L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington retire son personnel diplomatique "non essentiel" en irak
L'AMBASSADE ET LE CONSULAT D'ERBIL SONT CONCERNES
Publié dans L'Expression le 16 - 05 - 2019


Le département d'Etat américain a ordonné hier à son personnel diplomatique non-essentiel de quitter l'ambassade de Baghdad et le consulat d'Erbil (nord), dans un contexte de tensions avec l'Iran voisin. Washington a fait monter la pression sur Téhéran ces derniers jours, accusant la République islamique de préparer des «attaques» contre les intérêts américains au Moyen-Orient, et renforçant la présence militaire américaine dans le Golfe. Selon une alerte de sécurité postée sur son site, le département d'Etat explique avoir donné l'ordre de partir au personnel américain gouvernemental non essentiel de l'ambassade à Bagdad ainsi que du consulat à Erbil. «Les services habituels de visa dans les deux postes sont temporairement suspendus», ajoute l'avis. Washington avait fermé fin septembre son consulat à Bassorah en invoquant des «menaces» émanant de l'Iran après des manifestations meurtrières dans cette ville du sud de l'Irak. La semaine dernière, Mike Pompeo a effectué une visite surprise à Baghdad, après avoir annulé en dernière minute une visite prévue à Berlin au motif de «questions urgentes à régler. «La raison pour laquelle nous allons» à Baghdad «, ce sont les informations qui indiquent une escalade des activités de l'Iran», a dit Mike Pompeo aux journalistes qui l'accompagnaient dans son voyage vers la capitale irakienne, où il a rencontré le Premier ministre Adel Abdel Mahdi et le président Barham Saleh. Au terme de sa visite, il a déclaré avoir reçu «l'assurance» des dirigeants irakiens qu'ils «comprenaient que c'était leur responsabilité» de «protéger de manière adéquate les Américains dans leur pays». La semaine dernière, le Pentagone a annoncé l'envoi dans la région d'un navire de guerre et d'une batterie de missiles Patriot, s'ajoutant au déploiement du porte-avions USS Abraham Lincoln et de bombardiers B-52. Il a justifié ce déploiement par des «signaux clairs montrant que les forces iraniennes et leurs affidés font des préparatifs à une attaque possible contre les forces américaines». Selon le New York Times, le ministre américain de la Défense par intérim, Patrick Shanahan, a présenté à des conseillers de M. Trump un plan selon lequel jusqu'à 120.000 hommes pourraient être envoyés au Moyen-Orient si l'Iran attaquait des forces américaines. Mardi, Pompeo a réfuté toute volonté de guerre avec l'Iran de la part des Etats-Unis. Lui faisant écho, le guide suprême de la République islamique d'Iran, Ali Khamenei, a affirmé qu'»il n'y aurait pas de guerre» avec les Etats-Unis, selon son site internet, expliquant l'épreuve de force actuelle par une manière de tester la détermination de chacun: «ni nous ni eux, ne cherchons la guerre, ils savent qu'elle ne serait pas dans leur intérêt». Moscou a réagi hier à la poursuite de «l'escalade des tensions» autour de l'Iran malgré les déclarations du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo assurant, en Russie même, ne pas vouloir de guerre avec Téhéran.»Pour l'instant, nous constatons que l'escalade des tensions sur ce thème se poursuit», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, accusant les Etats-Unis de «provoquer» l'Iran. Les relations déjà tendues entre Washington et Téhéran se sont envenimées il y a une semaine: l'Iran a suspendu certains de ses engagements pris en vertu de l'accord de 2015 encadrant son programme nucléaire, un an après le retrait américain de ce texte, après que le gouvernement Trump ait renforcé ses sanctions contre l'économie iranienne.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.