Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le baril s'envole
L'Opep+ maintient son niveau de production jusqu'à fin avril
Publié dans L'Expression le 06 - 03 - 2021


La prudence l'a emporté. Le suspense n'aura duré que trois petites heures. L'annonce d'un bras de fer entre Riyadh et Moscou a été douchée. À deux jours du sommet (qui s'est tenu le 4 mars, Ndlr) des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de leurs alliés, «des fissures apparaissent à nouveau dans la façade unie» souvent affichée par les deux poids lourds de l'alliance Opep-non Opep, la Russie et l'Arabie saoudite, avait écrit Matt Weller, analyste de Gain Capital. L'Opep+ n'a pas tergiversé. Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés, ont décidé de maintenir leur niveau de production actuel, jusqu'à la fin du mois d'avril, mais ont accordé une exception à la Russie et au Kazakhstan, qui pourront augmenter leur offre de 150 000 barils quotidiens par jour. «Les participants ont convenu de prolonger, durant le mois d'avril prochain, la baisse décidée en janvier, à savoir de 7,2 millions de barils par jour, en raison de l'incertitude sur l'évolution du marché pétrolier, impacté toujours par la pandémie de Covid-19.» a indiqué le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, à l'issue des travaux de la 14e Réunion interministérielle Opep-non Opep qui s'est tenue jeudi par visioconférence. L''Arabie saoudite poursuivra pour sa part sa baisse volontaire supplémentaire de 1 million de barils par jour. Une décision unilatérale prise lors du sommet de l'Opep+ qui s'est tenu en janvier. «La production du pays serait réduite d'environ un million de barils par jour sur la période février-mars.» avait annoncé ce jour-là le ministre saoudien de l'Energie, Abdelaziz ben Salman. Cette décision unilatérale a été prise «pour soutenir notre économie et l'Opep+. Nous sommes les gardiens du marché», avait souligné le prince saoudien. Des mesures qui ont pris de court marché et experts qui s'attendaient à des dissensions au sein des «23» ainsi qu'à une ouverture des vannes de l'alliance. «L'Opep+ a pris le marché par surprise en décidant de renouveler ses quotas et en indiquant qu'elle préférait attendre que la reprise ait bien lieu plutôt que de l'anticiper», a souligné Ann-Louise Hittle de Wood Mackenzie qui a fait remarquer que «le marché s'attendait à une forte hausse (de la production, ndlr), car la contraction de l'équilibre entre offre et demande est déjà évidente», tout en signalant que les prix ont significativement rebondi depuis le début de 2021. La décision de l'Opep+ semble leur avoir donné des ailes. Le baril de Brent valait 68,44 dollars hier à 14h45 enregistrant un gain de 1,70 dollar par rapport à la séance de la veille, tandis que le pétrole américain s'échangeait à 65,50 dollars soit 1,67 dollar de plus que la journée de jeudi. Il faut rappeler que le 9 avril dernier, l'Opep et ses partenaires, dont la Russie, avaient décidé de réduire leur production de près de 10 millions de barils par jour, pour stopper le plongeon des prix et de procéder à une coupe de 7,7 millions b/j à partir du 1er août jusqu'à fin décembre 2020 avant de passer à 5,8 millions de barils par jour dès le début de 2021. L'Opep+ a finalement décidé d'opter pour la prudence et de n'ouvrir que progressivement ses vannes. 7,2 millions de barils par jour à partir du 1er janvier avant qu'elle ne passe à 7,05 millions b/j en mars. Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés, avaient décidé de maintenir leurs niveaux de production actuels, en février et mars, mais avaient accordé une exception à la Russie et au Kazakhstan qui ont eu le feu vert pour augmenter leurs productions de, respectivement, 65000 barils/jour et 10000 barils/jour, lors de la 13e Réunion interministérielle Opep-non Opep qui s'est tenue le 4 janvier dernier par visioconférence. L'Opep+ a décidé cette fois-ci encore de ne pas desserrer l'étau. Ce qui fait l'affaire du baril.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.