Espaces commerciaux: les directeurs régionaux tenus de durcir le contrôle    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Déchets organiques: l'AND tiendra son troisième webinaire de valorisation mercredi à Alger    Pertes brut    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    La fille des Aurès    Un ancien élu du FIS dissous pour représenter l'Anie    Priorité à la stabilisation du marché    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    Grève générale à Tala Ifacène    Les corps de deux harraga repêchés    Lâcher d'une centaine de faisans à El-Esnam    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Talaie el-Hourriyet appelle à la participation    Un deuxième report au 9 novembre prochain    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Tarte aux pommes, amandes et chocolat    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    Réserves de change, la dégringolade    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    La presse nationale relève une forte mobilisation des partis politiques pour expliquer la nouvelle constitution    Des subventions allouées aux deux équipes de foot à Constantine    Campagne référendaire: le vote en faveur du projet d'amendement constitutionnel permettra l'éclosion des énergies (presse régionale)    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Ligue des champions d'Europe: PSG - United, de la revanche dans l'air !    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    Vers la reconduction de l'enseignement à distance    Comparution de l'ex-wali zoukh    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La face barbare de la France coloniale
COMMEMORATION DES MASSACRES DU 8 MAI 1945
Publié dans L'Expression le 09 - 05 - 2019


La terrible repression du 8 Mai 1945
Le 74ème anniversaire de la répression sanglante qui s'est abattue contre les manifestations pacifiques des Algériens qui revendiquaient l'indépendance a été célébré hier.
Une tragédie inexcusable. Les crimes commis le 8 mai 1945 resteront parmi les plus sanglants qui auront montré, mis en exergue la face barbare de la France coloniale. Plus de 45 000 Algériens qui manifestaient pour leur indépendance seront assassinés, des centaines seront arrêtés et d'autres portés disparus. Le jour même où le monde libre, où la France, célébrait sa victoire sur l'Allemagne nazie. Un drame se jouait à huis clos à Sétif, Guelma et Kherrata villes martyres et symboles de ce génocide. Les Algériens qui ont participé, versé leur sang pour libérer la France des griffes du nazisme ont cru le moment venu de revendiquer à leur tour le droit à la liberté, à leur indépendance. Ils sont sortis par milliers pour le manifester pacifiquement le 8 mai 1945.
A Sétif c'était un jour de marché. La manifestation pacifique, qui célébrait la Fête de la victoire sur le nazisme et le facisme s'est ébranlée de la mosquée «Langar»; elle s'est dirigée vers l'artère principale de la ville, rue de Constantine. Chemin faisant, elle atteint le café de France. Un jeune homme, membre des Scouts musulmans algériens brandit l'emblème national. Des coups de feu retentissent. C'est le drame. Saâd Bouzid tournoie sur lui-même et s'effondre. Un inspecteur de police l'a abattu de sang-froid. La manifestation pacifique tourne à l'émeute. Les villageois venus des bourgades environnantes, faire leur marché, Aïn Kebira, Bougaâ, Amoucha, Beni Aziz, Kherrata, propagent la nouvelle.
La répression s'organise, se met en marche pour accoucher de crimes abominables. Du 12 au 13 mai 1945, les canons des bateaux français ont tonné sur les monts de Kherrata. À Guelma, les arrestations abusives se multipliaient. A tel point que les lieux de détention ne suffisaient plus.
Des locaux furent réquisitionnés (caserne, local des scouts, garage, huilerie...) Pour les y entasser après avoir été tabassés à mort.
Des procès expéditifs furent prononcés contre eux. Ceux qui ont été condamnés étaient embarqués par camions entiers pour être exécutés en dehors de la ville. Des fours à chaux seront utilisés par l'armée française pour se débarrasser des cadavres d'Algériens aux mains nues. L'élève surpassera le maître. La France coloniale fera siennes les méthodes nazies de son bourreau d'hier. Les Algériens qui ont défié l'une des plus grandes puissances militaires du monde, en manifestant pacifiquement pour leur indépendance seront réduits au silence.
La terrible répression qu'ils ont subie avait pour objectif de circonscrire toute velléité révolutionnaire. L'étouffer dans l'oeuf. «Les Algériens ne relèveront pas la tête pendant au moins 10 ans» avaient déclaré les autorités coloniales de l'époque.
C'en était fini des espérances d'indépendance des Algériens opprimés, spoliés, depuis 1830 et réduits au rang de citoyens de seconde zone, d'indigènes. La flamme révolutionnaire ne s'éteindra pas pour autant. Elle couvera pour être rallumée le 1er novembre 1954. Le sursis n'aura duré que 9 ans. De jeunes Algériens l'ont décidé. Ils ont pour noms: Ben M'hidi, Amirouche, Abane, Boudiaf, Krim Belkacem, Ait Ahmed, Didouche Mourad, Ben Boulaïd...
«Le premier novembre a commencé le 8 mai 1945 avec une répression démente...» dira Hocine Ait Ahmed. «La tentative insurrectionnelle avortée de 1945 a servi de référence et de répétition générale à l'insurrection victorieuse de1954» et même de «premier acte de la guerre d'Algérie» écrira Charles-Robert Ageron, historien français spécialiste de la colonisation française en Algérie. Tout n'a pas été exhumé, très peu de travaux lui ont été consacrés. Le 8 mai 1945 reste à écrire...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.