La demande pétrolière appelée à fortement augmenter    Arrivée massive de harragas algériens en Espagne    Le procès en appel de Karim Tabbou renvoyé au 11 octobre    5 ans de prison pour le majordome du système    La valeur de la production agricole estimée à 98 milliards DA    Les travailleurs dans l'expectative    L'Allemagne tourne la page Merkel    Plus de 600 colons envahissent la mosquée Al-Aqsa    Khartoum convainc les manifestants à Port-Soudan    Vers le forfait de Slimani et de Benlamri face au Niger    4,8 millions de dinars à payer en guise d'amendes    Le CR Belouizdad en stage à Mostaganem    Le président Tebboune reçoit le chef du commandement de l'Africom    Benbouzid écarte l'éventualité d'une troisième dose de vaccin en Algérie    Un autre casse-tête pour les parents    Lancement des Journées du théâtre pour enfants et de marionnettes    Koeman et le Barça se rassurent    Les Canaris se préparent à Alger    Le FLN manquera des communes    Le PT tire la sonnette d'alarme    Le rôle positif de l'Algérie souligné à l'Assemblée générale    Flambée persistante et généralisée    Lancement d'un plan de wilaya pour promouvoir le tourisme local    Kamel Damardji intronisé au poste de président du CA    Hommage aux disparus    Liès Sahar est mort : il n'y a pas de perfidie savoureuse    Ils opéraient à El Hamri, Médiouni, Savignon et Bastille: Quatre dealers arrêtés, des psychotropes saisis    Tlemcen: Un réseau de vol de véhicules démantelé, 7 arrestations    Lamamra rencontre des membres de la communauté algérienne aux Etats-Unis    L'erreur humaine    Investissement: Plaidoyer pour la «colocalisation» et «l'intégration régionale»    Tlemcen: Le chantier de l'annexe du musée d'archéologie islamique bientôt relancé    Tébessa: Un site en quête d'aménagement    Que cherchent les américains à Alger?    67 Morts dans des combats autour de la ville stratégique de Marib    Des figures du «clan» à la barre    Le temps des réformes    Une satisfaction justifiée    Avocats et l'émouvant souvenir...    Quand l'Erma «défie» le président    Le tourisme «en panne»    Les jalons d'une nouvelle démarche    Brèves Omnisports    Hamilton victorieux cent et eau    Un verrou «débloqué»    L'école: le mausolée des charlatans    Le long fleuve algérie    Les éditeurs se préparent pour rebondir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Conseil constitutionnel s'indigne
Dérive du Makhzen
Publié dans L'Expression le 22 - 07 - 2021

Poursuivant le rêve chimérique de rivaliser avec la grandeur de l'Etat algérien, le Maroc récidive et signe définitivement l'âpreté de sa trahison. De nature particulièrement sournoise, l'attaque de l'ambassadeur onusien du Maroc contre l'Algérie, passe pour une déclaration franche du Makhzen à chercher de forts prétextes pour rompre définitivement les relations entre les deux pays. Une direction qui arrangerait à plus d'un titre les affaires du Makhzen, qui se leurre des effets d'une normalisation des relations avec Israël, qui n'a finalement servi que les ambitions ««trumpiennes», en renforçant la volonté de l'Etat sioniste à pénétrer le Maghreb par la grande porte. Il faut dire, cependant, qu'après ses incessantes attaques et agressions contre l'Algérie, le pas à franchir pour soulever une guerre diplomatique, n'était qu'une formalité. Mais de là à croire soutenir des actions visant à séparer une région du territoire algérien, sachant, de surcroit, que les commanditaires ont été considérés comme terroristes par l'Etat algérien, n'est autre qu'une lamentable bévue que même le plus incompétent des diplomates ne commettrait pas.
Nul besoin de souligner que la condamnation de cet acte du Makhzen, à été unanime en Algérie. A l'instar de la classe politique, et la société civile, le président du Conseil constitutionnel, Kamel Feniche, a qualifié de «singulièrement dangereuse et condamnable. Le Makhzen viole toutes les règles élémentaires du droit international qui consacre le principe de souveraineté, de non-ingérence et d'intégrité territoriale. La dérive du Makhzen sert de prétexte à des agendas visant, autour d'objectifs malsains et inavoués, l'immixtion dans les affaires internes de l'Algérie au service d'intérêts politiques. C'est précisément ce qui constitue l'ADN du Makhzen, et sa démarche envers l'Algérie depuis des lustres, et particulièrement ces dernières années, profitant d'une période de fortes perturbations, pour tisser ces réseaux et planter les graines de la déstabilisation en vue d'atteindre deux objectifs devenus on ne peut plus clairs, en l'occurrence servir ses nouveaux maîtres et détruire la souveraineté de l'Algérie. Quoique les deux demeurent étroitement liés, et constituent l'essence même du «deal» qu'il a passé avec le diable. Cependant, il n'y a pas de quoi s'étonner. Le Makhzen a de tout temps été au service des grandes puissances.
Economiquement colonisé depuis son indépendance, il ne rêvait que de renforcer sa position dans la région, et nourrir l'espoir d'obtenir un soutien international pour sa souveraineté sur le Sahara occidentale. Résultats des courses: en plus d'avoir fait montre d'une grande inconscience diplomatique et politique, il n'a fait que creuser encore plus profond, le fossé qui le sépare de son peuple, et qui se caractérise par une politique de répression et d'espionnage qui ne cesse de défrayer la chronique ces derniers jours. Tel le vol d'Icare, le Mahzen s'est brûlé les ailes à trop vouloir rejoindre le soleil et jouer dans la cour des grands. Aveuglé par des ambitions démesurées, il a cru pouvoir piétiner l'un des plus importants principes de l'Algérie, son intouchable unité. Le remettre à l'ordre et lui rappeler les us diplomatique et les us de bon voisinage, ont inévitablement imposé un cours sur l'identité algérienne, que le président du Conseil constitutionnel, n'a pas manqué de lui prodiguer, lui signifiant que «l'Algérie restera fidèle à ses principes tout comme les Algériens demeureront profondément attachés à l'unité de leur pays comme ils l'ont toujours montré à travers l'histoire, y compris lorsqu'ils ont fait face à l'agression dont notre pays a fait l'objet en 1963 de la part du Makhzen, alors qu'il venait de recouvrer sa souveraineté pleine et entière».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.