Découverte d'un animal mort dans une cargaison de blé français livrée à Oran : Des opérateurs français réagissent    Conférence Berlin 2: appel à hâter la réunification des institutions libyennes    Chabet El Amer : Les villageois protestent devant le siège de l'ADE    Boumerdès : L'impatience des estivants    Le RND "s'alliera" avec les partis formant le pôle national au Parlement    Coronavirus: 370 nouveaux cas, 247 guérisons et 10 décès    JSK-Coton Sport: le club espère 2.000 supporters, 10.000 refusés    Mandat de dépôt et 24 mois de prison pour des tricheurs au BAC    165 000 quintaux de blé attendus    Adjudication de titres miniers : 238 offres techniques relatives à 38 sites retenues    Croatie : Modric encensé par son sélectionneur    Frank Heinrich: "l'autodétermination au Sahara occidental, du seul ressort du peuple sahraoui"    Euro 2020 : Mourinho pas tendre avec Bruno Fernandes    Boukadoum prend part à la réunion du Comité sur la Palestine des pays non-alignés    Le NAHD sommé de réagir, le CRB pour atteindre le podium    L'Algérie conserve ses quatre représentants    L'Algérie à l'épreuve de l'hôte égyptien    Le Polisario salue les marches de solidarité en Espagne    Nouveau gouvernement : que sont les rumeurs devenues ?    Résultats définitifs ce dimanche    Procédure accélérée pour Bedoui    Lancement d'un «guichet à distance» pour le dépôt des dossiers administratifs    Le corps d'un noyé repêché par la Protection civile    Le corps d'un homme repêché du barrage de Aïn-Dalia, après six jours de recherches    Les Mat 49 des vieux guerriers ne se taisent jamais vraiment !    Sortie d'un double album de Takfarinas    À Alger, l'eau au compte-goutte    Vers la création d'une banque de l'import-export    À Moscou, on gagne une voiture si on se fait vacciner !    "LE FINANCEMENT MONETAIRE EST RISQUE"    Benlamri quitte officiellement l'Olympique Lyonnais    Qui a bloqué le projet de l'Epic communal ?    Quel rôle et quelle place pour les indépendants ?    LA DIASPORA MANIFESTE DEVANT LE PARLEMENT CANADIEN À OTTAWA    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    .sortir ...sortir ...sortir ...    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    Quand on manque d'un projet de société    L'Algérie carburera au sans plomb    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Les prévisions d'Oxford business groupe    Les nouvelles conditions    Quel bilan pour le gouvernement ?    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'armée exprime son soutien au président Buhari
Nigeria
Publié dans L'Expression le 05 - 05 - 2021


L'armée nigériane a exprimé lundi son soutien au président Muhammadu Buhari critiqué de toutes parts pour son incapacité à endiguer l'insécurité dans le pays, balayant catégoriquement toute probabilité d'un coup d'Etat. Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique est en proie à de multiples conflits, entre une insurrection jihadiste dans le nord-est, des attaques de bandes criminelles qui pratiquent des enlèvements de masse dans le nord-ouest et celles de séparatistes qui visent les forces de sécurité dans le sud-est. Dans un communiqué publié tard lundi soir, les forces armées nigérianes ont déclaré qu'elles allaient continuer à soutenir le gouvernement malgré la mauvaise situation sécuritaire et les critiques soutenues à l'encontre de M. Buhari, un ancien général âgé de 78 ans. «Nous déclarons catégoriquement que les forces armées du Nigeria demeurent totalement dévouées à l'administration actuelle ainsi qu'à toutes les institutions démocratiques qui lui sont associées», a déclaré le porte-parole de l'armée Onyema Nwachukwu, cité dans un communiqué. «Nous continuerons à rester apolitiques, subordonnés à l'autorité civile, fermement fidèles au président, commandant en chef des forces armées de la République fédérale du Nigeria, au président Muhammadu Buhari et à la Constitution de 1999 telle qu'elle a été amendée», a ajouté le porte-parole militaire. La semaine dernière, le Parlement a demandé au chef de l'Etat de déclarer l'état d'urgence. Au même moment, une avalanche de déclarations de parlementaires, de gouverneurs locaux et même du lauréat du prix Nobel de littérature Wole Soyinka ont appelé le président Buhari à contenir les violences. «Notre nation est en guerre. Ceux qui se sont révélés faibles et incapables doivent apprendre à ravaler leur fierté et à chercher de l'aide», a exhorté M. Soyinka. Le président Buhari s'est entretenu avec ses principaux chefs de la sécurité la semaine dernière et à nouveau mardi pour discuter des violences qui secouent le pays. «Nous continuerons à nous acquitter de nos responsabilités constitutionnelles de manière professionnelle, en particulier dans la protection de la démocratie du pays, la défense de l'intégrité territoriale du pays ainsi que pour la protection de la vie et des biens des citoyens», a ajouté le porte-parole militaire. En outre, l'armée a espéré que les «défis sécuritaires actuels ne soient pas insurmontables». M. Buhari, ancien général putschiste dans les années 1980, avait été élu en 2015 sur la promesse d'écraser la rébellion jihadiste dans le nord-est, qui a fait 36.000 morts et deux millions de déplacés. Mais six ans plus tard, les groupes Boko Haram et Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) contrôlent toujours de vastes zones rurales ainsi que des routes stratégiques, où ils multiplient attaques et enlèvements de soldats, de civils et de membres d'ONG.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.