30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Imposante mobilisation à Alger    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    L'ONU demande une enquête "impartiale"    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    107e vendredi de contestation: La mobilisation se poursuit    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zarif juge les Européens "mal placés pour critiquer l'Iran"
LES OCCIDENTAUX «N'ONT PRODUIT QUE DES DEGÂTS DANS LA REGION»
Publié dans L'Expression le 10 - 06 - 2019

Téhéran a opposé une nouvelle fin de non-recevoir à l'idée défendue par le président français Macron d'un nouvel accord qui viendrait élargir celui de Vienne, en intégrant notamment des éléments qui limiteraient l'activité balistique de l'Iran ou sa politique de voisinage.
Les pays de l'Union européenne «sont mal placés pour critiquer l'Iran», a averti hier le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif à la veille de la venue à Téhéran de son homologue allemand Heiko Maas.»Assurément, les Européens sont mal placés pour critiquer l'Iran, même sur les questions qui n'ont rien à voir avec» l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, a déclaré M. Zarif à des journalistes iraniens.»Les politiques de l'Europe dans notre région, les politiques de l'Occident dans notre région n'ont eu d'autre résultat, pour la région, que de produire des dégâts», a-t-il ajouté, selon des images de l'échange diffusées par la télévision d'Etat iranienne. «Certains pays comme l'Allemagne ont cessé de vendre des armes à l'Arabie saoudite (que celle-ci utilise) pour bombarder la population au Yémen, mais d'autres continuent», a encore dit M. Zarif, visant sans les nommer la France et la Grande-Bretagne, avant d'ajouter: «D'une manière générale, l'Occident a autorisé les régimes autocratiques de la région à commettre des crimes». Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, est attendu aujourd'hui à Téhéran. L'Allemagne est, avec la Chine, la France la Grande-Bretagne et la Russie, l'un des Etats encore partenaires de l'Iran dans le cadre de l'accord de Vienne depuis que les Etats-Unis ont décidé en mai 2018 de se retirer unilatéralement de ce pacte et de réimposer une batterie de sanctions économiques contre Téhéran. Aux termes de l'accord, la République islamique s'est engagée à ne jamais chercher à se doter de la bombe atomique et a accepté de réduire drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions économiques internationales qui asphyxiaient son économie. En mai, un an après le retrait américain, Téhéran a menacé de s'affranchir progressivement de l'accord de Vienne à moins que ses partenaires, en particulier européens, ne l'aident à contourner les sanctions américaines.»Le devoir qu'ont les Européens» est de contribuer à ce que «la situation des relations économiques de l'Iran soit normalisée», a redit M. Zarif dimanche. Téhéran a opposé vendredi une nouvelle fin de non recevoir à l'idée défendue par le président français Emmanuel Macron d'un nouvel accord avec l'Iran qui viendrait élargir l'accord de Vienne en intégrant notamment des éléments qui limiteraient l'activité balistique de Téhéran ou sa politique de voisinage, que les Occidentaux jugent «déstabilisatrice».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.