Tebboune présente ses vœux au peuple algérien    Football / Ligue 1 algérienne : le NC Magra et le RC Arbaâ se neutralisent (0-0)    Sahara occidental: de Mistura à Moscou pour rencontrer Lavrov    Formation professionnelle: plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques à la prochaine rentrée    Pneumologie : faire bénéficier l'Algérie de l'expérience de sa diaspora    Fédération algérienne de football (FAF) : "Le nouveau DTN sera connu au plus tard mi-décembre"    Cérémonies et activités religieuses à travers les différentes mosquées à l'occasion du Mawlid Ennabaoui    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Visite de courtoisie chez Goudjil    L'Etat frappera d'une main de fer    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    In memoriam Octobre 88    Embrouille    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    Une semaine chargée pour l'ANP    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



2ème roman en tamazight de Rachida Ben Sidhoum
«Icenga n talsa»
Publié dans L'Expression le 01 - 04 - 2021

Son nouveau roman intitulé «Icenga n talsa» a été publié aux éditions Achab, une maison d'édition spécialisée dans tout ce qui a trait à l'amazighité, langue, culture, identité et histoire.
Le choix d'une telle maison d'édition n'est pas fortuit. Cette dernière est dirigée par le célèbre militant et chercheur en langue et culture amazighes Ramdane Achab qui choisit soigneusement et selon des critères très rigoureux les publications auxquelles il accorde son label. De nombreux écrivains en langue amazighe, ayant pignon sur rue, ont publié leurs romans chez Achab-éditions à l'instar de Aomar Oulamara, l'un des auteurs les plus prolifiques et les plus talentueux en langue kabyle.
Rachida Ben Sidhoum a donc eu cette chance de se faire publier dans une maison d'édition qui est une référence en la matière. Mais ce n'est pas seulement de la chance.
Influencé par la société kabyle
C'est aussi et surtout le fruit d'un long travail d'écriture ayant duré des années et qui a abouti à un roman qui se lit d'une traite et qui enrichit, de manière indéniable, la bibliographie amazighe qui ne cesse de se diversifier ces dernières années avec l'entrée sur scène de nombreuses écrivaines-femmes, venant s'ajouter aux pionniers que sont Amar Mezdad, Rachid Alliche, Salem Zenia, Brahim Tazaghart, Mohand Ait Ighil et Ahmed Nekkar, entre autres bien sûr. Pour écrire ce second roman, Rachid Ben Sidhoum s'est largement inspiré des fléaux et des phénomènes que vit la société algérienne et kabyle en particulier, durant ces dernières années. «Il s'agit d'événements dramatiques que vit la société kabyle, plus particulièrement ces dernières années», nous confie Rachida Ben Sidhoum qui a fait partie des écrivaines ayant pris part, le 8 mars dernier, à la journée portes ouvertes sur le roman amazigh féminin organisée par la librairie «Cheikh-Multi-livres» de Tizi Ouzou.
Parmi les fléaux abordés dans le roman, ,«Icenga n talsa» de Rachida Ben Sidhoum, on peut citer celui du kidnapping dont ont été victimes ces derniers temps les enfants en bas âge.
Il s'agit d'événements dramatiques que les familles subissent de plein fouet et qui finissent parfois par des assassinats.
«Icenga n talsa» se veut aussi un hommage aux femmes assassinées durant les années de terrorisme à l'instar de Katia Bengana, de Nawal Zanoun et de tant d'autres.
L'auteure semble avoir été trop marquée par les tragiques événements des années 90, notamment les assassinats d'intellectuels.
Elle cite tout particulièrement l'écrivain-poète et journaliste Tahar Djaout, ravi aux siens alors qu'il n'avait que 39 ans et qu'il était au summum de sa création littéraire.
Contre l'oubli
«Dans ce roman, j'ai voulu transmettre un message selon lequel on ne doit pas tomber dans le piège de l'amnésie. Nous ne devons en aucun cas oublier ce qui s'est passé durant les années 90», souligne l'écrivaine Rachida Ben Sidhoum.
«Icengan n talsa» est un roman émouvant, mais réaliste. Il se lit d'une traite malgré des passages entiers qui peuvent remuer le couteau dans la plaie pour les lecteurs potentiels touchés de près ou de loin par le genre d'événements tragiques que décrit l'auteure. Rachida Ben Sidhoum fait aussi découvrir au lecteur une langue kabyle originale et authentique ainsi qu'un style d'écriture très élaboré. Il faut préciser que Rachida Ben Sidhoum, originaire du village Dama dans la région d'Iboudraren, est l'auteure de plusieurs livres en langue amazighe publiés ces dernières années.
On peut citer son recueil de poésie intitulé
«Keltouma yemma taâtizit» paru en 2016, «Init-as i gma» (éditions Imru) et «Lhif d usirem» aux éditions Identité-Tamagit. Ce dernier est son premier et il a été publié en 2018.
Rachida Ben Sidhoum est l'auteure d'un recueil de poésie co-écrit avec une auteure roumaine, Mariana Bendo.Ce livre a été édité en Roumanie. Sa publication an Algérie fait partie des projets de Rachida Ben Sidhoum qui est également en train de fignoler son troisième roman. En tamazight bien sûr.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.