Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le processus électoral est inéluctable
Tebboune coupe court avec l'idée de la transition
Publié dans L'Expression le 17 - 04 - 2021

Le président de la République Abdelmadjid Tebboune a réaffirmé la position de l'Etat algérien d'aller inexorablement vers le parachèvement de l'édifice institutionnel. Ce parachèvement s'exprime à travers les législatives anticipées.
Tebboune n'a pas laissé un petit doute ou un soupçon quant au déroulement de la joute des législatives anticipées selon le calendrier établi. C'est dire que l'enjeu électoral est consommé et que le processus ne sera en aucun cas altéré ou interrompu quoi qu'il adviendra.
Donc, les pouvoirs publics sont déterminés à poursuivre le processus en cours en allant jusqu'à la concrétisation de toutes les étapes dudit parachèvement institutionnel. Cela traduit la volonté des pouvoirs publics de maintenir le cap politique dans le cadre constitutionnel et légal à la fois.
L'aventure institutionnelle et le vide constitutionnel sont écartés par les responsables du pays, c'est une démarche qui a ses explications politique et géostratégiques.
Le contexte dans lequel se trouve le pays, surtout au niveau de ses frontières et l'instabilité qui frappe de plein fouet la région du Sahel et les semblants de transitions qui ont caractérisé les pays voisins, sont un élément si important pour l'Algérie qui fait face à des menaces avérées au plan politique en rapport avec le changement qui se veut comme une sorte de démarche transitionnelle rejetée d'emblée par un nombre important d'Algériens et d'Algériennes. La transition est vue comme une espèce de malédiction, la raison est claire et qui se justifie, la Libye est un exemple concret et tangible d'une transition chaotique et destructrice. La Tunisie qui se débat aussi dans une spirale de crise institutionnelle, politique et économique sur fond d'une crise sociale sans précédent, donne une réponse aux souteneurs et aux affidés d'une période de transition comme étape pour aller vers la démocratisation des institutions de l'Etat. Et comme maintenant les enjeux se précisent et les expériences ont apporté leur lot de réponses et de preuves, la question relevant de la période de transition est surtout défendue par les sbires du «printanisme» et les agendas servant les intérêts sordides des puissances étrangères dans leur perspective d'asseoir leur néocolonialisme et leur mainmise sur les richesses des pays souverains.
Les institutions évoluent et se renforcent dans un environnement et un climat de stabilité et de sérénité. La transition favorise l'émergence des forces centrifuges et hétéroclites dont la préoccupation majeure est d'imposer leur feuille de route au détriment des autres dynamiques et forces. C'est de là que l'enjeu de la «déstabilisation» commence à prendre un sens concret, même dans sa phase embryonnaire dans le début.
Les pouvoirs publics sont conscients des enjeux qui se trament et les menaces qui s'esquissent, mais la détermination est le seul moyen politique qui reste idoine et efficace pour parer aux menaces et tentatives de la déstabilisation des institutions de l'Etat.
Entre un processus électoral consacrant le processus démocratique et un processus transitionnel dans un contexte de polarisation et de tiraillements et une crise économique, sociale et politique, le choix ne se fait même pas. La question de la stabilité et le maintien des équilibres institutionnels sont déterminants et prépondérants pour le pays, plutôt qu'une transition où l'on constate déjà ses tenants et ses aboutissants et ceux qui font ce «prosélytisme».
À ce niveau, la situation commence à se faire exprimer d'une manière claire, les contradictions se manifestent d'une manière nette. La plupart des défenseurs de cette transition et qui rejettent d'emblée un processus électoral sont des forces islamistes et obscurantistes aidées par cela grâce à leurs alliés traditionnels, à savoir les «qui-tue-quistes» et les nouveaux alliés surprises, à savoir les pseudos «démocrates» qui découvrent l'inceste politique et ses «vertus».
Avec la dernière sortie de Tebboune, les choses se font manifester clairement sur le plan politique. Il n'est plus question de revenir en arrière et engager un processus transitionnel dont les conséquences risquent d'être fatales et catastrophiques.
Le processus électoral est une gageure selon les responsables du pays pour consolider et renforcer la stabilité des institutions de l'Etat et la cohésion nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.