Real : Une provocation de Bale dans le vestiaire ?    JOURNEE NATIONALE DE L'ETUDIANT : Les universitaires dans la rue    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    Déstabilisations cycliques    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Hirak et ramadhan    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Echauffourées entre jeunes et policiers    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enquête à Paris après des appels aux suicides de policiers
«GILETS JAUNES»
Publié dans L'Expression le 22 - 04 - 2019

A plusieurs reprises dans le cortège parisien des «gilets jaunes», des manifestants ont crié «Suicidez-vous, suicidez-vous» aux forces de l'ordre, alors que la police française est touchée par une vague de suicides sans précédent depuis le début de l'année.
Une enquête a été ouverte en France à la suite des slogans «suicidez-vous, suicidez-vous» lancés aux policiers samedi dans la capitale lors d'une manifestation des «gilets jaunes» et qui ont suscité l'indignation, a-t-on appris hier auprès du parquet de Paris. Cette enquête a été ouverte pour «outrage à personne dépositaire de l'autorité publique commis en réunion». A plusieurs reprises dans le cortège parisien des «gilets jaunes», des manifestants ont crié «Suicidez-vous, suicidez-vous» aux forces de l'ordre, alors que la police française est touchée par une vague de suicides sans précédent depuis le début de l'année. Ces slogans ont été vivement condamnés par la classe politique et les syndicats de policiers.» «On atteint le paroxysme de la haine. Ces propos sont intolérables et inacceptables»,a déclaré hier un délégué général du syndicat Alliance, le premier syndicat chez les gardiens de la paix. «C'est une insulte aux policiers décédés, à leurs familles et à toute l'institution», a-t-il ajouté, appelant à identifier les responsables. D'autres syndicats policiers ont aussi dénoncé une «ignominie» et un «scandale», appelant les autorités à mettre un terme à cette «déferlante haineuse anti-flic». La classe politique, de LaREM, le parti de la majorité présidentielle, au Parti socialiste, en passant par Les Républicains(LR, droite), a aussi manifesté son indignation. «Honte à ceux qui se sont livrés à une telle ignominie!», a tweeté le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.
Le 23e samedi de manifestation des «gilets jaunes», mobilisés depuis cinq mois en France pour plus de pouvoir d'achat et de démocratie directe, a été marqué par de nouvelles violences à Paris, avant les réponses attendues jeudi d'Emmanuel Macron à la crise. Au total, 220 personnes ont été placées en garde à vue dans la capitale samedi en marge de cette mobilisation, parmi lesquelles six mineurs, selon un bilan du parquet de Paris. Quelque 27.900 personnes ont défilé samedi en France, dont 9.000 à Paris, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur qui font apparaître un fléchissement de la mobilisation mais qui sont régulièrement contestés par les «gilets jaunes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.