Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impasse?
L'OPTION DE L'ARTICLE 102 POUR SORTIR DE LA CRISE, MASSIVEMENT REJETEE
Publié dans L'Expression le 13 - 04 - 2019

Il demeure que pour le Hirak, l'ancien système doit tomber
L'acte VIII des marches pacifiques, qui s'est joué hier, a démontré par sa mobilisation exceptionnelle que les Algériens dans leur grande majorité ne renonceront pas à faire table rase de l'ancien système.
La désignation de Abdelkader Bensalah comme chef de l'Etat conformément à l'article 102 de la Constitution n'a pas répondu à la volonté populaire. Les slogans brandis lui sont d'une hostilité qui en dit long sur la radicalisation du Hirak. L'acte VIII des marches pacifiques qui s'est joué hier a démontré par sa mobilisation exceptionnelle que les Algériens dans leur grande majorité ne renonceront pas à faire table rase de l'ancien système. Le nouveau locataire d'El Mouradia qui doit pallier la vacance de la présidence de la République pour une période de trois mois, suite à la démission de Abdelaziz Bouteflika, est perçu comme un de ses symboles. Ce qui à leurs yeux le disqualifie de facto pour accompagner la transition qui doit déboucher sur l'élection présidentielle dont la date a été fixée au 4 juillet.
Sa proposition de créer une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d'organisation d'une élection nationale honnête et transparente n'a pas suffi pour apaiser les esprits. Si elle a été favorablement accueillie principalement par les partis de l'ex-Alliance présidentielle (FLN, RND, MPA, TAJ), il faut reconnaître que les formations politiques de l'opposition et les principales associations qui représentent la société civile, celles de la défense des droits de l'homme lui ont signifié un niet catégorique.
L'option de l'article 102 pour sortir de la crise se retrouve du coup massivement rejetée. Des positions tranchées qui conduisent à l'impasse. Abdelkader Bensalah peut-il dans une telle conjoncture poursuivre sa mission pour que le passage de témoin se fasse sans anicroche? A partir du moment où il est loin de faire l'unanimité pour conduire cette étape cruciale que traverse le pays sur le plan politique, il lui sera bien difficile de parvenir à traverser une telle tempête. Il demeure pour le Hirak un des derniers remparts de l'ancien système qui doit tomber.
Une pression à laquelle il ne semble pas enclin à céder. Il faut dire que l'homme bénéficie à ce jour de l'appui du vice-ministre de la Défense, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire. Gaïd Salah qui a été à l'origine de l'actionnement de l'article 102 de la Constitution qui a provoqué la démission de l'ancien président de la République s'en tient pour le moment qu'à la stricte application de la Loi fondamentale. Une autre façon de dire que l'armée veille au respect des lois de la République et qu'elle entend rester dans les prérogatives qui lui sont attribuées par la Constitution. Avec un détail d'importance cependant: l'armée se tiendra aux côtés de son peuple!
Le général de corps d'armée qui a évoqué les articles 7 (le peuple est la source de tout pouvoir. La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple.) et 8 (le pouvoir constituant appartient au peuple. Le peuple exerce sa souveraineté par l'intermédiaire des institutions qu'il se donne.) de la Constitution qui doivent accompagner l'application de l'article 102 pour répondre aux aspirations et aux revendications populaires ne semble pas avoir grillé toutes ses cartouches. En tous les cas et au vu de la situation actuelle, la solution politique semble de plus en plus incontournable pour une sortie définitive de la crise. Comment déclencher le processus? La question ne s'est pas posée pour le moment. Il n'est cependant pas exclu que l'option soit sur la table...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.