3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3 ans de prison pour les accusés
EXPLOITATION D'UNE SABLIÈRE DANS UN SITE PROTEGE À EL KALA
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2019


Un crime contre l'environnement
Après plusieurs heures de plaidoirie, le ministère public a requis des peines allant d'une à quatre années de prison ferme à l'encontre des mis en cause.
Le tribunal correctionnel d'El Kala (El Tarf) a prononcé, hier, des peines allant d'une année à trois ans de prison ferme, assorties d'amendes de 50 000 à un million de dinars et d'une interdiction d'activité de 5 ans à l'encontre des quatre mis en cause, impliqués dans une affaire d'octroi du permis d'exploitation d'une sablière située dans une zone protégée traversée par le parc national d'El Kala (Pnek). Sont impliqués dans cette affaire qui remonte à plus de 11 ans, A. K. et A. B., respectivement experts et R.S., gérant de la Sarl Bousbia, pendant que H.H., ancien président de l'Agence nationale des activités minières (Anam), a été acquitté. Aux termes de l'acte de renvoi, les quatre mis en cause dans cette affaire, qui a défrayé la chronique tarfie, sont accusés d'«exploitation d'activité minière dans un site protégé par les conventions internationales», «faux et usage de faux», «complicité et abus d'autorité». Pour rappel, la genèse remonte à l'année 2006, lorsque les autorités de la wilaya, de l'époque ont émis une opposition à cette exploitation, en application des lois républicaines. Or l'affaire a traîné pendant plusieurs années et a été relancée par l'ex-wali d'El Tarf Mohamed Lebka, qui a pris en main les affaires de la wilaya entre novembre 2013 et 2017. Ce sont les enquêteurs du groupement de la gendarmerie de la wilaya d'El Tarf, se sont saisis de cette affaire et rouvert le dossier, en menant une enquête approfondie, sur l'octroi d'un permis minier pour l'exploitation d'une sablière à Oum T'boul, dans la daïra d'El Kala, au profit d'une Sarl de statut privé, ainsi que les modalités et les procédures de l'adjudication du permis ciblant un site protégé du Pnek.
Le titre accordé par l'Anam, sous tutelle du ministère de l'Industrie et des Mines, à la société privée, pour l'exploitation de sable est venu en exécution d'une décision du Conseil d'Etat, devant lequel l'affaire a été portée. L'enquête a révélé que six sites ont été retenus à El Tarf, en juillet 2006, pour adjudication, dont celui d'Oum T'boul, pour lesquels le wali de l'époque avait introduit une opposition, du fait qu'il s'agit de sites localisés sur une zone protégée mondialement. En avril 2007, l'ensemble des adjudications furent annulées et en 2011, le gérant de la Sarl Bousbia avait introduit une action en justice pour demander à l'Anam l'octroi du permis. Il s'ensuivit une série de recours, de procédures et d'expertises, qui s'est soldée par l'octroi du permis minier, en décembre 2016, par l'ex-président de l'Anam à la Sarl Bousbia. En février 2017, l'ancien wali d'El Tarf adresse à l'Anam son opposition à l'octroi de ce permis, accordé, dans un premier temps, pour une durée d'exploitation de la sablière de 10 ans puis 15 ans par l'ex-président de l'ANMA, puis pour une période de 20 ans, délivrée par l'ancien ministre de l'Industrie, Abdesslem Bouchouareb. En octobre 2017, la société privée entame ses activités au niveau de la sablière d'Oum T'boul et ce, jusqu'à décembre de la même année. Au cours du procès, le ministère public avait requis des peines d'emprisonnement ferme d'une à 4 années dans cette affaire, dans laquelle le tribunal a abandonné les charges retenues contre un cinquième accusé, pour cause de décès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.