ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'égypte plaide pour "une solution africaine"
SOMMET DE L'UA
Publié dans L'Expression le 24 - 04 - 2019

L'égypte accueillait hier deux sommets africains pour évoquer en urgence les crises au Soudan et en Libye, sur fond de crainte d'un débordement des troubles au-delà des frontières. Ces réunions, sous la houlette du chef de l'état égyptien Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l'Union africaine (UA), sont les premières de dirigeants africains sur ces questions. Le sommet sur le Soudan a commencé en premier, selon la présidence égyptienne. M. Sissi s'est réuni avec ses homologues Idriss Déby (Tchad), Ismaïl Omar Guelleh (Djibouti), Paul Kagame (Rwanda), Denis Sassou-Nguesso (Congo), Mohamed Abdullahi Mohamed (Somalie) et Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud). Un autre sommet sur la Libye devait réunir autour du chef de l'état égyptien les présidents du Rwanda et d'Afrique du Sud ainsi que celui du Congo, M. Sassou-Nguesso, également président de la commission sur la Libye à l'UA, selon la présidence. Le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, assistait aux deux rencontres, de même que des responsables éthiopien, sud-soudanais, ougandais, kényan et nigérian. Hier, lors d'une rencontre avec le président sud-africain avant le sommet, M. al-Sissi a souligné la nécessité de trouver une «solution africaine» aux crises dans le continent et réaffirmé le soutien de l'égypte «aux choix du peuple soudanais» en soulignant la nécessité de «préserver les institutions». La veille,
M. al-Sissi avait reçu Aboubaker Moustafa, le nouveau chef du Service national de renseignement et de sécurité soudanais (NISS), un organe qui avait été accusé d'avoir mené aux premiers mois de la contestation la répression contre les manifestants ayant fait plus de 60 morts et des centaines de blessés depuis le 19 décembre. Dans la capitale soudanaise, les manifestants restent mobilisés devant le QG de l'armée pour réclamer au Conseil militaire de transition de transférer le pouvoir à une autorité civile. En réponse, le Conseil de transition a affirmé lundi qu'»une proposition» des chefs de la contestation était «en cours d'examen, avec d'autres idées venant d'autres forces politiques» et qu'il «communiquera avec chacun pour parvenir à un terrain d'entente».
L'UA a menacé le 15 avril de suspendre le Soudan si l'armée ne quittait pas le pouvoir d'ici 15 jours, au profit d'une «autorité politique civile». La réunion sur la Libye a abordé, elle, «les moyens de relancer le processus politique ainsi que l'élimination du terrorisme», toujours selon la présidence égyptienne. Plus de 254 personnes dont des civils ont péri dans les violences, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a multiplié les mises en garde contre un «embrasement généralisé».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.