Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    Un algérien blessé et des maisons de plusieurs ressortissants endommagées    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    252 ha partis en fumée en 24 heures    La crise des déchets persiste à Constantine    "La pandémie exige de repenser l'acte pédagogique"    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Acteurs et écrivains appellent : Le Caire à libérer des prisonniers, dont une militante connue    Mascara : Le directeur de la laiterie El Emir placé sous contrôle judiciaire    Explosions au port de Beyrouth: Message de condoléances et de compassion du Président Tebboune à son homologue libanais    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    JS El Biar : Ali Zedek n'est plus    Décès du Pr Jean-Paul Grangaud : Condoléances du ministre de la Santé    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    Tebboune nomme le général Gouasmia à la tête de la Gendarmerie nationale    Djerad: La numérisation du système bancaire permettra de régler le problème de liquidités    Ghardaïa: Sept blessés graves dans une collision    La saison des pyromanes    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    ES Sétif: L'Entente crie au scandale    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Benbouzid annonce des mesures strictes    Le président Tebboune dépêche Mohamed Arkab sur les lieux    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    Pénurie de plus de 200 médicaments    532 nouveaux cas et 9 décès en 24 h    Ligue des champions africaine : La CAF renonce officiellement au Final four    Hommage au collectif d'avocats du FLN jeudi    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : 4 ans de prison requis contre le journaliste Khaled Drarni    La défense de Khalida Toumi évoque une détention ‘'illégale''    Le général Gouasmia nouveau commandant de la Gendarmerie    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Des départs plus grands !    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rahabi appelle à accélérer le processus
TRANSITION POUR UNE SORTIE DE CRISE
Publié dans L'Expression le 25 - 04 - 2019

Selon lui, les contours de cette transition seront définis par le pouvoir, le commandement de l'armée, l'opposition et l'élite.
Pas de temps à perdre. La situation de crise que traverse le pays doit déboucher sur une issue. L'ancien ministre de la Communication, Abdelaziz Rahabi, a plaide pour l'accélération du processus de transition qui sera mené par toutes les parties. «Nous avons tous des offres pour sortir de cette impasse politique émanant du pouvoir, du commandement de l'armée, de l'opposition et de l'élite. Il faut voir comment converger tout cela et faire asseoir tout ce monde autour d'une table», a déclaré hier Rahabi sur les ondes de la Chaîne 3 de la radio algérienne. Ce diplomate a relevé «l'impératif d'accélérer le processus pour mettre fin à l'impasse politique qui s'aggrave, en l'absence de perspectives». L'invité de la radio regrette l'absence d'un dialogue sérieux entre les différents acteurs politiques autour de la question de la transition pour sortir le pays de la situation d'impasse. «Jusqu'à maintenant, il n'y pas eu une seule offre de dialogue sérieuse proposant un agenda, des conditions et des modalités pour sortir le pays de l'impasse», a-t-il déploré. Rahabi estime que les choses ne peuvent pas durer ainsi. Selon lui, il y a une réalité qu'on ne peut pas ignorer, à savoir le refus du chef de l'état par le peuple. «Nous avons un sérieux problème avec un chef d'état, en raison de son rejet par le peuple et l'opposition, et par le fait qu'il ne peut prétendre valablement organiser la transition qui a toutes les chances de ne pas aboutir, encore moins l'élection présidentielle prévue le 4 juillet», a-t-il mentionné. L'ancien ministre a clairement déclaré que les citoyens algériens, mobilisés depuis le 22 février dernier, «veulent changer la nature du régime, entrer dans la démocratie, combattre la corruption et contrôler la richesse publique». «C'est un programme éminemment politique, qui devrait servir aussi bien le gouvernement, le commandement de l'armée que l'opposition», a-t-il ajouté. Concernant l'appel à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution, Rahabi a estimé que «c'est un faux débat qui a fait perdre beaucoup de temps à l'Algérie. Pendant 7 ans, nous étions otages de la santé de l'ancien président de la République et aujourd'hui, nous sommes otages de l'article 102 de la Constitution qui bloque tout effort d'innovation, de discussion et de recherche de solution négociée».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.