PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arkab s'explique
NOUVELLE LOI SUR LES HYDROCARBURES
Publié dans L'Expression le 27 - 05 - 2019


La règle du 51/49% ne sera pas revue
Le nouveau ministre de l'Energie a assuré qu'«aucun désengagement de nos partenaires n'a été enregistré depuis le début de l'année 2019».
Pas de scoop! La nouvelle loi sur les hydrocarbures est toujours en gestation. Les annonces du ministre de l'Energie indiquent que le projet est toujours en chantier. Du déjà connu. Rien de nouveau à l'horizon. «Le projet de texte a été finalisé selon les orientations du Conseil interministériel et a été remis aux différents départements ministériels pour d'éventuels enrichissements», a déclaré le successeur de Mustapha Guitouni. Ce qui renforce la question du report de son adoption. Au stade où elle se trouve, il est pratiquement acquis qu'elle prendra du temps.
Plusieurs mois, peut-être? Le ministre ne s'avance pas sur ce terrain-là. «En d'autres termes, nous pouvons dire que sur le plan technique, le projet de la nouvelle loi est finalisé et qu'il ne reste qu'à le soumettre aux instances compétentes pour examen et approbation», s'est contenté de répondre Mohamed Arkab. «Les travaux du groupe de travail que nous avons mis en place ont duré toute l'année 2018 et ont couvert les aspects institutionnel, contractuel, fiscal et environnemental», a-t-il ajouté tout mettant en exergue un des objectifs majeurs que porte en lui le nouveau texte.
La nouvelle loi ambitionne aussi de faire face au «ralentissement enregistré dans la conclusion de nouveaux contrats de recherche et d'exploitation dans le cadre du partenariat, ainsi que la tendance baissière des marchés pétroliers au cours des dernières années», a souligné l'ancien P-DG de Sonatrach. Parmi les facteurs qui ont poussé les pouvoirs publics à dépoussiérer l'ancienne loi, le ministre cite sans ambages les «modestes» performances enregistrées par l'Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft) en matière d'appels d'offres. Il devenait donc impératif de doter la Sonatrach d'un «arsenal juridique» attrayant, à la mesure de ses ambitions pour faire face à une concurrence devenue au fil des ans de plus en plus rude.
La Compagnie nationale des hydrocarbures «bras armé» du secteur de l'énergie et de l'économie nationale ne pouvait aspirer jouer dans la cour des grands sans revoir sa loi. Un texte qui devait être dépoussiéré pour décupler sa force de frappe afin d'espérer intégrer le cercle fermé du gotha des compagnies qui dominent la sphère de l'énergie. «Nous nous devons effectivement de préserver et surtout augmenter les parts de marchés de Sonatrach à l'international à travers l'augmentation de la production», a affirmé Mohamed Arkab dans un entretien accordé à l'APS, rendu public hier. «Notre objectif est donc de restaurer l'attractivité de notre domaine minier, augmenter la production et d'attirer des investissements directs étrangers dans le secteur des hydrocarbures sans, aucunement, menacer la souveraineté nationale», a-t-il précisé.
La règle du 59/41% ne sera donc pas revue? «Nous ne reviendrons donc pas sur la règle du 51/49%. Les amendements nous permettront toutefois d'améliorer les conditions d'investissement aux plans juridique, institutionnel et fiscal», a affirmé le successeur de Mustapha Guitouni. Qu'en est-il des rumeurs concernant la désaffection d'investisseurs étrangers pour le marché national? «Les projets en cours continuent de fonctionner normalement, suivant les plans préalablement arrêtés et aucun désengagement de nos partenaires n'a été enregistré depuis le début de l'année 2019», a assuré le ministre de l'Energie. Comment se présente l'avenir? «En termes de perspectives, globalement sur la période 2019-2023, il est prévu un investissement de plus de 58 milliards de dollars, à l'horizon 2023 pour le développement de l'activité hydrocarbures», a fait savoir Mohamed Arkab qui a, en outre, confirmé que le géant pétrolier américain, première compagnie pétrolière mondiale, était toujours sur les rangs pour investir en Algérie. Une mise au point nécessaire pour faire taire les rumeurs...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.