Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'élégie de la résilience
72E EDITION DU FESTIVAL DE CANNES:«UNE VIE CACHEE» (TERRENCE MALICK)
Publié dans L'Expression le 21 - 05 - 2019

Les deux principaux acteurs du film sur le tapis rouge
À 76 ans, voilà que Malick revient avec son film le plus mystique -même si «Tree of Life» (Palme d'or 2011) contenait déjà les prémices de cette introspection profonde...
Et dire que le plus mystérieux des cinéastes américains, vivant, élevé au rang de totem par la corporation, avait commencé par tremper, le bout d'un orteil, dans les eaux aussi tumultueuses que peu profondes du cinéma d'action, avec Clint Eastwood en flingueur en chef, «Dirty Harry» him self. Avant de se retirer sur la pointe des pieds et d'aller explorer d'autres univers. Ce fut l'incroyable «Badlands» qui lui balisa la voie royale qui mène vers la notoriété, mondiale, avec «Les Moissons du Ciel» (1979)... Et cela dure depuis 45 ans, à ceci près, c'est que Malick ne réalisa que quatre films en... trente ans! Il aura donc fallu attendre 2010, pour que le rythme devienne «infernal», quatre films et un documentaire, en moins d'une décennie. Mais le mystère demeure quand même entier, autour de cet homme qui refuse les interviews, fuit les photographes, ne se contentant de communiquer que par l'image à l'instar d'un Stanley Kubrick ou par des mots comme son compatriote écrivain JD Salinger.
Un film mystique
À 76 ans, voilà que Malick, revient avec son film le plus mystique -même si «Tree of Life» (Palme d'or 2011) contenait déjà les prémices de cette introspection profonde... «Une vie cachée», son dernier opus donc, le plus difficile, mais aussi le plus ouvert, se fonde sur une réflexion heideggérienne, autour de l'existant humain, jeté en avant de lui-même, ce que le philosophe allemand «résume» en un mot: la déréliction. Franz Jägerstätter, paysan autrichien, refuse de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme, Fani, et ses enfants, Franz reste un homme libre. «Une vie cachée» raconte l'histoire de ces héros méconnus. Aux instants de grâce iconographique succèdent, en alternance, des moments de douce spiritualité, s'inscrivant en contrepoint d'une barbarie dont le monde n'en découvrira l'ampleur que vers le tomber de rideau, en mai 1945. Il y a du Andreï Roublev, du Tarkovski chez ce Terrence Malick ourlant de fil cramé la bure de toutes les servitudes à l'ordre établi.
Le paysan-objecteur de conscience, en souffrira jusqu'au martyre. Il sera d'ailleurs béatifié par le Vatican, en 2007. Il y a du Pasolini sublimé dans la démarche sulpicienne de Terrence Malick, ce qui en dit un peu plus, sur l'immensité de la tâche que l'on devine, (difficilement) aux relents familiaux. Les parents du cinéaste, d'origine assyrienne, étaient venus d'un petit village de la région d'Ourmia, en Iran, fuyant les massacres perpétrés par les Ottomans dans cette partie isolée de la Perse. L'image est d'une beauté sublime, le propos contient quant à lui, une charge suffisante de damnation, destinée à taire les questionnements vains de l'Humain, lorsqu'il se retrouve au pied du mur contre lequel la barbarie des hommes l'accule jusqu'à l'ultime souffle.
Une oeuvre d'une profonde philosophie
Terrence Malik, signe là, une oeuvre d'une profonde philosophie, qu'on ne peut appréhender, que muni des outils nécessaires à la compréhension de l'indicible que l'horreur impose lorsque la servitude s'installe en concept. Heidegger à qui on a reproché, un temps, sa compréhension du fait nazi, parlerait lui de l'inauthentique, phase de la vie où l'on se déroberait à soi-même. Pendant trois heures, on s'accroche donc à cette histoire que Malick tisse de la manière la plus complexe qui soit, sans pour autant décourager ses suiveurs. Ce qui change des précédentes réalisations (les trois dernières notamment) qui ont laissé plus d'un «adepte» de la pensée malickienne, sur le bord de la route. Le procédé narratif est cette fois bien plus visible et l'on perd moins de temps (quand on ne se perdait pas tout simplement) à retrouver son fil d'Ariane. Ce qui rend le travail du cinéaste encore plus attachant c'est que la question de départ n'est plus posée de manière abstraite. Elle est amenée, en filigrane, par le spectateur attentif qui en fournira tous les éléments de langage, d'interpellation: La foi peut-elle culpabiliser ou sauver? Vaste question à laquelle le cinéaste ne répond pas, se contentant de poser léquation pastorale - église catholique oblige - pendant les cent quatre-vingts minutes, que dure la projection. La salve d'applaudissements qui s'ensuivit ne renseigne pas trop sur la suite. Soulagement d'avoir subi cette épreuve sans craquer ou bien approbation de la démarche de Terrence Malick contempteur que rédempteur Au générique de fin, le cinéaste place une phrase de Middlemarch de George Eliot: «Ceux qui vécurent fidèlement une vie cachée et qui reposent dans des tombes que personne ne visite plus», une façon de s'évoquer, à travers ce chef-d'oeuvre de la romancière anglaise, dans cette façon de vivre dans la discrétion, mais en rapport avec ses idées? Certainement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.