Enseignement supérieur: Une Agence d'accréditation et d'assurance qualité    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Ligue Inter-régions - Play-off: Six tickets pour la Ligue 2 en jeu    A quand un bac réformé ?    Examens de fin d'année: Plaidoyer pour un calendrier «spécial» pour le Sud    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Sommet international à Berlin pour stabiliser la Libye    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Le Groupe de Genève organise une conférence    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Modric est éternel!    Brèves Omnisports    Les affiches des deux événements dévoilées    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Nouvelle recrudescence    La traque aux fraudeurs    151 Contrebandiers arrêtés en quelques jours    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Ce sera en Août!    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    «L'écrivain qui dort en moi»    Les explications d'Algérie Télécom    370 nouveaus cas et 10 décès en 24 heures    Redistribution des cartes    Désormais valables pour l'Algérie    Législatives: le taux de participation s'établit à 23%    L'Algérie ne ménagera aucun effort pour assurer le succès de la réconciliation en Libye    "LE SERMENT"    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    Foot: l'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    JSK-Coton Sport: le club espère 2.000 supporters, 10.000 refusés    Boukadoum prend part à la réunion du Comité sur la Palestine des pays non-alignés    Le NAHD sommé de réagir, le CRB pour atteindre le podium    Le Polisario salue les marches de solidarité en Espagne    Quel rôle et quelle place pour les indépendants ?    À Alger, l'eau au compte-goutte    À Moscou, on gagne une voiture si on se fait vacciner !    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La force est à la loi
Les marches hebdomadaires seront soumises à une autorisation préalable
Publié dans L'Expression le 11 - 05 - 2021


Le ministère de l'Intérieur a expliqué dans un communiqué à l'adresse des manifestants lors des manifestations hebdomadaires de chaque vendredi les modalités et les conditions relatives à l'exercice de ce droit. Sans déclaration préalable, la marche sera frappée du sceau de l'illégalité. Le communiqué rappelle que «le non-respect de ces procédures constitue une infraction aux yeux de la loi et de la Constitution, ce qui dénue la marche de tout caractère légal et implique un traitement en conséquence», mentionne-t-on. La donne a changé, les marches et les manifestations ne sont plus les mêmes, l'élan populaire du 22 février 2019 avait comme démarche et approche la mise au placard du cinquième mandat du président déchu et le départ des symboles qui incarnaient ledit régime grabataire et despotique. La mobilisation se faisait exprimer avec un sens de la citoyenneté et de la conscience très élevé quant à l'objectif escompté et les voies et moyens pour exprimer ce ras-le-bol et ce désarroi. La mobilisation était gigantesque et massive, pour ainsi dire, c'était une mobilisation historique. Les Algériens et les Algériennes dans leur diversité savaient ce qu'ils voulaient dans une ambiance fraternelle qui insistait sur l'unité nationale et la sauvegarde de l'Etat national. Mais après quelques mois, les choses commençaient à prendre une autre tournure. La manipulation s'est mise à se faire un chemin et l'infiltration des forces obscures et des nébuleuses se faisaient sentir d'une manière tangible et saillante. Les islamistes radicaux, les reliquats de l'ex-FIS dissous et la nouvelle version de la sinistre structure islamiste ainsi que ses mouvements terroristes, à savoir Rachad, ont noyauté l'élan populaire dans la perspective de faire de lui un potentiel idéologique et un instrument au service des feuilles de route dictées par les officines étrangères et des puissances qui visent la mainmise dans la région de l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient au nom d'un fallacieux «printemps arabe». Depuis, le Mouvement populaire subissait les fatras d'une manipulation grossière par des forces centrifuges. Le Mouvement populaire a cessé de ratisser les masses et mobilisé davantage de citoyens et de citoyennes comme c'était le cas lors de l'élan spontané et historique du 22 février. À partir de ce reflux, les nébuleuses islamistes et les forces obscures se cachant derrière le communautarisme identitaire et autres énoncés dont l'inspiration émanant d'outre-mer, investissaient ce qui restait comme mouvement qui s'est transformé en un «Hirak» 2 dont l'enjeu c'était de pousser vers le chaos et le pourrissement de la situation politique du pays. Le complot a été démasqué, le plan de déstabilisation de l'Etat national a été moult fois démontré et prouvé. Et durant ce processus, la mobilisation en rapport avec le Mouvement populaire s'effritait et les Algériens et les Algériennes ont déserté le «Hirak» des nébuleuses et des forces obscures à l'origine de l'essoufflement de la mobilisation et de l'organisation. Ce qui est sûr, c'est que le vendredi prochain ne sera pas comme les vendredis précédents.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.