Proposition de sortie de crise    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    L'EN rejoint son camp de base au Caire    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Une bien triste leçon égyptienne    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    De l'éthique du personnel politique    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3 ans de prison pour les accusés
EXPLOITATION D'UNE SABLIÈRE DANS UN SITE PROTEGE À EL KALA
Publié dans L'Expression le 22 - 05 - 2019


Un crime contre l'environnement
Après plusieurs heures de plaidoirie, le ministère public a requis des peines allant d'une à quatre années de prison ferme à l'encontre des mis en cause.
Le tribunal correctionnel d'El Kala (El Tarf) a prononcé, hier, des peines allant d'une année à trois ans de prison ferme, assorties d'amendes de 50 000 à un million de dinars et d'une interdiction d'activité de 5 ans à l'encontre des quatre mis en cause, impliqués dans une affaire d'octroi du permis d'exploitation d'une sablière située dans une zone protégée traversée par le parc national d'El Kala (Pnek). Sont impliqués dans cette affaire qui remonte à plus de 11 ans, A. K. et A. B., respectivement experts et R.S., gérant de la Sarl Bousbia, pendant que H.H., ancien président de l'Agence nationale des activités minières (Anam), a été acquitté. Aux termes de l'acte de renvoi, les quatre mis en cause dans cette affaire, qui a défrayé la chronique tarfie, sont accusés d'«exploitation d'activité minière dans un site protégé par les conventions internationales», «faux et usage de faux», «complicité et abus d'autorité». Pour rappel, la genèse remonte à l'année 2006, lorsque les autorités de la wilaya, de l'époque ont émis une opposition à cette exploitation, en application des lois républicaines. Or l'affaire a traîné pendant plusieurs années et a été relancée par l'ex-wali d'El Tarf Mohamed Lebka, qui a pris en main les affaires de la wilaya entre novembre 2013 et 2017. Ce sont les enquêteurs du groupement de la gendarmerie de la wilaya d'El Tarf, se sont saisis de cette affaire et rouvert le dossier, en menant une enquête approfondie, sur l'octroi d'un permis minier pour l'exploitation d'une sablière à Oum T'boul, dans la daïra d'El Kala, au profit d'une Sarl de statut privé, ainsi que les modalités et les procédures de l'adjudication du permis ciblant un site protégé du Pnek.
Le titre accordé par l'Anam, sous tutelle du ministère de l'Industrie et des Mines, à la société privée, pour l'exploitation de sable est venu en exécution d'une décision du Conseil d'Etat, devant lequel l'affaire a été portée. L'enquête a révélé que six sites ont été retenus à El Tarf, en juillet 2006, pour adjudication, dont celui d'Oum T'boul, pour lesquels le wali de l'époque avait introduit une opposition, du fait qu'il s'agit de sites localisés sur une zone protégée mondialement. En avril 2007, l'ensemble des adjudications furent annulées et en 2011, le gérant de la Sarl Bousbia avait introduit une action en justice pour demander à l'Anam l'octroi du permis. Il s'ensuivit une série de recours, de procédures et d'expertises, qui s'est soldée par l'octroi du permis minier, en décembre 2016, par l'ex-président de l'Anam à la Sarl Bousbia. En février 2017, l'ancien wali d'El Tarf adresse à l'Anam son opposition à l'octroi de ce permis, accordé, dans un premier temps, pour une durée d'exploitation de la sablière de 10 ans puis 15 ans par l'ex-président de l'ANMA, puis pour une période de 20 ans, délivrée par l'ancien ministre de l'Industrie, Abdesslem Bouchouareb. En octobre 2017, la société privée entame ses activités au niveau de la sablière d'Oum T'boul et ce, jusqu'à décembre de la même année. Au cours du procès, le ministère public avait requis des peines d'emprisonnement ferme d'une à 4 années dans cette affaire, dans laquelle le tribunal a abandonné les charges retenues contre un cinquième accusé, pour cause de décès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.