Réquisitoire plus sévère en appel contre 14 manifestants du hirak    Les exploitants demandent le renouvellement de leurs contrats    Le comité d'architecture de wilaya mis à contribution    Sur fond d'incendies, de pénuries et de risque sanitaire    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Semaine cruciale pour le Mali    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino restera président de la Fifa    Le réseau routier défectueux    Le compositeur Saïd Bouchelouche n'est plus    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Abdelkader Djeriou, comédien et metteur en scène : «Il est de mon devoir de mettre à contribution mon expérience au service de l'institution théâtrale en Algérie»    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Souk Ahras : Sept communes touchées par les feux    Forêt de Baïnem: collecte de plus de 32 tonnes de déchets depuis le début du confinement sanitaire    AEP: Une consommation "record" à l'origine des perturbations durant l'Aïd El Adha    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Manque de liquidité, feux de forêts et perturbations de l'AEP, des actes prémédités    Crise financière: Une question d'argent !    CHEQUES ET LIQUIDITES    Confiance    Protection des personnels de la santé: Les nouvelles mesures entrent en vigueur    Aménagement urbain: Un tableau foncièrement noir    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Un autre pionnier de l'équipe du FLN s'en va: Saïd Amara tire sa révérence    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Mesurer les distances à l'œil nu    L'adjudant-chef à la retraite Guermit Bounouira remis aux autorités    Le MAE réagit à l'exclusion de l'Algérie des pays sûrs    5e jour consécutif de baisse des contaminations    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    Le Président de la République préside lundi une réunion du Haut conseil de sécurité    La prétendante fille de Bouteflika jugée le 5 août    Un sacerdoce de bonnes causes    Démission collective à Sétif, indignation au MCA    Mechichi : «Le prochain gouvernement sera celui de tous les Tunisiens»    Crise politique en Tunisie : Nabil Karoui sauve la tête de Rached Ghannouchi    Haddad : circuit financier encore actif    Le calvaire des «sans-papiers» algériens en France    Le maître Smaïn Hini laisse ses élèves orphelins    Le Parquet général requiert le durcissement des peines    Djemel Barek tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington retire son personnel diplomatique "non essentiel" en irak
L'AMBASSADE ET LE CONSULAT D'ERBIL SONT CONCERNES
Publié dans L'Expression le 16 - 05 - 2019


Le département d'Etat américain a ordonné hier à son personnel diplomatique non-essentiel de quitter l'ambassade de Baghdad et le consulat d'Erbil (nord), dans un contexte de tensions avec l'Iran voisin. Washington a fait monter la pression sur Téhéran ces derniers jours, accusant la République islamique de préparer des «attaques» contre les intérêts américains au Moyen-Orient, et renforçant la présence militaire américaine dans le Golfe. Selon une alerte de sécurité postée sur son site, le département d'Etat explique avoir donné l'ordre de partir au personnel américain gouvernemental non essentiel de l'ambassade à Bagdad ainsi que du consulat à Erbil. «Les services habituels de visa dans les deux postes sont temporairement suspendus», ajoute l'avis. Washington avait fermé fin septembre son consulat à Bassorah en invoquant des «menaces» émanant de l'Iran après des manifestations meurtrières dans cette ville du sud de l'Irak. La semaine dernière, Mike Pompeo a effectué une visite surprise à Baghdad, après avoir annulé en dernière minute une visite prévue à Berlin au motif de «questions urgentes à régler. «La raison pour laquelle nous allons» à Baghdad «, ce sont les informations qui indiquent une escalade des activités de l'Iran», a dit Mike Pompeo aux journalistes qui l'accompagnaient dans son voyage vers la capitale irakienne, où il a rencontré le Premier ministre Adel Abdel Mahdi et le président Barham Saleh. Au terme de sa visite, il a déclaré avoir reçu «l'assurance» des dirigeants irakiens qu'ils «comprenaient que c'était leur responsabilité» de «protéger de manière adéquate les Américains dans leur pays». La semaine dernière, le Pentagone a annoncé l'envoi dans la région d'un navire de guerre et d'une batterie de missiles Patriot, s'ajoutant au déploiement du porte-avions USS Abraham Lincoln et de bombardiers B-52. Il a justifié ce déploiement par des «signaux clairs montrant que les forces iraniennes et leurs affidés font des préparatifs à une attaque possible contre les forces américaines». Selon le New York Times, le ministre américain de la Défense par intérim, Patrick Shanahan, a présenté à des conseillers de M. Trump un plan selon lequel jusqu'à 120.000 hommes pourraient être envoyés au Moyen-Orient si l'Iran attaquait des forces américaines. Mardi, Pompeo a réfuté toute volonté de guerre avec l'Iran de la part des Etats-Unis. Lui faisant écho, le guide suprême de la République islamique d'Iran, Ali Khamenei, a affirmé qu'»il n'y aurait pas de guerre» avec les Etats-Unis, selon son site internet, expliquant l'épreuve de force actuelle par une manière de tester la détermination de chacun: «ni nous ni eux, ne cherchons la guerre, ils savent qu'elle ne serait pas dans leur intérêt». Moscou a réagi hier à la poursuite de «l'escalade des tensions» autour de l'Iran malgré les déclarations du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo assurant, en Russie même, ne pas vouloir de guerre avec Téhéran.»Pour l'instant, nous constatons que l'escalade des tensions sur ce thème se poursuit», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, accusant les Etats-Unis de «provoquer» l'Iran. Les relations déjà tendues entre Washington et Téhéran se sont envenimées il y a une semaine: l'Iran a suspendu certains de ses engagements pris en vertu de l'accord de 2015 encadrant son programme nucléaire, un an après le retrait américain de ce texte, après que le gouvernement Trump ait renforcé ses sanctions contre l'économie iranienne.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.