Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    El Djazaïr Healthcare: le CREA et le MEDS-Sénégal signent un protocole de coopération    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Accidents de la route: 17 morts et 480 blessés en une semaine    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Les bases de la transition énergétique    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Mbappé quasiment d'accord    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Pourquoi les prix ont baissé    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    M. Lamamra s'entretient avec son homologue saoudien    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    L'Algérie œuvre inlassablement pour la consécration de la paix et de la sécurité dans son environnement régional et international    Oran : des moudjahidate se remémorent leur adhésion à la glorieuse guerre de libération    Affaire du groupe Metidji: ouverture du procès en appel    Algérie-Cuba: la profondeur de l'amitié et les liens historiques rappelés à Alger    Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places    Le G5 n'est plus!    Recadrage en règle    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'invitation à Carthage
Devant des milliers de sympathisants, Ghannouchi appelle les Tunisiens «au dialogue»
Publié dans L'Expression le 01 - 03 - 2021


Ils étaient plusieurs milliers samedi dernier, avenue Bourguiba, à Tunis, pour participer à la marche organisée par le parti Ennahdha qui entendait ainsi démontrer «l'inquiétude» des Tunisiens, en général, face à une situation de blocage politique et de crise économique aggravée par la pandémie du nouveau coronavirus. Dans un communiqué, Rached Ghannouchi, chef de la formation islamiste, a dénoncé une montée des tensions entre les différents partis tunisiens, un discours politique agressif et une indifférence par rapport aux fortes attentes des citoyens. Cela fait plus d'un mois que la Tunisie vit au rythme des conflits entre les trois présidences. Un bras de fer oppose, depuis janvier dernier, le chef de l'Etat, Kaïs Saïed, au chef du gouvernement, Hichem Mechichi, à cause du remaniement effectué par ce dernier. Saïed refuse de procéder à la traditionnelle prestation de serment, arguant que quatre des onze nouveaux ministres, choisis par Mechichi, sont soupçonnés de corruption ou de conflit d'intérêt. Le chef d'Ennahdha, également président de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), le Parlement tunisien, a apporté son soutien au chef du gouvernement, dans ce bras de fer inédit qui voit le pays voisin en situation de blocage. Prenant acte de la volonté du Parti destourien libre, dirigé par Abir Moussi, la passionnaria tunisienne, de déposer contre lui, prochainement, une deuxième motion de retrait de confiance pour le destituer de son poste de président de l'ARP, Rached Ghannouchi a donc effectué une démonstration de force, destinée à prouver que son parti est bien la principale formation politique du pays et qu'il faut compter avec lui. Raillant la présence du dirigeant du Front Populaire, Hamma Hammami, sur l'avenue Mohamed V, avec une foule de manifestants, il a affirmé que «cette marche vient, aussi, confirmer l'adhésion des Tunisiens à un Etat démocratiques, avec des institutions élues, conformément à la Constitution de 2014, et qu'elle atteste de la solidarité entre les institutions de l'Etat». Par son ampleur, a-t-il ajouté, elle interpelle les «positions irresponsables» qui visent à «déstabiliser le processus démocratique, remettre en question sa fiabilité et perturber le travail du gouvernement en place». Se faisant l'avocat des Tunisiens en situation socio-économique difficile, le chef d'Ennahdha a appelé les dirigeants politiques, dont le chef de l'Etat Kaïs Saîed vraisemblablement, à assumer leur responsabilité en empruntant la voie du dialogue pour délimiter les étapes que doit traverser le pays. En attendant, la Tunisie ne voit toujours pas le bout du tunnel, au point que les bailleurs de fonds internationaux se sont émus de la situation de blocage et exhortent à la sagesse pour trouver une solution à même de satisfaire l'ensemble des parties.«Le peuple veut le dialogue, le peuple veut le dialogue, le peuple veut le dialogue! Le peuple veut de l'affection entre Tunisiens, le peuple veut de la coopération entre Tunisiens, le peuple rejette le chaos et le populisme, le peuple veut la démocratie», a clamé dans son discours, applaudi, aux cris d'Allah Akbar, par les milliers de sympathisants, Rached Ghannouchi. Et, en guise de geste symbolique significatif, il a offert un bouquet de fleurs aux agents de la Garde présidentielle sur les lieux, non sans saluer leurs martyrs ainsi que ceux de l'armée et du mouvement national tunisien. Comme invite à «restaurer l'unité, le dialogue et cesser toute exclusion», il ne pouvait en être autrement. Quant à savoir si ce plaidoyer suffira à troubler ou émouvoir le président Kaïs Saïed, c'est une autre paire de manches...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.