Les supporters algériens débarquent en Egypte    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Proposition de sortie de crise    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    Que le spectacle commence !    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Une bien triste leçon égyptienne    De l'éthique du personnel politique    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un 14e vendredi comme au premier jour!
LE HIRAK FÊTE SES TROIS MOIS AUJOURD'HUI
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2019


Ramadhan ou pas Ramadhan, la même ferveur
Ces dernières semaines il n'y a pas eu d'évolution notable malgré la mobilisation qui ne faiblit pas, mais on a tendance à oublier que les Algériens ont déjà gagné la plus dure bataille qu'est le 5e mandat.
3 mois, c'est l'âge du développement intellectuel! Bébé Hirak les fête aujourd'hui. Lui qui est né grand, comme d'ailleurs le peuple qui l'a enfanté, arrive à maturité. Il a acquis les connaissances, la capacité à résoudre toutes les entraves du système et surtout à exercer son jugement! Il compte encore le faire savoir demain lors de son XIVe acte qui coïncidera avec ce mois anniversaire. Ainsi, la rue est déterminée à faire une nouvelle démonstration de force lors de ce vendredi qui s'annonce des plus chauds, et pas qu'à cause du mercure!
«On sera plus nombreux que les deux premiers vendredis du Ramadhan», promettent les Algériens sur les réseaux sociaux. Ils veulent par là envoyer un message fort en réaffirmant que seul le peuple décidera. «L'bled bladna ou andirou rayna» (c'est notre pays et on instaure notre volonté, Ndlr), comme le crient chaque semaine les manifestants. En fait, les choses sont simples: le Hirak refuse qu'on lui dicte une transition qu'il n'aura pas choisie. Ils contestent par la même les résidus du «bouteflikisme». Ce qui l'amène logiquement à refuser la présidentielle du 4 juillet prochain.
La veille de la fin des candidatures
Il compte donc encore une fois bien le faire savoir, surtout que cela coïncide avec la veille de la fin du dépôt des candidatures, ce que les Algériens considèrent comme étant une mascarade électorale. «Makache intikhabte maâ el isaba» (Pas d'élections avec la bande mafieuse, Ndlr) sera donc certainement l'un des slogans-phares de cette 14e symphonie où le maintien de la mobilisation sera l'un des enjeux principaux.
Les étudiants montrent la voie...
Les étudiants, le coeur de la révolution du Sourire, ont d'ailleurs, montré la voie en faisant de cette semaine celle de la protestation. Ils ont offert une véritable démonstration de force en organisant trois grandes marches nationales. Ils ont battu les pavés, samedi dernier, puis dimanche dernier lors de journéenationale de l'étudiant avant leur grand rendez-vous hebdomadaire du mardi. À chaque fois, la mobilisation et la détermination étaient au rendez-vous. Cette jeunesse, qui est la future élite du pays, a encore une fois «reboosté» cette révolution bien de chez nous comme elle l'a d'ailleurs fait durant les 13 précédentes semaines, particulièrement la première du mois sacré de Ramadhan. Tout cela pour dire que les Algériens ne lâchent rien! Même si un sentiment de lassitude se fait ressentir dans la rue et sur le terrain de bataille du mouvement que sont les réseaux sociaux! Les Algériens s'inquiètent de cette situation qui n'a pas évolué depuis le départ de l'ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Ils le sont également par rapport à l'impasse politique dans laquelle se trouve le pays. «On n'arrive toujours pas à voir le bout du tunnel», est un message qui se répète ici et là. Cependant, malgré ces appréhensions ils veulent tenir bon. «Ce n'est pas le moment de lâcher, on est presque au bout du rêve», estime Mehdi, animateur du mouvement du 22 février. Un sentiment partagé par la majorité de ses compatriotes. «Ils veulent jouer sur cette dernière carte, mais il faut le prouver, que Hna samtine aâlihoum» (on est plus têtu qu'eux, Ndlr), soutiennent-ils.
Lassés mais toujours... déterminés!
Il faut dire que ces dernières semaines il n'y a pas eu d'évolution notable malgré la mobilisation qui ne faiblit pas, mais on a tendance à oublier que les Algériens ont déjà gagné la plus dure bataille qu'est le 5e mandat. Un peuple qui a réussi à faire tomber ce mandat de la honte est un peuple capable de faire déplacer des montagnes. En tout état de cause, les Algériens ne veulent pas perdre le cap du Hirak qu'est la mobilisation dans un esprit «silmiya». C'est dans ce sens que des appels pour éviter les scénarios du vendredi dernier, ne se reproduisent pas, avec la fameuse bataille des escaliers de la Grande Poste qui a failli tourner au vinaigre! «On restera sur les trottoirs d'en face. Objectivement, les vidéos montrant les sous- sols sont inquiétants en termes de sécurité et même si notre sécurité n'est pas leur souci, l'excuse est valable», est le genre de messages qui sont en train d'être partagés comme une traînée de poudre sur la Toile. Demain sera donc un 14e vendredi comme au premier jour...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.