Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quand les plans de l'AEP font défaut    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des centaines de Palestiniens blessés
Colons et Policiers sionistes mobilisés à El Qods-Est
Publié dans L'Expression le 10 - 05 - 2021


La tension restait palpable hier à El Qods-Est, secteur de la ville sainte illégalement occupé par l'Etat sioniste et où les pires heurts enregistrés depuis des années entre manifestants palestiniens et policiers israéliens ont fait plusieurs centaines de blessés ces derniers soirs, ravivant les craintes d'embrasement. Vendredi soir, plus de 220 personnes, majoritairement des Palestiniens, ont été blessés lors de heurts sur l'esplanade des Mosquées entre policiers israéliens et fidèles palestiniens réunis pour l'iftar, repas de rupture du jeûne du Ramadhan. Appelée Noble sanctuaire par les musulmans et mont du Temple par les juifs, l'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam et le site le plus sacré des juifs. Samedi soir, de nouveaux heurts ont eu lieu à El Qods-Est mais dans les secteurs de la porte de Damas, Bab al-Zahra et Cheikh Jarrah faisant environ une centaine de blessés, dont des mineurs, selon le Croissant-Rouge palestinien. La police israélienne a, elle, fait état de 17 policiers blessés et de neuf arrestations. Selon ces secouristes, la majeure partie des blessées ont été atteints par des balles en caoutchouc ou des grenades assourdissantes, des témoins ayant notamment vu une femme au visage ensanglanté. Les forces de l'ordre israéliennes ont utilisé aussi un canon à eau putride afin de disperser des Palestiniens dont certains lançaient des projectiles sur les policiers. Hier matin, l'esplanade des Mosquées était relativement calme, mais la tension restait palpable dans la Vieille Ville, les heurts intervenant toutefois en fin de journée, voire en soirée après la rupture du jeûne. Dans le quartier de Cheikh Jarrah, théâtre de protestations quotidiennes depuis plusieurs jours contre la possible éviction de familles palestiniennes au profit de colons israéliens, des Palestiniens sont de nouveau descendus dans la rue samedi soir et lancé des pierres sur les forces de l'ordre israéliennes. Celles-ci ont dit avoir arrêté deux personnes pour avoir usé de «gaz poivre» contre leurs agents. La police sioniste avait indiqué plus tôt dans la journée avoir limité l'accès à la Vieille ville d'El Qods-Est pour empêcher les Palestiniens de «participer à des émeutes violentes». Un bus venant du sud d'El Qods a ainsi été stoppé et certains des passagers palestiniens ont été interpellés par la police. Depuis des semaines, les tensions sont vives aussi en Cisjordanie, autre territoire palestinien occupé par Israël où des manifestations ont eu lieu contre les restrictions d'accès imposées par l'Etat hébreu à certains secteurs durant le Ramadhan et la possible éviction de Palestiniens de Cheikh Jarrah. Les affrontements sur l'esplanade des Mosquées ces derniers jours sont les plus violents depuis ceux de 2017, quand Israël avait décidé de placer des détecteurs de métaux à l'entrée du site, avant d'y renoncer. Le Hamas, mouvement islamiste palestinien qui contrôle la bande de Ghaza, a appelé les Palestiniens à rester sur l'esplanade jusqu'à jeudi - jour devant marquer la fin du ramadan - et menacé Israël d'attaques si la Cour suprême validait, dans une décision attendue ce lundi, les évictions de Cheikh Jarrah. Dans la bande de Ghaza, les soldats israéliens ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants palestiniens rassemblés près de la barrière de séparation érigée par Israël dans cette enclave de deux millions d'habitants sous blocus. Des ballons incendiaires ont en outre été tirés samedi soir depuis Ghaza vers le sud d'Israël, mais sans faire de dégâts selon les autorités sionistes. Et une roquette a été lancée tôt hier matin depuis Ghaza «vers le territoire israélien», a indiqué l'armée sioniste disant que son aviation avait riposté en frappant «un poste militaire du Hamas» dans le sud de la bande de Ghaza. Après les violences de vendredi, les Etats-Unis ont appelé «responsables israéliens et palestiniens à agir pour mettre un terme à la violence». Ils ont également exprimé leur inquiétude quant à «l'expulsion potentielle des familles palestiniennes de Cheikh Jarrah». Chef de file des monarchies arabes du Golfe, l'Arabie saoudite a dénoncé ces possibles expulsions. L'Iran, la Tunisie, le Pakistan, la Turquie, la Jordanie, ou encore l'Egypte ont condamné les agissements israéliens. Et le Maroc a dit hier suivre avec une «profonde inquiétude» les violences à El Qods-Est et sur l'esplanade des Mosquées. Exprimant sa «profonde préoccupation» à la suite des violence, le quartette pour le Proche-Orient (USA, Russie, ONU, UE) a appelé Israël à faire preuve de «retenue». A l'ONU, la Tunisie, membre du Conseil de sécurité, a demandé la tenue d'une session du Conseil aujourd'hui sur la situation dans les territoires palestiniens occupés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.