PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La liste s'allonge
PENURIE DE MEDICAMENTS ET DE DISPOSITIFS MEDICAUX
Publié dans L'Expression le 26 - 05 - 2019


rareté de plusieurs médicaments...
Le syndicat des pharmaciens Snapo estime à 200 le nombre de médicaments en rupture de stock.
Les perturbations dans l'approvisionnement en médicaments des pharmacies d'officine et des établissements de santé se poursuivent et la liste des médicaments s'allonge un peu plus chaque semaine. Les pénuries ne concernent pas uniquement les médicaments. le Syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo) estime à 200 le nombre de médicaments, locaux ou importés, en rupture de stock. Toutes les catégories de médicaments sont touchées par la pénurie. Patients et médecins sont dans l'embarras. En effet, actuellement, plusieurs associations de patients sont montés au créneau pour dénoncer la rupture des dispositifs médicaux. C'est le cas de la Fédération des personnes handicapées qui pose le problème des «sondes» indispensables pour cette frange de la société et qui ne sont pas disponibles pour le moment. Selon un confrère, une étude commandée par l'Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop) à la société Immar Research & Consultancy, fait état de cette pénurie du médicament. Cette enquête indique que plus de 42% de la population s'adressent à trois pharmacies et plus pour trouver leurs médicaments. Ce déficit en médicaments et en dispositifs médicaux, explique-t-on, est dû aux «restrictions appliquées sur les autorisations d'importation.» Cette situation difficile a fait saisir le ministère de la Santé par le Snapo qui sollicite une intervention rapide. Il demande à la tutelle d'organiser rapidement une réunion de la «cellule de veille» avec tous les acteurs concernés, afin de trouver une solution à cette situation.
Ces 200 médicaments sont en rupture sur le marché national depuis plusieurs mois, a-t-on fait savoir lors des 7ème rencontres scientifiques du Snapo tenues récemment à Oran. Les malades, les pharmacies aussi, subissent douloureusement ce manque flagrant de produits, même dans les hôpitaux, surtout ceux destinés aux malades chroniques. Ainsi, est-il signalé, que quelque 5000 pharmaciens sont concernés par cette perturbation apparue dans le secteur. Le citoyen ne trouve pas de médicaments qui lui sont prescrits et les médecins sont contraints d'ordonner des médicaments de substitution à leurs patients. Toujours selon ce confrère, le DG de la Pharmacie centrale récuse toute crise de médicaments dans notre pays affirmant que des stocks de sécurité de six mois ont été constitués. Le Snapo s'interroge alors sur cette pénurie, alors que les autorisations des programmes d'importation de 2018 ont déjà été signées.
La rareté de plusieurs médicaments d'importance vitale comme ceux utilisés pour le traitement du cancer, du diabète, de l'hypertension artérielle, de l'asthme, ou encore ceux des traitements psychiatriques est constatée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.