Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les slogans sortis de laboratoires
Des marches ont eu lieu dans quelques villes du pays
Publié dans L'Expression le 08 - 05 - 2021

Des Algériens ont encore marché, hier, dans quelques villes du pays. L'actualité sociale récente qui a vu des éléments de la Protection civile manifester dans la capitale a donné lieu à un slogan, certainement concocté dans le laboratoire de Rachad. En effet, les animateurs de la marche d'Alger ont clairement établi un rapport entre le mouvement d'humeur des pompiers et les services de renseignements qu'ils accusent de vouloir les mater. La politisation de la colère des agents de la Protection civile était plus qu'évidente et l'intention d'allumer la mèche en excitant la fibre sociale des Algériens pour les monter contre l'Etat a été la constante de la marche d'hier. Les «crieurs» qui haranguaient la foule n'avaient visiblement d'autre objectif que de noircir le tableau, attenter à l'image de l'Etat et créer une césure entre les fonctionnaires de la Protection civile et leur hiérarchie directe. Le mode opératoire des organisations versées dans le «régime change» sautait aux yeux, hier, de sorte qu'il n'existait aucune once de syndicalisme et encore moins une quelconque volonté d'aider les travailleurs algériens à obtenir gain de cause dans les revendications qu'ils expriment. Non, l'objectif des initiateurs des slogans était strictement politique. Il visait l'instrumentalisation d'un fait socio-économique identifié pour le sortir de son contexte initial afin d'en faire un produit de déstabilisation de l'Etat. Les manifestants qui reproduisaient ledit slogan lui donnent une dimension qui se veut «populaire» et les manipulateurs ne manqueront pas de le classer dans le registre des «reproches» que feraient les Algériens à leur gouvernement. Il n'est pas interdit de penser que les vidéos filmées, hier, atterriront dans les semaines ou mois à venir dans un dossier destiné à des instances internationales, histoire d'appuyer des accusations, à ce jour factices.
Cette nouvelle tentative d'alourdir ledit dossier intervient au lendemain d'une pétition signée par des milliers de citoyens, dont des personnalités connues, attirant l'intention sur les menaces qui guettent le pays. Ces voix algériennes qui s'exprimaient librement dans le Mouvement populaire en sont, aujourd'hui, exclues par des barbouzes du Hirak qui laissent place nette aux slogans haineux. La foule composée majoritairement d'honnêtes gens, ne sait pas qu'elle sert les intérêts d'un groupe. Mais il est dit qu'un jour, les Algériens sauront toute la vérité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.