Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'élégie de la résilience
72E EDITION DU FESTIVAL DE CANNES:«UNE VIE CACHEE» (TERRENCE MALICK)
Publié dans L'Expression le 21 - 05 - 2019

Les deux principaux acteurs du film sur le tapis rouge
À 76 ans, voilà que Malick revient avec son film le plus mystique -même si «Tree of Life» (Palme d'or 2011) contenait déjà les prémices de cette introspection profonde...
Et dire que le plus mystérieux des cinéastes américains, vivant, élevé au rang de totem par la corporation, avait commencé par tremper, le bout d'un orteil, dans les eaux aussi tumultueuses que peu profondes du cinéma d'action, avec Clint Eastwood en flingueur en chef, «Dirty Harry» him self. Avant de se retirer sur la pointe des pieds et d'aller explorer d'autres univers. Ce fut l'incroyable «Badlands» qui lui balisa la voie royale qui mène vers la notoriété, mondiale, avec «Les Moissons du Ciel» (1979)... Et cela dure depuis 45 ans, à ceci près, c'est que Malick ne réalisa que quatre films en... trente ans! Il aura donc fallu attendre 2010, pour que le rythme devienne «infernal», quatre films et un documentaire, en moins d'une décennie. Mais le mystère demeure quand même entier, autour de cet homme qui refuse les interviews, fuit les photographes, ne se contentant de communiquer que par l'image à l'instar d'un Stanley Kubrick ou par des mots comme son compatriote écrivain JD Salinger.
Un film mystique
À 76 ans, voilà que Malick, revient avec son film le plus mystique -même si «Tree of Life» (Palme d'or 2011) contenait déjà les prémices de cette introspection profonde... «Une vie cachée», son dernier opus donc, le plus difficile, mais aussi le plus ouvert, se fonde sur une réflexion heideggérienne, autour de l'existant humain, jeté en avant de lui-même, ce que le philosophe allemand «résume» en un mot: la déréliction. Franz Jägerstätter, paysan autrichien, refuse de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme, Fani, et ses enfants, Franz reste un homme libre. «Une vie cachée» raconte l'histoire de ces héros méconnus. Aux instants de grâce iconographique succèdent, en alternance, des moments de douce spiritualité, s'inscrivant en contrepoint d'une barbarie dont le monde n'en découvrira l'ampleur que vers le tomber de rideau, en mai 1945. Il y a du Andreï Roublev, du Tarkovski chez ce Terrence Malick ourlant de fil cramé la bure de toutes les servitudes à l'ordre établi.
Le paysan-objecteur de conscience, en souffrira jusqu'au martyre. Il sera d'ailleurs béatifié par le Vatican, en 2007. Il y a du Pasolini sublimé dans la démarche sulpicienne de Terrence Malick, ce qui en dit un peu plus, sur l'immensité de la tâche que l'on devine, (difficilement) aux relents familiaux. Les parents du cinéaste, d'origine assyrienne, étaient venus d'un petit village de la région d'Ourmia, en Iran, fuyant les massacres perpétrés par les Ottomans dans cette partie isolée de la Perse. L'image est d'une beauté sublime, le propos contient quant à lui, une charge suffisante de damnation, destinée à taire les questionnements vains de l'Humain, lorsqu'il se retrouve au pied du mur contre lequel la barbarie des hommes l'accule jusqu'à l'ultime souffle.
Une oeuvre d'une profonde philosophie
Terrence Malik, signe là, une oeuvre d'une profonde philosophie, qu'on ne peut appréhender, que muni des outils nécessaires à la compréhension de l'indicible que l'horreur impose lorsque la servitude s'installe en concept. Heidegger à qui on a reproché, un temps, sa compréhension du fait nazi, parlerait lui de l'inauthentique, phase de la vie où l'on se déroberait à soi-même. Pendant trois heures, on s'accroche donc à cette histoire que Malick tisse de la manière la plus complexe qui soit, sans pour autant décourager ses suiveurs. Ce qui change des précédentes réalisations (les trois dernières notamment) qui ont laissé plus d'un «adepte» de la pensée malickienne, sur le bord de la route. Le procédé narratif est cette fois bien plus visible et l'on perd moins de temps (quand on ne se perdait pas tout simplement) à retrouver son fil d'Ariane. Ce qui rend le travail du cinéaste encore plus attachant c'est que la question de départ n'est plus posée de manière abstraite. Elle est amenée, en filigrane, par le spectateur attentif qui en fournira tous les éléments de langage, d'interpellation: La foi peut-elle culpabiliser ou sauver? Vaste question à laquelle le cinéaste ne répond pas, se contentant de poser léquation pastorale - église catholique oblige - pendant les cent quatre-vingts minutes, que dure la projection. La salve d'applaudissements qui s'ensuivit ne renseigne pas trop sur la suite. Soulagement d'avoir subi cette épreuve sans craquer ou bien approbation de la démarche de Terrence Malick contempteur que rédempteur Au générique de fin, le cinéaste place une phrase de Middlemarch de George Eliot: «Ceux qui vécurent fidèlement une vie cachée et qui reposent dans des tombes que personne ne visite plus», une façon de s'évoquer, à travers ce chef-d'oeuvre de la romancière anglaise, dans cette façon de vivre dans la discrétion, mais en rapport avec ses idées? Certainement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.