JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Il faut vite aller vers une élection présidentielle"
ABDELAZIZ BELAID PRECONISE UN RETOUR RAPIDE À LA LEGALITE
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2019


En parallèle au rejet de la rue de toute décision émanant du gouvernement, le président du Front El Moustakbel, Abdelaziz Belaïd, estime qu'il est urgent d'aller vers une élection présidentielle. «L'heure est grave», a-t-il fait comprendre, hier, en marge d'une conférence de presse organisée au forum du journal El Moudjahid. D'après lui, la seule voix à travers laquelle doit s'exprimer le peuple est celle «des urnes». «Ça reste la seule issue démocratique pour sortir de cette crise», soutient-il. A propos des conditions de déroulement de cette éventuelle élection, Abdelaziz Belaid préconise «la création d'une commission indépendante qui se chargera de garantir la totale transparence du scrutin». Il expliquera qu'avec un peu de volonté, «trois mois suffiront largement à mettre en place les mécanismes permettant d'aller vers un vote propre». Interpellé sur sa récente rencontre avec Bensalah, geste qui, rappelons-le, a valu au parti de nombreuses critiques, Abdelaziz Belaïd s'est justifié, en jugeant que le dialogue ne doit en aucuns cas être évité. «Nous devons instaurer un débat avec toutes les parties, ceci est nécessaire», a-t-il dit. Concernant les partis et les syndicats refusant tout dialogue avec le nouveau gouvernement, l'intervenant explique que «c'est la pire manière d'agir, car ce comportement induira inévitablement le pourrissement de la situation». Aussi, Abdelaziz Belaïd tient à souligner que le Front El Moustakbel n'a jamais agi dans le dos du peuple, et que sa rencontre avec Abdelkader Bensalah s'est faite de façon «officielle», au vu et au su de toute l'Algérie. «Nous ne procédons jamais de manière opaque», a-t-il assuré en affirmant encore que cette rencontre est juste une «tentative de redresser la situation du pays». A ce titre, il rappellera que bien que les revendications du peuple soient parfaitement légitimes, «l'impact de ces perturbations se fait ressentir négativement sur l'économie et le fonctionnement de tous les secteurs d'activités». Emettant des doutes et des craintes à ce sujet, Abdelaziz Belaïd explique que «les conséquences seront visibles sur le long terme et pourraient même laisser des séquelles». Il insistera une nouvelle fois sur l'importance, voire l'impératif de recourir «au dialogue et encore le dialogue». Il ne faut exclure personne, dit-il, «il est temps de mettre de côté ses jugements et penser au bien du pays». D'après lui, «le peuple ne devrait pas rejeter aussi sèchement le dialogue avec le système». En outre, le SG du Front El Moustakbel dit «assumer» sa démarche, «totalement désintéressée», de rencontrer Abdelkader Bensalah, faisant savoir qu'il compte d'ailleurs prendre part aujourd'hui-même à la réunion de consultation, sur invitation du président par intérim.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.