L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que prévoit le rapport Sbih
LA REFORME DE L'ETAT ENGAGEE EN 2006
Publié dans L'Expression le 04 - 01 - 2006

Le ministre des Finances a annoncé l'entrée en vigueur des recommandations du rapport Sbih au courant de cette année.
Il y a deux années de cela, Missoum Sbih - président de la commission sur la réforme de l'Etat qui porte désormais son nom— avait remis son rapport au président de la République. Mais, depuis, personne n'en parle.
Missoum Sbih a pris ses fonctions d'ambassadeur à Paris et son rapport est resté en l'état dans les tiroirs jusqu'à ce que Medelci l'évoque. Lors de la cérémonie de notification des crédits alloués par la loi de finances 2006 aux ministères et wilayas, tenue lundi en présence du ministre délégué à la Réforme financière, des directeurs du budget de l'ensemble des institutions de l'Etat ainsi que des P-DG des institutions bancaires et financières, le ministre des Finances a annoncé que «le renforcement du système de contrôle de gestion du budget de l'Etat qui devrait assurer la transparence dans la gestion des crédits budgétaires» s'inscrit dans le cadre du système de réforme des institutions de l'Etat, «mis au point il y a environ deux ans».
Il s'agit de «mise en application du rapport Sbih portant sur la modernisation des institutions de l'Etat». Mais que prévoit ce rapport qui a fait couler beaucoup d'encre en son temps et qui tarde à voir le jour? L'objectif principal de la réforme de l'Etat est l'arrimage de la décentralisation, comme cela est de rigueur dans les grandes démocraties. Si on prend le cas des 52 Etats qui constituent les USA, on relève qu'ils disposent de leurs propres Constitutions. Ils sont gérés par des gouverneurs élus au suffrage universel.
Ces gouverneurs ont les pleins pouvoirs dans leurs Etats ; pouvoirs qu'ils délèguent bien sûr aux maires et aux élus locaux. Le cas de la France est similaire. Elle est divisée en 22 régions qui regroupent chacune plusieurs départements. Les chefs de région sont également élus au suffrage universel et disposent de prérogatives souveraines. Les administrateurs, tels les préfets et sous-préfets, ont leurs missions définies par la Constitution.
Rappelons que le FFS avait évoqué le cas de l'Espagne qui concorde à sa vision du fédéralisme pour lequel il milite depuis quelques années. Le rapport Sbih prévoit, dans sa mouture initiale, cinq à sept grands ensembles ou régions qui réuniront plusieurs wilayas. C'est un peu à l'image du partage des six wilayas historiques pendant la guerre de Libération à savoir: les Aurès, le Constantinois, la Kabylie, l'Algérois (qui deviendra plus tard Zone autonome d'Alger), l'Oranie et le Sahara.
On ne sait pas, pour l'instant, si les chefs de région seront élus ou désignés. L'autre aspect de la décentralisation est basé sur le rôle attribué à l'administration. C'est ce qui est apparu dans le projet de loi relatif au code des APC de 1999.
Le rôle des secrétaires généraux est clairement spécifié. Rappelons que le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales avait procédé à des cours de recyclage de l'ensemble des SG des APC et des wilayas. Le ministère de tutelle semble avoir procédé à l'application du rapport Sbih avant son officialisation.
Cette campagne de formation va se poursuivre. Mais il est important de relever que ces nouvelles dispositions, qui seront suivies par un nouveau découpage des wilayas et APC, sur la base des nouveaux projets de lois en débat, invite à une refonte de la Constitution. Outre l'aspect relatif au mandat présidentiel, au système parlementaire ou présidentiel, il y a lieu de souligner l'importance de la décentralisation dans le nouveau dispositif constitutionnel. L'autre volet concerne la fiscalité et le contrôle du budget de l'Etat dont a parlé le ministre des Finances.
Ce volet est étroitement lié à la décentralisation. Car l'instauration de la rigueur dans la gestion autonome des entrées et dépenses publiques au niveau local offrira les instruments et moyens de suivi et de contrôle à la base. Des réformes profondes dans le système bancaire, fiscal et financier sont en cours. Le programme du Grand Sud a été engagé.
Il sera bientôt suivi par celui des Hauts Plateaux. Le parachèvement des réformes, tous secteurs confondus, devrait avoir lieu dans les deux années à venir. Il en va de même pour le rétablissement définitif de la paix et de la sécurité que le peuple a plébiscité lors du référendum du 29 septembre dernier. Beaucoup a été réalisé sur cet aspect-là. Mais beaucoup reste à faire sur le plan des réformes de l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.