Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'affaire déterrée par les enquêteurs
RAFFINERIE AUGUSTA RACHETEE PAR SONATRACH
Publié dans L'Expression le 29 - 04 - 2019

L'acquisition, par l'Algérie, de la raffinerie d'Augusta, en Italie, constitue un dossier brûlant pour les enquêteurs diligentés par la justice, tant les arguments avancés pour convaincre les autorités et l'opinion publique de la transaction, se sont avérés contraires à la réalité. Le seul gagnant dans cet achat est la firme américaine Exxon Mobil, qui s'est ainsi débarrassée d'un «gouffre financier», en décembre 2018. A en croire des personnes proches du dossier, la raffinerie, qui a coûté un milliard de dollars, ne va pas raffiner du pétrole algérien.
Le groupe Sonatrach (SH) avait annoncé que l'acquisition de cette raffinerie permettrait de ne plus importer ces produits. Plus encore, elle devait exporter les produits excédentaires. A travers cette acquisition, le système de raffinage du groupe SH devait être renforcé d'une capacité de raffinage de 10 millions de tonnes par an de traitement en sus, et d'un stockage équivalant à une autonomie supplémentaire de trois jours de consommation en gasoil et de trois jours de consommation en essence. Cependant, selon des sources proches du dossier, un contrat est signé avec le géant saoudien d'hydrocarbures Aramco, pour traiter le pétrole saoudien! Raïs affirme, pour sa part, qu'il n'a rien à voir avec l'achat de la compagnie. Or, des sources crédibles assurent qu'il a effectué plusieurs déplacements à Augusta pour examiner cette raffinerie, construite en 1949, dont nombre d'experts ont jugé l'acquisition «incompréhensible et coûteuse». Selon des sources informées, des officiers de la police judiciaire, sur instruction du parquet général, se sont présentés récemment à la direction générale de Sonatrach pour réclamer des dossiers.
Par ailleurs, plusieurs cadres sont ciblés par cette enquête. Il est également reproché au vice-président du raffinage et de la pétrochimie, toujours selon les mêmes sources, «ses méthodes désuètes et l'irrespect des normes de gestion».
La raffinerie, rachetée au groupe américain Exxon Mobil, devait raffiner du pétrole algérien pour répondre aux besoins grandissants du marché algérien, avait annoncé en grande pompe Ould Kaddour. Il n'en fut rien, puisque Sonatrach achète du pétrole saoudien pour faire fonctionner cette même raffinerie, qualifiée «d'épave» par les experts. Cette transaction, qui a suscité suspicion quant aux réelles motivations, a même été qualifiée de rachat de complaisance au profit d'Exxon. Raïs s'était déjà illustré par une mauvaise gestion à la raffinerie d'Arzew, laissant à son successeur, Bouaziz, un tas de problèmes. Selon de nombreux témoignages, celui-ci a dû combler les lacunes laissées par son prédécesseur. Nommé directeur divisionnaire à la tête des cinq raffineries, Bouaziz réussit toutefois à relancer le projet de réhabilitation de la raffinerie de Sidi R'zine en s'appuyant sur le groupe China Petroleum Engineering and Construction (Cpecc), suite à la résiliation du contrat avec le français Technip. Un procédé devenu courant, dit-on, entre Sonatrach et les compagnies étrangères qui finit au tribunal d'arbitrage, causant des pertes colossales à Sonatrach.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.