2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La «suprême»? Solide, c'est certain!
Publié dans L'Expression le 10 - 11 - 2020

Abderrachid Tabi est le premier président de la Cour suprême depuis près de dix-huit mois. Durant toute cette période, il n'a pas eu le loisir de se reposer un moment tant la tâche était immense et embrouillée par moments. Des centaines de réunions de concertations, de réceptions de magistrats qui voguaient dans la brume du malentendu, pour ne pas écrire des malentendus dans la perception des lectures de textes! Mais voilà que Tabi, le président d'acier s'est fait rare cette semaine. Renseignement pris, sans paniquer, nous avons appris de sources concordantes, que le premier président de la Cour suprême, Tabi, a finalement pris le lit quelque temps, laissant des adjoints de fer s'occuper des nombreuses affaires quotidiennes. Parallèlement, les magistrats-instructeurs continuent à bosser, à écouter les suspects de tous bords, car il n'est pas question de s'arrêter en si bon chemin. Le tout enveloppé dans un parfait «huis clos», dans un bon cheminement des dossiers, car, même s'il s'agit des premières déclarations de personnes responsables en leur temps, ou de gros industriels à qui il est reproché des malformations dans la gestion, ou des glissades vers des inculpations, voire des accusations tellement graves que la seconde audition s'impose! N'est-ce pas Karima Meggari- Bouchama, Boualem Bekri et Hadj Hocine Mouzali? La Cour suprême n'est pas à proprement parler une juridiction à preuves, donc à chauds verdicts brûlants, mais une juridiction qui veille à ce que les procédures soient respectées! Et dans ce sillage, Abderrachid Tabi et sa garde rapprochée, sont là, debouts prêts à dégainer, à la moindre défaillance! Et il n'est pas question, pour que la liberté des gens ne soit pas égratignée, de regrets ni de remords émanant des magistrats de la Cour suprême, qui se sont précipités, et donc, se sont gourés dans leurs jugements hâtifs! Non, jamais!
Feues les robes noires!
Ahmed SAI, le bâtonnier national nous soufflait mardi à Sétif, à l'occasion de l'installation du nouveau président de la cour de Sétif que les avocats s'en allaient malheureusement, sur la pointe des pieds, en silence, les jeudis et leurs enterrements avaient lieu en l'absence de la majorité de leurs confrères, en week-end! C'est leur destin!
Le dernier conseil décédé était Me Djillali Hamani, le doyen des avocats avec Me Abdallah Benarbia et Me Belfadel, Me Abdelaziz Zerdani, Me Tayeb Belloula. Deux hommes de droit comme on n'en fait plus désormais, car ils étaient si simples et si courtois que n'importe qui ne pouvait dire que du bien d'eux. Ces défenseurs d'un autre temps, comme on n'en rencontre plus, sont partis, et avant eux, évoquons Me Rachid Morsli de Boufarik, Me Fodil Benaki de Koléa, Me Mahmoud Khellili d'El Harrach, Me Mohand Yessaâd d'Alger, Me Yahia Bouamama de Blida, Me Dahmani, Me Kamel Melzi, Me Abdesslam Hamani de Belouizdad, Me Yahia Boudissa, Me Hacène, Me Chabbi Benouaret, Me Abdelkader Hamouche, sans oublier les avocates disparues après de longues maladies ou tout simplement à la suite d'un accident de la circulation!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.