Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Real -Zidane : "Ca montre le caractère de cette équipe"    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La leçon d'une vie
Il y a cinq ans disparaissait Noureddine Nait Mazi
Publié dans L'Expression le 15 - 04 - 2021

Il est parti. Presque sur la pointe des pieds. Par un matin d'avril, ce grand blond aux yeux bleus nous aura laissé comme marque indélébile les fragments de toute une vie. Dans l'édition du quotidien L'Expression de ce jour, le lecteur découvrira une couverture exceptionnelle réservée à la disparition du grand journaliste algérien, Noureddine Nait Mazi. Il restera, comme le souligne le message du Président Bouteflika, «l'un des pères fondateurs de la presse nationale» et un «journaliste exceptionnel». Voilà le condensé de toute une vie résumé en une dizaine de mots. De mots vrais. Pas laudatifs pour ce «moudjahid de la plume» que les générations postindépendance ignorent jusqu'au nom et à tous, si l'on peut dire, ses faits d'armes. Il est connu un peu plus par les quinquagénaires. Ceux qui naquirent à l'aube de l'Indépendance et grandirent libres à l'ombre de la souveraineté recouvrée en inaugurant chaque matin leur journée par la lecture du quotidien El Moudjahid.
Nait Mazi n'était pas connu de tous pour la simple raison qu'il fuyait les honneurs, la célébrité réelle ou factice qui constituaient le carburant des arrivistes de tout acabit, des personnages issus parfois de la pire engeance qui soit au moment même où la Révolution sous la conduite du Président Boumediene amorçait son envol.
Il fuyait les honneurs comme on fuit la guigne. Et pourtant, je m'en souviens, combien étaient-ils ces ministres, ces walis, ces hauts dignitaires de l'Etat qui ne renonçaient jamais à l'espoir, ne serait-ce que d'une rencontre fortuite, au détour d'un couloir de ministère pour décrocher le sésame: la promesse d'une interview, d'un reportage, voire même d'un articulet. Tout est bon, croyaient alors ces gens-là, pour décrocher la timbale.
Noureddine détestait le m'as-tu-vu. Les combinards qui grenouillaient dans les salons algérois. Mais aussi dans les salles de rédaction. Son combat, il l'a appris jeune à l'école du père du Mouvement national algérien avant de rejoindre le FLN. Il aimait passionnément l'Algérie. Jusqu'à son dernier souffle. Une étreinte inimaginable les liait tous les deux. Lui, fils d'émigré d'Illilten (Iferhounene), né à Argenteuil, a consacré sa vie à la libération de son pays. Il se souvient des vacances passées dans la montagne, dans la misère et la chaleur torride avec ses frères et soeurs au contact des cousins et des enfants du village. «Nous arrivions par bateau le Ville d'Alger. Nous passions notre première nuit dans un hammam avant de prendre l'autocar le lendemain pour Michelet (Aïn El Hammam). Mon père était fier de ses enfants. Il nous menait à la baguette. Nous découvrions que nos femmes en Kabylie marchaient pieds nus et que nos maigres repas se disputaient à la frugalité. Ma prise de conscience politique remontait en vérité à ces vacances. Le colonialisme était un crime.»
Pour son dernier requiem, Nait Mazi n'aura pas mérité tous ces éloges pour rien. Humble, il l'a toujours été. Il croyait, il militait, il vivait pour un monde où la justice sociale ne serait pas un vain mot. Au quotidien El Moudjahid, il était le tout-puissant directeur général qui rivalisait avec le syndicat de l'Ugta pour donner aux travailleurs un monde nouveau où le mot justice rimait avec dignité. Noureddine était un personnage charismatique. Solaire, diront ceux qui l'ont approché. Très poli, avenant quand il le faut, intran-sigeant quand la situation l'exigeait. De par sa stature, son érudition, sa classe, Nait Mazi fascinait. À la tête d'El Moudjahid, sous Boumediene, il avait fini par porter l'incarnation du sentiment national. C'est ce qui explique comment et pourquoi ce journaliste a développé une telle puissance de feu par ses écrits durant son règne presque ininterrompu de 25 ans à la tête d'un journal devenu mythique pour presque tout le tiers-monde.
Ce «patron» de presse n'en était pas un. Il abhorrait ce mot dans un monde où lui, homme de gauche, rêvait tout simplement de socialisme. De partage. D'amour et de justice sociale.
Toute sa vie, il s'était contenté de son petit «appart» de 80 m². Il n'a pas conduit de voiture pour n'en avoir jamais possédé. À la fin, son épouse a dû suivre des cours de conduite pour pouvoir... faire tranquillement ses courses. Son intégrité, son honnêteté intellectuelle et surtout le sens moral qu'il tenait tant à conférer à sa longue vie de combattant lui interdisaient toute tentation d'envies matérielles. Des villas? Des appartements? Des lots de terrain? Des voitures? Il aurait pu en posséder dix à la douzaine. En un mot, l'homme qui nous quitte aujourd'hui restera un guide pour les journalistes algé- riens. Il n'aimait ni la triche, ni les entourloupes. Il était mon maître. Il m'a appris le métier de journaliste. Celui de chef d'entreprise aussi. Il m'avait surtout recommandé de toujours rester humble et intransigeant jusqu'envers soi-même. Pour Nait Mazi, faire du journalisme, c'est apprendre à servir. A se sacrifier, toujours se sacrifier pour son pays. C'est un leitmotiv qui explique enfin pourquoi les
«anciens» le surnommaient «le grand commis de l'Etat». Et c'est là que réside le secret de toute une vie. Ainsi, il aura, comme on le dit dans le jargon journalistique, admirablement «bouclé» sa vie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.