Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'affaire du garçon a plombé l'ambiance
Manifestations, hier, dans plusieurs villes du pays
Publié dans L'Expression le 10 - 04 - 2021

L'affaire du détournement du garçon par quelques individus se réclamant du Hirak a fait son effet, hier, dans la rue. Les rassemblements et les marches qui ont eu lieu dans plusieurs villes du pays étaient clairsemés. Les marcheurs n'étaient pas aussi nombreux qu'auparavant et les slogans n'étaient visiblement pas aussi convaincants. Les preuves présentées par le procureur général, la villa de Aïn El Benian, l'amitié suspecte entre trois adultes et un mineur, les casiers judiciaires fournis, la consommation régulière de drogue et le fait que l'enfant n'était même pas d'Alger et a été pris en charge dès ses 13 ans, auront pesé plus lourd au sein de l'opinion publique que les vaines tentatives de disculpation des prévenus lancées par les relais de Rachad dans les réseaux sociaux. Les Algériens qui ont suivi l'affaire en s'informant auprès de tous les protagonistes étaient forcés d'admettre que la «fable» du «révolutionnaire de 15 ans encadré par des activistes aux grands coeurs» ne tenait pas la route.
La mise en scène burlesque et ses implications au sein du Hirak a eu le mérite de montrer les Zitout et consorts sous leur vraie nature. La fameuse photo balancée sur le Net et censée apporter la preuve de l'agression sexuelle s'est retournée contre ses instigateurs. Les Algériens ont dénoncé le procédé hideux qui, ressemble à s'y méprendre aux montages mensongers de la chaîne El Jazeera lors de la «révolution» d'Egypte. Et c'est cette technique de manipulation des foules qui ne cadre pas avec la personnalité de l'Algérien. De fait, il n'est resté dans la rue, hier, que les irréductibles, ceux qui estiment et ils ont le droit de le penser, que rien ne les déviera de leurs revendications. Ils sont sortis. Ils étaient peu nombreux, mais ont affiché leur conviction en un avenir démocratique quoi que veuille faire l'organisation terroriste Rachad. Le credo d'une bonne partie des marcheurs d'hier était la force du pacifisme des manifestants. Ils y tiennent et ils ont raison.
Il y avait aussi dans la foule des individus peu recommandables qui agissent en mercenaires, qui touchent des rémunérations pour placer des slogans honteux. Ils ont tenté d'exploiter l'affaire du mineur, ils ont créé de nouveaux slogans encore plus choquants, fidèles à la «tradition» des mouvements prônant le «régime change», financés et promus par des ONG appartenant à des oligarques occidentaux. Les énergumènes étaient bien dans les marches, à Alger et ailleurs. Ils ont fait leur «boulot», mais il semble qu'ils n'aient pas réussi à convaincre. L'affaire du mineur qu'ils pensaient exploiter pour susciter une colère populaire contre le pouvoir leur a fait très mal et porté un sérieux coup à leur crédibilité, déjà chancelante.
Enfin, le 112e vendredi du Hirak a bien eu lieu, mais l'on sentait un goût amer. Avec l'instrumentalisation de l'innocence, beaucoup d'Algériens ont compris et ont tourné la page d'une belle aventure politique qui a changé le visage de leur pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.