Tottenham: Mourinho voit grand pour Alli    Le câble sous-marin à fibre optique reliant l'Algérie à l'Espagne opérationnel    CAN-2020 (Dames)/Eliminatoires: Algérie-Burkina Faso au 1er tour    «J'ai fait une campagne propre»    7 responsables de Sonelgaz de Tipasa sous mandat de dépôt    Imposante marche des syndicats autonomes à Tizi Ouzou    Colère et indignation des Algériens    Augmentation du nombre de déclarations sur le site électronique    Les bénéficiaires exigent une commission d'enquête    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Dictature, démocratie... Vérités et mensonges    «L'Etat fera face à toute tentative d'entraver les élections»    Marche contre l'ingérence européenne    Deux médailles d'or et une en argent pour les Algériens    Riyad Mahrez parmi les 10 nominés    54 appareils distribués aux handicapés    Le transport scolaire fait défaut    Les lycéens à Relizane s'investissent    4 300 fuites d'eau colmatées depuis janvier    ACTUCULT    "Muhend U Yehya est un artiste profondément universel"    À quoi ressemble le paradis dans la tête d'un musulman !?    La pièce "GPS" retenue en compétition    Accidents de la route: 15 morts et 310 blessés en une semaine en zones urbaines    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Souk Naâmane (Oum El Bouaghi) : Démantèlement d'un réseau international de trafic de voitures    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Ligue des champions d'Afrique-ES Tunis - JSK, vendredi à 20h00 - Test grandeur nature pour les Canaris    Tébessa: Détournement de fonds dans une société, un cadre sous contrôle judiciaire    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Belaïd plaide pour "l'équilibre régional dans le développement"    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    Henry Kissinger Ex-secrétaire d'Etat américain Les Etats-Unis et la Chine devraient régler leurs désaccords pour le bien de l'avenir du monde    Zimbabwe : La fortune de Robert Mugabe dévoilée par le gouvernement    Sécurité alimentaire Une priorité pour sortir de la crise    USMBA: Plus de 90 millions DA de dettes, impasse sur le mercato hivernal    Déficit de la balance commerciale Une situation économique et sociale préoccupante    Chine : Hausse de l'IDA du secteur manufacturier en novembre    Bourse : Le Nikkei à Tokyo finit en baisse de 0,64%    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    "Chronologie de l'Histoire de l'Algérie" le 7 décembre à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impasse?
L'OPTION DE L'ARTICLE 102 POUR SORTIR DE LA CRISE, MASSIVEMENT REJETEE
Publié dans L'Expression le 13 - 04 - 2019

Il demeure que pour le Hirak, l'ancien système doit tomber
L'acte VIII des marches pacifiques, qui s'est joué hier, a démontré par sa mobilisation exceptionnelle que les Algériens dans leur grande majorité ne renonceront pas à faire table rase de l'ancien système.
La désignation de Abdelkader Bensalah comme chef de l'Etat conformément à l'article 102 de la Constitution n'a pas répondu à la volonté populaire. Les slogans brandis lui sont d'une hostilité qui en dit long sur la radicalisation du Hirak. L'acte VIII des marches pacifiques qui s'est joué hier a démontré par sa mobilisation exceptionnelle que les Algériens dans leur grande majorité ne renonceront pas à faire table rase de l'ancien système. Le nouveau locataire d'El Mouradia qui doit pallier la vacance de la présidence de la République pour une période de trois mois, suite à la démission de Abdelaziz Bouteflika, est perçu comme un de ses symboles. Ce qui à leurs yeux le disqualifie de facto pour accompagner la transition qui doit déboucher sur l'élection présidentielle dont la date a été fixée au 4 juillet.
Sa proposition de créer une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d'organisation d'une élection nationale honnête et transparente n'a pas suffi pour apaiser les esprits. Si elle a été favorablement accueillie principalement par les partis de l'ex-Alliance présidentielle (FLN, RND, MPA, TAJ), il faut reconnaître que les formations politiques de l'opposition et les principales associations qui représentent la société civile, celles de la défense des droits de l'homme lui ont signifié un niet catégorique.
L'option de l'article 102 pour sortir de la crise se retrouve du coup massivement rejetée. Des positions tranchées qui conduisent à l'impasse. Abdelkader Bensalah peut-il dans une telle conjoncture poursuivre sa mission pour que le passage de témoin se fasse sans anicroche? A partir du moment où il est loin de faire l'unanimité pour conduire cette étape cruciale que traverse le pays sur le plan politique, il lui sera bien difficile de parvenir à traverser une telle tempête. Il demeure pour le Hirak un des derniers remparts de l'ancien système qui doit tomber.
Une pression à laquelle il ne semble pas enclin à céder. Il faut dire que l'homme bénéficie à ce jour de l'appui du vice-ministre de la Défense, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire. Gaïd Salah qui a été à l'origine de l'actionnement de l'article 102 de la Constitution qui a provoqué la démission de l'ancien président de la République s'en tient pour le moment qu'à la stricte application de la Loi fondamentale. Une autre façon de dire que l'armée veille au respect des lois de la République et qu'elle entend rester dans les prérogatives qui lui sont attribuées par la Constitution. Avec un détail d'importance cependant: l'armée se tiendra aux côtés de son peuple!
Le général de corps d'armée qui a évoqué les articles 7 (le peuple est la source de tout pouvoir. La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple.) et 8 (le pouvoir constituant appartient au peuple. Le peuple exerce sa souveraineté par l'intermédiaire des institutions qu'il se donne.) de la Constitution qui doivent accompagner l'application de l'article 102 pour répondre aux aspirations et aux revendications populaires ne semble pas avoir grillé toutes ses cartouches. En tous les cas et au vu de la situation actuelle, la solution politique semble de plus en plus incontournable pour une sortie définitive de la crise. Comment déclencher le processus? La question ne s'est pas posée pour le moment. Il n'est cependant pas exclu que l'option soit sur la table...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.