANL a de son côté tenté d'accuser les forces du GNA d' un raid aérien et «visé des civils» à Gasr Ben Ghachir, à trente km au sud de Tripoli. Entre vendredi et samedi, les forces du GNA ont mené 21 frappes aériennes sur des «positions militaires» de l'ANL et ses lignes d'approvisionnement, selon leur porte-parole, le colonel Mohamad Gnounou. M. Gnounou a annoncé samedi soir «de grandes avancées sur tous les fronts», notamment à Al-Aziziya, ville à cinquante km au sud de Tripoli, où une caserne a changé de main plusieurs fois. «Nous n'avons pas commencé cette guerre, mais nous déciderons de l'heure et du lieu de sa fin», a-t-il dit. Un nouveau porte-parole du GNA, Mohamad Younès, a annoncé que les forces loyales se préparent à passer de la «phase défensive à l'offensive». L'ANL a rétorqué dans la soirée de samedi qu'elle «avançait sur tous les fronts». Son porte-parole, le général Ahmad Al-Mesmari a de nouveau fait état de «terroristes» et «criminels» aux côtés des forces du GNA.
M. al Sarraj a dénoncé samedi soir une «campagne de désinformation. Il a estimé que l'attaque de l'ANL contre la capitale «encouragera et ouvrira la voie aux cellules terroristes dormantes» pour s'attaquer aux Libyens. Profitant du chaos régnant dans ce pays riche en pétrole, des organisations extrémistes comme entre autres le groupe Etat islamique (EI) s'étaient implantées dans certaines villes avant d'en être chassées par les forces du GNA ou de l'ANL, mais elles restent actives dans le vaste désert libyen et auraient encore des cellules «dormantes» dans les villes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.