Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel impact sur l'industrie de raffinage?
Récupération de l'usine d'huile des Kouninef à jijel
Publié dans L'Expression le 04 - 03 - 2021

L'usine de trituration des graines oléagineuses de Taher, dans la wilaya de Jijel, devra reprendre ses activités de production dans les semaines ou mois prochains. Cela dépendra de la cadence de mise en exécution des instructions du chef de l'Etat, dans le transfert de propriété de l'usine en question. L'usine d'huile des Kouninef, aux prises avec la justice algérienne dans des affaires scabreuses, devra donc changer de main. Néanmoins, le projet qui est grandiose, de par l'investissement colossal qu'il a engrangé et les enjeux stratégiques qu'il représente en matière d'autosuffisance alimentaire et la cessation des monopoles privés en la matière, requiert davantage de mesures, faut-il préciser. Selon la fiche technique de ce projet d'envergure, d'un coût d'investissement de 250 millions de dollars US, dont 90% consentis par une banque publique, l'usine de Taher est destinée à la transformation et le stockage des graines oléagineuses d'une capacité de 6000 t/jour. Le projet qui n'a pas connu d'avancées notables depuis 2019, est à même d'engendrer un impact socio-économique important, tant pour la région que pour l'économie nationale, est-il rapporté par les autorités locales alors. On compte à ce sujet, plus de
561 postes d'emploi directs et 1500 autres indirects au départ de la production. L'usine de Taher propriété de la SPA Nutris, filiale du groupe KouGC, qui a procédé en 2000 à l'acquisition de deux unités de l'entreprise publique Cogral (Safia), devait assurer la production d'huile et de tourteaux à hauteur de 78% destinée à l'alimentation animale, 20% d'huile végétale et 2% de résidu. Implantée sur deux superficies distinctes de 33,5 hectares, dont une (7,5 h) dans l'enceinte du port de Djenjen, cette usine est également dotée d'une capacité annuelle de stockage de l'ordre de 30000 t pour ce qui est de l'huile, 100 000 t pour la farine, et enfin 30000 t pour les tourteaux. Le projet avait pourtant bénéficié de tous les égards nécessaires, étant donné la proximité des frères Kouninef, propriétaires du projet, avec les cercles et sphères de décisions alors, mais n'a pas connu d'avancées notables. Selon les informations fournies, alors par les responsables locaux, «les installations et 80% des équipements nécessaires ont été importés et étaient bel et bien en place». Ajouter à cela, les raccordements aux réseaux d'AEP, gaz et électricité, sans compter le raccordement au réseau ferroviaire, aux fins de favoriser le transport et la commercialisation, dans des conditions optimales. Durant la même période, un autre complexe industriel de trituration des oléagineux devait voir le jour à l'Ouest du pays, et plus exactement dans la zone d'El Hamoul à Oran. Ce dernier était destiné à une trituration de 3 000 tonnes/jours de soja, pouvant aboutir à la production de 600 t/jour d'huile et 200000 t/an. Ce projet qui était destiné à un partenariat avec le groupe français «Lesieur», devait engendrer 1 000 postes d'emploi directs et 3 000 autres indirects, selon les informations fournies alors.
Faut-il le noter, l'importance de la récupération de ce projet réside surtout dans l'économie de la devise forte qui sera préservée et la réalisation de l'autosatisfaction alimentaire. Cela, sans compter la lutte contre le monopole et la spéculation dans ce domaine. La relance d'un tel projet, pourrait contribuer à l'implantation et la consolidation des cultures de Soja, Colza et Tournesol dans le pays. L'entrée en service de cette usine devra mettre fin également à l'importation de produits intermédiaires (huile brute), destinés à la transformation au sein des usines de raffinage, déjà en activité.
Selon des données économiques du département américain de l'agriculture Usda, l'Algérie est le deuxième pays africain consommateur d'huile de soja, après l'Egypte. Elle se situe en quatrième position également, en matière d'importation de cette graine oléagineuse. Selon un rapport élaboré l'Usda, l'Algérie gagnerait à «lancer de nouveaux projets d'investissement ou d'extension des capacités de trituration de l'oléagineux,... principaux moteurs du développement de l'industrie». Le rapport cite également «la hausse des coûts d'achats du Soja durant les trois dernières campagnes», du fait de la croissance de son «utilisation dans la production d'huile et des tourteaux utilisés dans l'aliment de bétail». «Les importations de graines de soja ont ainsi connu une progression fulgurante en passant de moins de 150 000 tonnes en 2017/2018 à plus de 550 000 tonnes en 2019/2020 avec près de 70% des cargaisons provenant du Brésil et des USA. Déjà, la hausse de la capacité domestique de trituration a permis de réduire le volume des importations de tourteaux de 1,51 million de tonnes en 2017-2018 à 1,14 million de tonnes en 2019-2020», note le même rapport.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.