«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Biden reçoit un Premier ministre fragilisé
Trois mois avant les législatives irakiennes
Publié dans L'Expression le 27 - 07 - 2021

Le président des Etats-Unis Joe Biden reçevait, hier, le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi, sa première rencontre avec ce dirigeant affaibli, tiraillé entre l'allié américain et des factions pro-Iran virulentes.
Au coeur de leur rencontre: la présence des forces américaines en Irak et, plus largement, la capacité de Bagdad à tenir tête aux cellules résiduelles de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI). Cette dernière a revendiqué un attentat meurtrier il y a une semaine dans la capitale irakienne.
Le tout alors que les forces américaines en Irak sont la cible d'attaques répétées de milices pro-Téhéran, avec leur lot de représailles de la part de Washington. Quelque 2.500 militaires américains sont encore déployés en Irak. Il est fréquent que les Etats-Unis, dans les pays où ils ont des contingents, envoient aussi des forces spéciales dont les effectifs ne sont pas rendus publics. Moustafa al-Kazimi, Premier ministre d'un pays ravagé par les violences, la pauvreté et la corruption, voudrait que Washington s'engage, au moins formellement, à réévaluer sa présence en Irak.
A trois mois d'élections législatives, le chef du gouvernement irakien espère ainsi reprendre un peu d'ascendant sur les puissantes factions pro-Iran très hostiles à la présence des Américains. La majorité des troupes américaines, envoyées en 2014 dans le cadre d'une coalition internationale pour aider Baghdad à défaire l'EI, ont été retirées sous la présidence de Donald Trump. Officiellement, il n'y a pas de troupes combattantes, les militaires américains jouant un rôle de «conseillers» et de «formateurs».
L'Irak est un maillon important dans le dispositif stratégique des Etats-Unis, qui mènent les opérations de la coalition antijihadistes en Syrie voisine. Et pas question pour Washington d'abandonner le pays à l'influence iranienne, en plein regain de tensions entre Iran et Etats-Unis -même si ces derniers entendent toujours sauver l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien. Dans ce contexte de bras de fer, «il est peu probable que le nombre de militaires américains en Irak diminue de manière significative», estime Hamdi Malik, du cercle de réflexion Washington Institute. Ramzy Mardini, spécialiste de l'Irak au Pearson Institute de l'université de Chicago, prévoit lui des «annonces cosmétiques pour servir les intérêts politiques du Premier ministre irakien».
De quoi faire craindre aux spécialistes de la région une poursuite voire une intensification des attaques menées par les factions pro-Iran. Vendredi encore, une attaque au drone a été menée sur une base abritant des militaires américains au Kurdistan (nord), sans faire de victimes.
Un «Comité de coordination des factions de la résistance irakienne», considéré comme un faux nez des groupes pro-Iran, a redemandé «le retrait total de toutes les forces américaines», faute de quoi les attaques se poursuivraient.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.