Météo.. Des pluies soutenues à l'Est    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 02 - 2019

La mobilisation des «Gilets jaunes» s'est poursuivie durant ce week-end (samedi et dimanche à Paris et dans plusieurs départements de l'Hexagone. Si le nombre des manifestants est en baisse, la violence continue de monter et la ligne rouge a été même franchie. Après les attaques contre les institutions et les forces de l'ordre, un leader des «Gilets jaunes» Christophe Chalençon a même fait savoir qu'une opération armée pourrait intervenir.
Ce même leader des gilets jaunes ajoutera que M. Macron devait aller selon lui sous la guillotine, si toutefois, il sera éliminé lors des manifestations. La réponse du ministre de l'Intérieur n'était pas ferme comme l'attendait la majorité de Français. M. Castanaire a indiqué je cite : «Ainsi donc un des leaders des Gilets Jaunes nous annonce un coup d'Etat militaire... En plus de ces graves déclarations, la violence a été au rendez-vous durant ce samedi. Une vidéo montrait un véhicule de police pris pour cible. Pris dans les embouteillages, deux policiers dont une jeune femme de 21 ans étaient sur l'autoroute A7 à la sortie de Lyon. Ils se retrouvent bombardés de projectiles par des militants des gilets jaunes. Un casseur tente même de monter sur le capot tandis que l'on entend la jeune conductrice, sous le choc, en train de pleurer. Et son collègue, qui essaie de la rassurer.
Une enquête concernant les faits de violences avec arme et en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique a été ouverte par le parquet de Lyon. Aucune interpellation n'a eu lieu, précise le procureur de la République. Il est à noter également la montée des injures antisémites en France. Le Président français M. Emmanuel Macron a vivement réagi après les insultes dont le philosophe Alain Finkielkraut a été victime, à Paris, lors du 14e samedi de mobilisation des gilets jaunes. «Sale sioniste de merde !», «dégage», ont hurlé des manifestants. «Nique ta mère», lance un autre, tandis que des personnes crient «Palestine». Dans le brouhaha, on entend d'autres insultes proférées qui ressemblent à «sale juif» «Espèce de raciste, t'es un haineux, tu vas mourir, tu vas aller en enfer, espèce de sioniste», a crié un manifestant. «Il est venu exprès pour nous provoquer», a affirmé un autre.
Le philosophe n'a pas répliqué et s'est éloigné. Dans une interview a un journal français il s'est montré critique vis-à-vis du mouvement, estimant que «les différents leaders de cette révolte protéiforme (...) sont devenus les stars du petit écran. Cette promotion leur est montée à la tête et l'arrogance a changé de camp. Une honte absolue. Des méthodes fascistes d'intimidation», a réagi la Licra . Le philosophe a également reçu, sur le même réseau social, le soutien de ses confrères. «Total soutien à Alain Finkielkraut, et surtout : totale admiration pour le calme qu'il a su garder face à cette pisse mentale», a écrit Raphaël Enthoven.
Le parquet de Paris a ouvert une enquête, dimanche 17 février, pour «injure publique en raison de l'origine, l'ethnie, la nation, la race ou la religion» après les insultes antisémites dont a été victime le philosophe et écrivain, Alain Finkielkraut, samedi, en marge d'une mobilisation des «gilets jaunes». L'enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). De son côté, Alain Finkielkraut a dit qu'il ne porterait pas plainte, se disant «ni victime ni héros». Le philosophe et académicien a été pris à partie par des «gilets jaunes», le 16 février, en marge du quatorzième samedi de mobilisation. Sur des vidéos tournées boulevard du Montparnasse, à l'angle de la rue Campagne Première, dans le 14e arrondissement de Paris, il est copieusement sifflé et insulté.
Rassemblement pacifique des «Gilets Jaunes» au Puy En Velay (Haute Loire):
Contrairement aux autres villes de provinces, le rassemblement ce Samedi s'est tenu dans le calme dans le Puy En Velay (Haute Loire). Les manifestants ont défilé dans les artères et les rues de la ville et se sont arrêtés comme d'habitude devant le siège de la Mairie et de la préfecture. Des slogans propres au mouvement des gilets jaunes ont été scandés par la foule qui ne dépasse pas les 300 manifestants. Les forces de sécurité qui suivaient les événements de loin ne sont pas intervenus. Un seul dépassement a été constaté durant ce rassemblement à savoir : Le blocage d'une station d'essence «Total». Comme d'habitude, plusieurs individus hommes et femmes tenaient un vocabulaire violent, notamment envers les forces de sécurité et les journalistes étaient parmi la foule.
Certains ne portaient pas le fameux «Gilets jaunes» suivaient le cortège de loin. Au milieu des manifestants ont parle déjà du rendez vous du 9 mars ou sera organisé un grand rassemblement uniquement au Puy en Velay. Du côté des citoyens, on évoque le «Ras-le-bol» de ces manifestations. Cet état de fait vient surtout des commerçants qui se disent être victimes de ces rassemblements. La majorité des citoyens avec qui nous nous sommes entretenus ont indiqué qu'ils soutenaient les revendications à caractère sociale non seulement du mouvement des gilets jaunes mais de l'ensemble de la classe nécessiteuse.
Nos interlocuteurs n'ont pas manqué d'ajouter que les autorités du département et à leur tête le préfet M. Yves Rousset n'ont ménagé aucun effort pour répondre à la demande des citoyens. Plusieurs notables de la ville, anciens combattants et même des membres des gilets jaunes pacifiques ont été reçus en Préfecture. «A la sortie, ils ont déclaré qu'ils avaient été écouté attentivement et convaincu par les réponses et du Préfet et de ses collaborateurs».»Je reste à l'écoute des citoyens pour le «Grand Débat» initié par le Président de la République. Il est de même pour mes collaborateurs», a indiqué le Préfet de la Haute Loire M.Yves Rousset.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.