Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Les suppressions de postes chez Airbus : Une nouvelle «dévastatrice»    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    La tablette et les diplômés chômeurs    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    La FAF s'est fixé une date butoir    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    De lourdes peines de prison et saisies des biens    L'université pilier de l'économie du savoir ?    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Biskra face au rebond inquiétant des contaminations    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La "mort" annoncée des réserves de changes
LE PANIER OPEP PLONGE SOUS LES 70 DOLLARS
Publié dans L'Expression le 29 - 05 - 2019

Le baril au-dessus des 100 dollars n'est pas à l'ordre du jour
Les revenus pétroliers ne sont pas assez conséquents pour freiner un déficit commercial qui s'est creusé en ce début d'année 2019.
Alerte! La crise financière ne s'est jamais autant exacerbée qu'en cette période d'incertitude politique que traverse le pays. Il est donc impératif de déboucher sur une issue politique pour que les réformes nécessaires recommandées autant par les experts nationaux que par les institutions financières internationales, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, soient mises en oeuvre avant qu'il ne soit trop tard.
Les réserves de changes qui constituent le dernier rempart contre un éventuel chaos économique sont en train de s'épuiser à vue d'oeil. Son niveau qui est descendu sous les 80 milliards de dollars en janvier, 79,80 milliards de dollars exactement, s'est probablement accéléré depuis. En l'espace d'une année, entre 2017 et décembre 2018 ce bas de laine, qui se situait à plus de 193 milliards de dollars fin 1993, a fondu de près de 17 milliards de dollars. Au rythme imprimé par cette dégringolade, ce qui reste de ce pactole devrait s'épuiser dans trois années au grand maximum. A moins d'un retournement de situation, d'une flambée des cours de l'or noir qui propulserait le baril au-dessus des 100 dollars. Un scénario qui n'est pas à l'ordre du jour. Et ce n'est certainement pas le président américain qui souffle le chaud et le froid, un coup en menaçant l'Iran (pays pétrolier de premier plan) d'une guerre totale pour se raviser le lendemain et déclarer qu'il n'est pas dans son intention de renverser le régime de Téhéran qui contribuera à «réchauffer» des cours de l'or noir qui ont subi une douche froide ces derniers jours.
Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, a reculé vendredi à 67,40 dollars le baril, contre 68,56 dollars la veille, a indiqué lundi l'Opep sur son site Web. Une baisse de près de 4 dollars par rapport au mois d'avril.
Les choses n'allaient guère mieux hier sur le marché européen. Vers 15h00, heure algérienne, le baril de Brent (référence pour le pétrole algérien) s'échangeait à 68,55 dollars, à Londres, enregistrant un recul de 22 cents par rapport à la séance de lundi. Un niveau qui ne peut pas assurer des revenus conséquents à l'Algérie pour freiner son déficit commercial qui s'est creusé en ce début d'année 2019.
D'autant plus que ses exportations d'hydrocarbures qui constituent l'essentiel de ses recettes en devises ont baissé. Comme il va falloir tenir compte de l'astronomique facture des importations qui tourne autour des 45 milliards de dollars. Un fardeau, une saignée pour l'économie nationale qui repose exclusivement sur la rente pétrolière. Ce qui rend pratiquement inévitable le recours aux réserves de changes pour assurer les équilibres financiers. Qu'en pensent les spécialistes? «En considérant que le rythme de nos importations en biens sera maintenu à 45 milliards de dollars/an sans tenir compte de la facture des services que l'on a tendance à oublier, qui avoisinent ces derniers temps les 10 milliards de dollars/an, nous irons encore puiser dans le «bas de laine» pour équilibrer la balance commerciale et partant la balance des paiements.», affirme l'expert financier Mourad El Besseghi.
Le recours au financement non conventionnel pour affronter la crise ne peut constituer une alternative qui puisse s'éterniser sans faire courir le risque d'une inflation à deux chiffres, voire plus. Si ce mécanisme a éloigné le recours à l'endettement extérieur sur le court terme, il ne peut l'assurer à moyenne échéance.
Le sursis est estimé à trois ans. C'est le temps dont dispose l'Algérie pour diversifier son économie et afficher sa volonté à s'affranchir de son pétrole. Une course contre la montre qui doit être engagée dans les meilleurs délais. En attendant, le baril continuera d'arbitrer ce challenge...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.