Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie
Le sujet a été débattu à Illizi
Publié dans L'Expression le 19 - 06 - 2021

La wilaya d'Illizi était l'hôte d'un événement important qui n'est pas des moindres, à savoir une journée d'étude sur les crimes technologiques et «le renforcement des mécanismes de lutte contre la cybercriminalité et la menace qu'elle fait peser sur l'économie et la sécurité nationales».
C'est un événement qui requiert un caractère symbolique de par le choix d'une wilaya du Sud.
Illizi est une région frontalière avec la Libye, un pays qui a connu un débordement sans précédent sur le plan sécuritaire avec ses retombées sur la sécurité des pays voisins à l'instar de l'Algérie.
Cette journée, qui a vu la participation des chercheurs et des scientifiques dans le domaine de la lutte contre la cybercriminalité et les crimes technologiques, se veut comme un engagement de l'Etat et des institutions y afférentes dans la lutte contre ce phénomène appelé «la guerre de quatrième génération».
Une guerre qui n'est pas du tout conventionnelle, mais le plus important, c'est qu'elle est invisible et tout se fait dans le virtuel, dont l'impact est désastreux sur les réseaux sociaux à cause de la propagande mensongère et les fake news sont des éléments de choix dans ladite guerre invisible.
Les chercheurs et les spécialistes en droit ont focalisé la réflexion, lors de cette journée, sur la notion de «Crimes technologiques, entre liberté individuelle et respect de la loi». C'est une manière d'approcher la problématique et disséquer sa genèse pour dégager les instruments idoines pour lutter contre sa propagation et faire face à la menace qui guette les institutions et le pays.
À ce propos, les spécialistes ont abordé le volet qui a trait à l'arsenal juridique en la matière en focalisant l'attention «sur la législation en matière de lutte contre la criminalité liée aux nouvelles technologies de l'information et de la communication (N-tic)».
Les spécialistes en droit et à leur tête les magistrats, ont insisté sur «une révision et une réorganisation des textes juridiques actuels qui ne couvrent pas certains aspects liés aux crimes électroniques.
Un état de fait qui engendre de nombreuses contraintes dans le traitement juridique de certains types de crimes électroniques, avec un arsenal juridique et une législation en majeure partie concernant une criminalité classique», ont-ils noté.
L'enjeu de la sécurité dans le monde virtuel et l'Internet en général, a été soulevé et traité avec minutie par les spécialistes des corps de la Sécurité nationale et les hommes de droit. De ce point de vue, les intervenants ont insisté sur «la nécessité de renforcer la coopération internationale face aux menaces des crimes électroniques, à travers la conjugaison des efforts, aux plans national, régional et international, en vue de bénéficier des expériences et de l'expertise de pays pionniers en matière de lutte contre la cybercriminalité.
Les cyber-attaques transfrontalières sont devenues une grande menace pour les pays et leur stabilité financière et économique, avec l'accroissement des crimes électroniques induits par le développement des N-tic, nécessitant aujourd'hui un renforcement du numérique et la coordination des efforts sécuritaires entre les pays face aux menaces électroniques», ont-ils insisté.
Il est évident que la bataille sera rude contre la cybercriminalité, mais les moyens pour l'enrayer sont disponibles, surtout en matière de ressources humaines bien formées et encadrées pour lutter contre ce phénomène menaçant les pays et les nations dans leur stabilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.