Bejaia/Elections communales partielles: les disparités villageoises, un réel souci à traiter    Belaribi: des commissions ad hoc pour contrôler la qualité des logements AADL    Agriculture: la Hollande intéressée par l'approfondissement de la coopération avec l'Algérie    Une nouvelle réflexion pour attirer les touristes et développer le tourisme interne    CAN U23 (préparation): l'Algérie bat le Soudan (2-0)    L'Algérie abrite les réunions des bureaux exécutif et de gestion de l'UAHJ    Agressions sionistes contre Al-Aqsa: la communauté internationale appelée à intervenir    LA FRANCE DE MACRON OFFRE SES SERVICES À LA JUNTE MILITAIRE    Une importante quantité de comprimés psychotropes saisie à El-Tarf    Préparatifs du Sommet arabe: Bouslimani reçoit le DG de l'ASBU    Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Peaux de banane !    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le new carrefour des écrivains
Salon du livre de Boudjima
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2021

La sixième édition du Salon du livre de Boudjima (wilaya de Tizi Ouzou), qui a eu lieu de jeudi à samedi dernier. Malgré un contexte sanitaire particulier et défavorable, en dépit d'une chaleur parfois torride (surtout vendredi) et bien que le livre reste le parent pauvre de la culture, le Salon du livre de Boudjima a tenu toutes ses promesses. Il ne s'agit pas de faire un bilan chiffré car ce salon est d'abord et avant tout un événement culturel. Les organisateurs qui sont loin d'être déconnectés de la réalité du terrain savent bien que le livre séduit de moins en moins, surtout avec l'envahissement de l'Internet. Mais ils se sont fixé comme défi et objectif de maintenir cet événement culturel quoi qu'il en soit pour conserver du coup, la flamme de l'espoir allumée. Et c'est sans doute une franche réussite qui a couronné leurs efforts méritoires.
Le fait d'avoir pu réunir autant d'écrivains pendant trois jours est l'un des indices les plus probants. Des écrivains venus de tous les horizons et de plusieurs régions du pays. Ces derniers, des centaines, en plus des dizaines de maisons d'édition, ont pu profiter pleinement de ce cadre convivial qu'a constitué la bibliothèque communale Abdellah-Mohia qui s'est parée de ses plus beaux atours afin d'accueillir tout ce beau monde.
De nouveaux livres
Les échanges ont été riches et fructueux. On a constaté, plutôt confirmé, que l'écriture romanesque et l'écriture de livres de manière générale n'est plus l'apanage des hommes comme dans un passé récent. Il y avait peut-être autant de femmes que d'hommes écrivains lors de ce salon, à commencer par Lynda Chouiten, lauréate du prix Assia Djebar du meilleur roman en langue française pour son oeuvre
«Une valse». Il y avait aussi les romancières Meriem Guemache, Hanane Bourai, Zohra Lagha, Ferroudja Ousmer, Salima Mimoune... Des auteurs ont aussi choisi d'éditer leurs nouveaux livres à l'occasion du Salon du livre de Boudjima. C'est le cas par exemple de l'écrivain-journaliste Mohand-Ameziane Tadjer qui vient de publier son troisième livre aux éditions «La pensée». Le livre est un recueil de nouvelles, intitulé: «Désillusions».
L'auteur était présent à la bibliothèque Abdellah-Mohia pour dédicacer son ouvrage. Ferroudja Ousmer a opté pour cet événement pour éditer son tout premier livre aux éditions Koukou.
L'ouvrage porte le titre «Derrière les larmes de ma grand-mère».
Le livre amazigh présent
Il en est de même de l'écrivain-réalisateur Ali Mouzaoui dont le nouveau roman sorti aux éditions Frantz-Fanon porte le titre de «Dans le ciel, des oiseaux et des étoiles».
Le livre amazigh était présent à travers plusieurs nouveautés également à l'instar de la traduction en langue kabyle de L'Alchimiste, best-seller mondial de l'écrivain brésilien Paulo Coelho. Ce roman mythique a été traduit par l'écrivain Ahmed Nekkar, auteur lui-même de plusieurs romans en langue tamazight. Toujours, dans le même sillage, le Salon du livre de Boudjima a été l'occasion pour la sortie d'un autre livre en tamazight de l'auteur Abdellah Arkoub. Ce dernier a écrit un livre sur le grand poète kabyle ancien Youssef Oukaci. Les visiteurs ont pu découvrir des dizaines de romans et de recueils de poésie en langue tamazight, notamment aux stands des éditions El Amel, Tafat, Identité, Frantz-Fanon, Casbah, Cheikh Mohand Oulhocine... Des écrivains francophones étaient de la partie et ont pu dédicacer leurs livres à l'instar de Amin Zaoui, Nadjib Stambouli, Djawad Rostom Touati, Mohamed Mebtoul, Mahmoud Boudarene, etc. De nombreuses conférences de haute facture y ont été animées, notamment par l'historien Younès Adli, Mohamed Mebtoul, Amin Zaoui, Tarik Djerroud, Ramdane Lasheb...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.