LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Les fruits amers des accusations interposées    Installé hier: Le Général Ali Ouelhadj Yahia, nouveau Commandant de la Gendarmerie    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une ambition en sursis
Publié dans L'Expression le 22 - 06 - 2021


Technocrate et haut fonctionnaire, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, 67 ans, est reconnu pour ses compétences, par ses pairs, dans les domaines des relations internationales et de l'administration. ««Nous devons travailler avec toutes les compétences nationales et les cadres du pays, les citoyennes et les citoyens, afin de sortir de cette étape difficile, et faire face à des défis économiques et sociaux» a déclaré Abdelaziz Djerad en succédant à Sabri Boukadoum, ministre des Affaires étrangères qui avait été nommé Premier ministre par intérim après la démission de Noureddine Bedoui, le 19 décembre, jour de l'intronisation de Abdelmadjid Tebboune en tant que nouveau chef de l'Etat. Un discours s'inscrivant dans la cohérence, dans la constance et, surtout, dans l'ambition. Comme en témoigne sa dernière sortie médiatique en mettant en ligne un document de 200 pages, présentant le plan de relance économique 2020-2024, à un moment d'entracte. Une sortie trouvant sa source dans son ambition d'être à la tête du troisième gouvernement d'Abdelmadjid Tebboune. Une autre manière de promouvoir sa candidature, convaincu qu'il est l'homme de la situation. D'autant qu'il estime que le contexte actuel lui est favorable, tant aucun nom ne fait l'unanimité au sein des leaders des partis politiques. C'est son droit le plus naturel. Désormais, nul ne peut accuser Abdelaziz Djerad de ne pas faire corps avec son ministère. Peu connu du grand public, il est devenu le bras armé de Abdelmadjid Tebboune. Un choix ciblé. Un exécutant pour relever le double défi de la relance économique du pays et de la gestion de la chose politique malmenée par la crise sociale du mouvement «Hirak» puis celle de la Covid-19. Profil d'exécutant ne signifie nullement absence de relief chez ce diplômé de la faculté des Sciences politiques d'Alger et docteur d'Etat de l'université Paris X-Nanterre. D'ailleurs, n'a-t-il pas utilisé, en août 2020, la rhétorique du complot pour expliquer le manque de liquidités dans les bureaux de poste, les incendies, les difficultés d'approvisionnement en eau potable et les coupures fréquentes d'électricité, évoquant des «actions planifiées» dont le but est de semer la «discorde et l'instabilité». Idem en mai 2021, lors de mouvements sociaux, expliquant qu'«il a été constaté dernièrement que l'activité syndicale a été inondée et exploitée par des mouvements malintentionnés cherchant à semer la fitna, des mouvements qui ont été débusqués et leurs plans dénoncés». Ce qui prouve qu'il a l'art de maîtriser tous les codes. Ceux qui vous ouvrent toutes les portes sans avoir l'air d'y toucher.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.