Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak perd son inspiration
Faible participation aux marches, ce vendredi
Publié dans L'Expression le 17 - 04 - 2021

La stratégie des milieux qui tentent d'instrumentaliser le Hirak était, assez évidente, lors des marches d'hier. Des slogans curieusement «bien ciselés» s'en prennent à l'Etat, accusé de «pactiser avec la France». Ces slogans qu'on retrouve dans presque toutes les villes qui ont été le théâtre de manifestations populaires n'avaient pas pour intention d'éclairer l'opinion publique sur un quelconque enjeu stratégique entre l'Algérie et la France, mais suivaient une logique «suicidaire», dont l'objectif était d'introduire le doute dans les esprits des Algériens, en les amenant à croire que l'Etat est en passe de céder la souveraineté du pays à la France. En jouant sur l'amalgame du passé colonial de la France en Algérie et en associant les figures criminelles de l'armée française avec les responsables contemporains algériens, les «faiseurs de slogans» jouent la dangereuse carte de casser tout lien entre la société et les instances dirigeantes du pays. Mêlées aux slogans traditionnels du Hirak, les références multiples à un néocolonialisme pour lequel travailleraient les responsables nationaux ouvrent une nouvelles faille. L'objectif de ces slogans haineux et hors de contexte, si l'on prend les objectifs assignés au Hirak, est bien entendu d'enfoncer la petite foule qui prend part hebdomadairement aux marches dans une logique de désespoir. C'est là l'intention première du mouvement Rachad qui, de semaine en semaine, «dose» les mots d'ordre, avec une précision étonnamment efficace pour qu'on attribue la richesse lexicale et politique des slogans à quelques supporters de clubs de football. D'ailleurs, les observateurs ont, depuis plusieurs mois, deviné que l'intonation n'est plus la même, les mots n'ont désormais plus le même sens et la charge désespérante des mots d'ordre est plus qu'évidente. Même si les marcheurs affirment demeurer attachés au caractère pacifique du mouvement de contestation, ils n'ont plus le même enthousiasme. Certains donnent l'impression de vouloir en découdre. Les mots résonnent autrement dans leur bouche et l'on voit des «animateurs» qui haranguent la foule avec un vocable plutôt suspect.
Les marches d'hier n'ont pas attiré grand-monde, mais la haine que le mouvement Rachad sème dans les esprits est de plus en plus visible. La volonté de mener le Hirak dans le mur ne relève plus de l'hypothèse fantaisiste, à bien entendre les slogans de ce vendredi, dont aucun n'évoque l'avenir démocratique de l'Algérie et encore moins l'espérance d'une vie meilleure. On sent dans les propos des dirigeants du mouvement, planqués à l'étranger, une stratégie qui consiste à préparer l'opinion algérienne au fait que le changement doit nécessairement être accompagné de sacrifices et de souffrances. Au climat rendu maussade par une journée pluvieuse sur toute la bande nord du pays, se sont ajoutées les mines très peu joyeuses de nombreux marcheurs. C'est dire que le 113e vendredi ne peut être associé au Mouvement populaire tel que soutenu par la majorité des Algériens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.