Bouira : Deux manifestants placés sous mandat de dépôt    L'Agence nationale du sang célèbre la Journée mondiale du donneur de sang    Hand/ Championnat Excellence (messieurs) : le GS Pétroliers déclare forfait pour les play-offs    Logements AADL: des instructions pour l'examen de la 2ème vague de recours des souscripteurs de l'AADL 2013    Enseignement professionnel: création d'un centre de formation dans les énergies renouvelables à Cherchell    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 242 guérisons et 8 décès    11.000 policiers mobilisés pour garantir la couverture sécuritaire des épreuves du BEM    Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets    Coupe Billie Jean King: "On s'attend à un niveau assez élevé"    Espagne : Luis Enrique envoie un message à Eriksen    La 26e journée se jouera vendredi et samedi    L'Algérien Fethi Nourine (-73 kg) qualifié aux JO de Tokyo    El-Hamri cale au mauvais moment    Vive polémique entre Macron et Johnson    28 millions de dollars pour un vol dans l'espace avec Jeff Bezos    Des mesures spéciales au niveau des plages ?    Le record mondial de l'association Errakim de Médéa    L'Unicef et l'OIT promettent d'éliminer le travail des enfants    Sonatrach et des sociétés danoises en quête de partenariats    Choc et impact !    La saturation risque de compromettre les programmes de logements    Un déficit de 45% de la production céréalière    3 soldats tués et 4 autres blessés    CES LOIS QUI FONT LE LIT DU FEMINICIDE    Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants    3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    AEP à Alger : Instructions fermes pour un approvisionnement régulier    Vaccination contre la Covid à Annaba : 41% de la population ciblée touchés    La Journée nationale de l'artiste célébrée    Le ministère de la Communication retire l'accréditation à France 24    Ministère des Finances: L'économie se remet progressivement de la crise Covid-19    Tiaret - Foncier industriel : 24 hectares inexploités récupérés    DNA - Ligue 2: Les probabilités à deux journées de la fin    En attendant la proclamation des résultats: Un taux de participation de 30,20% aux législatives    Tribulations d'un raboteur d'urnes !    L'Egypte rejette les mesures unilatérales de l'Ethiopie    Moyenne du taux de participation de 30,20 %    Le FLN «rafle la mise»    La longue nuit du dépouillement    Le discours politique sans impact    «C'est un jour heureux pour l'Algérie»    Le choc post-traumatique de la barbarie israélienne    «Je deviens Ifru Nomade!»    Un livre sur les victimes des traumatismes    Premier festival sur les plantes médicinales en Algérie    Un colloque virtuel sur l'économie informelle et les inégalités de genre    Le livre sur la question kabyle disponible en Algérie    Me Abdelkrim Khaldi tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?
Les contaminations en dessous de la barre des 200, cas/jour, la pression baisse dans les hôpitaux
Publié dans L'Expression le 16 - 05 - 2021

Le pire était à craindre au début du Ramadhan! Ce mois de tous les relâchements coïncidait avec une recrudescence de l'épidémie de coronavirus à la faveur de l'apparition des nouveaux variants. Les bonnes habitudes, à l'image de la distanciation sociale et du port du masque, ont quasiment disparu. Le nombre de cas journaliers est monté en flèche. Il avait doublé, dépassant la barre symbolique des 200 cas/jour. Les services hospitaliers commençaient à être débordés. Cela rappelait amèrement la fin du mois d'octobre dernier, avec le début de la deuxième vague. Les spécialistes ont tiré la sonnette d'alarme craignant l'arrivée de la tant redoutée troisième vague. Les autorités ont alors sonné la fin de la «récréation». Ils ont multiplié les appels à la prudence tout en resserrant l'étau sur les citoyens et les commerçants. Les contrôles se sont multipliés sans pour autant replonger les Algériens dans les cauchemardesques premiers mois de cette crise sanitaire. Cela même si on a vu le retour des fermetures de commerces qui ne respectent pas le protocole sanitaire.
Au lendemain de l'Aïd El F'itr, force est de constater que la situation sanitaire s'est stabilisée. Les chiffres officiels sont redescendus sous la barre des 200 cas par jour. Mieux encore, les décès ont diminué de moitié. On enregistre une moyenne de cinq cas par jour alors qu'ils avaient dépassé les 10 cas à la mi-avril. Même la pression sur les établissements hospitaliers a baissé d'un cran. Selon le témoignage de professionnels de la santé travaillant dans les services Covid-19, il n'y a plus autant de cas qu'au début du printemps. «Cela que ce soit pour les consultations ou les hospitalisations», ont-ils assuré soutenant que même les cas graves ne sont plus aussi nombreux.
Chose qu'a confirmée, hier, le professeur Djamel Eddine Nibouche, chef de service de cardiologie à l'hôpital Nefissa Hamoud (Hussein -Dey- Alger). Réputé pour ne pas avoir sa langue dans la poche, cet éminent spécialiste a rassuré sur le fait que la situation sanitaire ne prêtait pas à inquiétude.
«La situation est maîtrisée. Les malades sont pris en charge convenablement alors que le nombre de patients en réanimation est faible», a-t-il assuré. Le professeur Nibouche note que malgré l'apparition des souches mutantes, les choses n'ont pas dégénéré. «Elles n'ont pas circulé à la vitesse que l'on craignait. Ce qui fait que, pour le moment, elles ne représentent pas un danger pour la santé publique», a-t-il précisé mettant en avant le fait qu'il n'y ait pas eu le même «comportement» que ce que l'on a pu voir à l'étranger. Il semblerait donc que les autorités sanitaires aient réussi à isoler ces souches évitant une grande propagation, même si des cas ont été signalés dans de nombreuses wilayas du pays. L'Algérie a- t-elle donc évité la 3eme vague? C'est ce qui semble se dessiner pour le moment. Néanmoins, cette nouvelle bataille de gagner est loin de signifier la fin de la guerre contre cet ennemi invisible.
La troisième vague est donc loin d'être écartée. Elle pourrait arriver plutôt que ce qu'on imagine. On en saura plus, dans 15 jours, avec «l'épreuve de l'Aïd». Les accolades et autres visites familiales pourraient nous être fatales, si les recommandations du ministère de la Santé n'ont pas été respectées. Il y a aussi l'arrivée de la campagne électorale pour les élections législatives du
12 juin prochain.
Les acteurs de ce scrutin devront faire très attention et être les plus stricts possibles dans le respect du protocole sanitaire et de la distanciation sociale. Surtout s'ils comptent organiser de grands meetings. En attendant la fin de ce cauchemar, le masque reste notre meilleur ami...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.