Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 02 - 2019

La mobilisation des «Gilets jaunes» s'est poursuivie durant ce week-end (samedi et dimanche à Paris et dans plusieurs départements de l'Hexagone. Si le nombre des manifestants est en baisse, la violence continue de monter et la ligne rouge a été même franchie. Après les attaques contre les institutions et les forces de l'ordre, un leader des «Gilets jaunes» Christophe Chalençon a même fait savoir qu'une opération armée pourrait intervenir.
Ce même leader des gilets jaunes ajoutera que M. Macron devait aller selon lui sous la guillotine, si toutefois, il sera éliminé lors des manifestations. La réponse du ministre de l'Intérieur n'était pas ferme comme l'attendait la majorité de Français. M. Castanaire a indiqué je cite : «Ainsi donc un des leaders des Gilets Jaunes nous annonce un coup d'Etat militaire... En plus de ces graves déclarations, la violence a été au rendez-vous durant ce samedi. Une vidéo montrait un véhicule de police pris pour cible. Pris dans les embouteillages, deux policiers dont une jeune femme de 21 ans étaient sur l'autoroute A7 à la sortie de Lyon. Ils se retrouvent bombardés de projectiles par des militants des gilets jaunes. Un casseur tente même de monter sur le capot tandis que l'on entend la jeune conductrice, sous le choc, en train de pleurer. Et son collègue, qui essaie de la rassurer.
Une enquête concernant les faits de violences avec arme et en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique a été ouverte par le parquet de Lyon. Aucune interpellation n'a eu lieu, précise le procureur de la République. Il est à noter également la montée des injures antisémites en France. Le Président français M. Emmanuel Macron a vivement réagi après les insultes dont le philosophe Alain Finkielkraut a été victime, à Paris, lors du 14e samedi de mobilisation des gilets jaunes. «Sale sioniste de merde !», «dégage», ont hurlé des manifestants. «Nique ta mère», lance un autre, tandis que des personnes crient «Palestine». Dans le brouhaha, on entend d'autres insultes proférées qui ressemblent à «sale juif» «Espèce de raciste, t'es un haineux, tu vas mourir, tu vas aller en enfer, espèce de sioniste», a crié un manifestant. «Il est venu exprès pour nous provoquer», a affirmé un autre.
Le philosophe n'a pas répliqué et s'est éloigné. Dans une interview a un journal français il s'est montré critique vis-à-vis du mouvement, estimant que «les différents leaders de cette révolte protéiforme (...) sont devenus les stars du petit écran. Cette promotion leur est montée à la tête et l'arrogance a changé de camp. Une honte absolue. Des méthodes fascistes d'intimidation», a réagi la Licra . Le philosophe a également reçu, sur le même réseau social, le soutien de ses confrères. «Total soutien à Alain Finkielkraut, et surtout : totale admiration pour le calme qu'il a su garder face à cette pisse mentale», a écrit Raphaël Enthoven.
Le parquet de Paris a ouvert une enquête, dimanche 17 février, pour «injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion» après les insultes antisémites dont a été victime le philosophe et écrivain, Alain Finkielkraut, samedi, en marge d'une mobilisation des «gilets jaunes». L'enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). De son côté, Alain Finkielkraut a dit qu'il ne porterait pas plainte, se disant «ni victime ni héros». Le philosophe et académicien a été pris à partie par des «gilets jaunes», le 16 février, en marge du quatorzième samedi de mobilisation. Sur des vidéos tournées boulevard du Montparnasse, à l'angle de la rue Campagne Première, dans le 14e arrondissement de Paris, il est copieusement sifflé et insulté.
Rassemblement pacifique des «Gilets Jaunes» au Puy En Velay (Haute Loire):
Contrairement aux autres villes de provinces, le rassemblement ce Samedi s'est tenu dans le calme dans le Puy En Velay (Haute Loire). Les manifestants ont défilé dans les artères et les rues de la ville et se sont arrêtés comme d'habitude devant le siège de la Mairie et de la préfecture. Des slogans propres au mouvement des gilets jaunes ont été scandés par la foule qui ne dépasse pas les 300 manifestants. Les forces de sécurité qui suivaient les événements de loin ne sont pas intervenus. Un seul dépassement a été constaté durant ce rassemblement à savoir : Le blocage d'une station d'essence «Total». Comme d'habitude, plusieurs individus hommes et femmes tenaient un vocabulaire violent, notamment envers les forces de sécurité et les journalistes étaient parmi la foule.
Certains ne portaient pas le fameux «Gilets jaunes» suivaient le cortège de loin. Au milieu des manifestants ont parle déjà du rendez vous du 9 mars ou sera organisé un grand rassemblement uniquement au Puy en Velay. Du côté des citoyens, on évoque le «Ras-le-bol» de ces manifestations. Cet état de fait vient surtout des commerçants qui se disent être victimes de ces rassemblements. La majorité des citoyens avec qui nous nous sommes entretenus ont indiqué qu'ils soutenaient les revendications à caractère sociale non seulement du mouvement des gilets jaunes mais de l'ensemble de la classe nécessiteuse.
Nos interlocuteurs n'ont pas manqué d'ajouter que les autorités du département et à leur tête le préfet M. Yves Rousset n'ont ménagé aucun effort pour répondre à la demande des citoyens. Plusieurs notables de la ville, anciens combattants et même des membres des gilets jaunes pacifiques ont été reçus en Préfecture. «A la sortie, ils ont déclaré qu'ils avaient été écouté attentivement et convaincu par les réponses et du Préfet et de ses collaborateurs».»Je reste à l'écoute des citoyens pour le «Grand Débat» initié par le Président de la République. Il est de même pour mes collaborateurs», a indiqué le Préfet de la Haute Loire M.Yves Rousset.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.